Pe­trit Ha­li­laj

Art Press - - REVIEWS - Anaël Pi­geat

Fon­da­tion d’en­tre­prise Ga­le­ries La­fayette / 24 - 27 oc­tobre 2013

En at­ten­dant son inau­gu­ra­tion au prin­temps 2016, après une ré­no­va­tion par l’agence OMA, la fon­da­tion d’en­tre­prise Ga­le­ries La­fayette a lan­cé au mo­ment de la Fiac son pro­gramme de pré­fi­gu­ra­tion, La­fayette An­ti­ci­pa­tion. Pour quatre jours d’ou­ver­ture au pu­blic, Fran­çois Quin­tin, le di­rec­teur de la fon­da­tion, avait in­vi­té le Ko­so­var Pe­trit Ha­li­laj (né en 1986) à s’em­pa­rer du rez-de­chaus­sée de cet an­cien immeuble in­dus­triel du 19e siècle comme il y en a peu dans le quar­tier, en écho à une ex­po­si­tion pré­sen­tée ac­tuel­le­ment au Wiels à Bruxelles. Très re­mar­quée pen­dant la der­nière Bien­nale de Ve­nise où le Ko­so­vo était re­pré­sen­té pour la pre­mière fois, Pe­trit Ha­li­laj a pla­cé la ques­tion de la mé­moire au coeur de son travail. 14th Ju­ly ? met en scène la re­nais­sance d’un musée. Cette ex­po­si­tion s’ac­corde de ma­nière émou­vante à l’his­toire du lieu où elle se tient, qui est au­jourd’hui au seuil d’une exis­tence nou­velle. Après la pro­cla­ma­tion de l’in­dé­pen­dance en 2008, afin de lais­ser place à un musée du folk­lore lo­cal, toute une par­tie du musée d’his­toire na­tu­relle de Pris­ti­na s’est trou­vée mu­rée. Pe­trit Ha­li­laj a en­tre­pris de dé­mon­ter ce mur et de par­tir mi­nu­tieu­se­ment à la dé­cou­verte des ves­tiges ou­bliés. L’opé­ra­tion al­lait se pas­ser un 14 juillet, peut-être, d’où ce titre énig­ma­tique. Le pro­jet n’a pas été sans heurts avec les per­son­nels ré­ti­cents de l’ad­mi­nis­tra­tion. Sur un seul écran puis sur trois écrans, une ca­mé­ra pro­gresse dans l’es­pace. Du noir sur­gissent pro­gres­si­ve­ment toutes sortes de bocaux, de vi­trines et d’ani­maux taxi­der­mi­sés, oi­seaux, pois­sons, chouettes. Le Musée d’art mo­derne/ Dé­par­te­ment des Aigles de Mar­cel Brood­thaers n’est pas très loin. Mais ces ani­maux là sont en ruines, dé­vo- rés par l’hu­mi­di­té et par le temps. C’est aus­si en quelque sorte l’ou­ver­ture d’un tom­beau. Pe­trit Ha­li­laj se fait alors al­chi­miste. Il re­donne vie à ces formes dés­échées, non seule­ment à tra­vers le film mais à tra­vers les salles d’ex­po­si­tion elles-mêmes. De l’es­pace, il offre par la même oc­ca­sion une lec­ture ju­di­cieuse : comme pour en sou­li­gner les contours, il a ten­du quelques tiges de mé­tal le long de cer­tains murs, ins­tal­lé ici un mi­roir, là un mys­té­rieux por­tique. Tous ces élé­ments sont peu­plés d’ani­maux mo­de­lés dans un mé­lange com­po­site qui res­semble à de la tourbe noire ; on di­rait que les ac­teurs du film ont co­lo­ni­sé l’es­pace. Une sorte de pin­tade est per­chée là. Un serpent rampe à ses pieds. Un la­pin sort d’un tuyau comme une sou­ris de son trou ; il se re­flète dans un mi­roir où un moi­neau le re­garde. Un canard semble se pro­me­ner ap­puyé sur une brique cui­vrée. Un banc de pois­son nage au pla­fond, pen­du à des barres do­rées tout juste à la hau­teur des lu­mières. Une sé­rie de des­sins-col­lages très dé­li­cats com­plète cet en­semble ; Pe­trit Ha­li­laj y a do­té ces ani­maux de pa­rures fan­tas­tiques de plumes et d’ors – le plus souvent de quelques lam­beaux de pa­pier mer­veilleux. Peut-être tout ce­la est-il aus­si un peu le fu­tur es­prit du lieu. While awai­ting the Spring 2016 inau­gu­ra­tion of its ve­nue de­si­gned by OMA, the Ga­le­ries La­fayette cor­po­rate foun­da­tion, the re­tail group’s arts pa­tro­nage arm, sei­zed on the oc­ca­sion of the FIAC to show a tea­ser in a se­ries cal­led La­fayette An­ti­ci­pa­tion. Du­ring the same four days when the contem­po­ra­ry art fair was open to the pu- blic, the foun­da­tion’s di­rec­tor, Fran­çois Quin­tin, in­vi­ted the Ko­so­var Pe­trit Ha­li­laj (born 1986) to take over the ground floor of the foun­da­tion’s fu­ture home, a ni­ne­teen­th­cen­tu­ry in­dus­trial buil­ding, al­most unique in the Ma­rais, in a ex­hi­bi­tion that echoes ano­ther of his work cur­rent­ly on view at the WIELS in Brus­sels. Ha­ving bro­ken th­rough at the last Ve­nice bien­nale where Ko­so­vo was re­pre­sen­ted for the first time, Ha­li­laj has pla­ced the ques­tion of me­mo­ry at the cen­ter of his work. 14th Ju­ly? stages the re­nais­sance of a mu­seum. In a mo­ving way, this ex­hi­bi­tion matches the his­to­ry of the site where it takes place, one that is at the th­re­shold of a new life. Af­ter Ko­so­vo’s pro­cla­ma­tion of in­de­pen­dence in 2008, to make way for a lo­cal folk­lore mu­seum a whole sec­tion of Pris­ti­na’s na­tu­ral But these stuf­fed ani­mals are fal­ling apart, ea­ten away by hu­mi­di­ty and time. The scene al­so re­sembles the ope­ning of a tomb. Ha­li­laj per­forms an act of al­che­my. He brings them back to life, not on­ly in the film but al­so in the ex­hi­bi­tion halls them­selves. Si­mul­ta­neous­ly, he al­so of­fers a ju­di­cious rea­ding of these spaces. As if to em­pha­size their contours, he has strung me­tal rods along some walls and ins­tal­led mirrors and mys­te­rious construc­tions. The ele­ments are full of ani­mals in a black com­po­site heap, like a co­lo­ny of es­ca­ped film crea­tures. A sort of gui­nea hen is per­ched on it, with a snake craw­ling at its feet. A rab­bit comes out of a tube like a mouse from its hole; a spar­row watches its re­flec­tion in a mir­ror. A duck seems to waddle along lea­ning on a brass brick. A school of fish swims on the cei­ling, han­ging from gil­ded bars at the exact height of the ove­rhead lamps. The en­semble is com­ple­ted by a se­ries of me­ti­cu­lous col­lages/dra­wings. Ha­li­laj has en­do­wed these ani­mals with fantastic fi­ne­ry made of fea­thers and gold, most­ly pa­per cu­touts. Per­haps this, too, re­veals a bit of the fu­ture spirit of the foun­da­tion’s ve­nue.

Trans­la­tion, L-S Tor­goff

Ci-des­sus/ above: Vue de l’ex­po­si­tion « Ju­ly 14th? ». (© A. Mole) Ci-des­sous/ be­low: « Ju­ly 14th? » 24-27 oc­tobre 2013 (Court. Chert Gal­le­ry, Ber­lin ; Fon­da­tion d'en­tre­prise Ga­le­ries La­fayette Ph. X. Cheng)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.