NOTRE HIS­TOIRE MEXI­CAINE

Art Press - - LIVRES -

Serge Fau­che­reau Les Peintres mexi­cains, 1910-1960 Hay­den Her­re­ra Fri­da, une bio­gra­phie de Fri­da Kah­lo Flam­ma­rion

On fi­ni­ra peut-être un jour par reconnaître que ce qui s’est pas­sé au Mexique pen­dant la pre­mière moi­tié du 20e siècle a été aus­si im­por­tant que d’autres épi­sodes clefs, tels le cu­bisme ou l’ex­pres­sion­nisme abs­trait newyor­kais, sur les­quels s’est bâ­tie l’his­toire de l’art telle que nous la pra­ti­quons. Il faut dire que, par dé­fi­ni­tion, le mu­ra­lisme ne cir­cule pas ni ne passe en salle de ventes, qu’il faut al­ler dé­cou­vrir sur place les oeuvres ma­gni­fiques, no­tam­ment des « trois grands » que sont Oroz­co, Siqueiros et Ri­ve­ra, et que le voyage ne se fait pas aus­si na­tu­rel­le­ment pour nos ama­teurs d’au­jourd’hui que ce­lui de Mia­mi. Le mu­ra­lisme est en­core trop souvent li­mi­té à son in­fluence sur Jack­son Pol­lock. Ce qui a été réa­li­sé à Mexi­co, des an­nées 1920 aux an­nées 1940, est une as­si­mi­la­tion des grands bou­le­ver­se­ments for­mels du mo­der­nisme (beau­coup des Mexi­cains ont fait leurs classes à Pa­ris) mais sans que celle-ci ait conduit à l’abs­trac­tion, et si, à l’ins­tar des avant-gardes eu­ro­péennes, elle se fit sur fond d’un en­ga­ge­ment po­li­tique, les Mexi­cains par­vinrent à un an­crage po­pu­laire dont ces avant-gardes avaient rê­vé sans ja­mais le réa­li­ser… Serge Fau­che­reau est à l’aise pour nous ra­con­ter ce pan d’his­toire, lui qui s’est tou­jours in­té­res­sé à l’ar­ti­cu­la­tion de l’art et de la po­li­tique. Ses Peintres mexi­cains, 1910-1960 s’ins­crivent à la suite de deux autres ou­vrages, éga­le­ment chez Flam­ma­rion, Avant-gardes du 20e siècle et le Cu­bisme. Il sort si­mul­ta­né­ment à ce­lui de Hay­den Her­re­ra, Fri­da, une bio­gra­phie de Fri­da Kah­lo (pa­ru pré­cé­dem­ment aux édi­tions Anne Car­rière), un même ac­cord de couleurs, ma­gen­ta et bleu canard, uni­fiant leurs cou­ver­tures. On trou­ve­ra dans l’un et l’autre de quoi com­plé­ter la vi­site de l’ex­po­si­tion Fri­da Kah­lo / Die­go Ri­ve­ra, l’art en fu­sion (musée de l’Oran­ge­rie, jus­qu’au 13 jan­vier), plu­tôt « bri­co­lée », c’est le moins qu’on puisse dire. Le loin­tain pas­sé az­tèque et ol­mèque, puis le syn­cré­tisme qui s’ins­tal­la à la suite de la Conquête, ain­si que la vi­gueur de l’art po­pu­laire ont tel­le­ment nour­ri les ar­tistes mexi­cains mo­dernes que Fau­che­reau ne peut pas faire l’éco­no­mie d’une in­tro­duc­tion qui rap­pelle cette très riche his­toire. En­suite, le coeur de son livre est consa­cré au mu­ra­lisme, à ses sources po­pu­laires dans les gra­vures que l’on se pro­cu­rait dans la bou­tique de l’in­con­tour­nable Jo­sé Gua­da­lupe Po­sa­da et dans la ca­ri­ca­ture de presse (que pra­tique Oroz­co), dans les décors peints des pul­querías (dé­bits de bois­son), et son épa­nouis­se­ment dans un pays où ré­sonne en di­rect la ré­vo­lu­tion so­vié­tique (c’est Die­go Ri­ve­ra et Fri­da Kah­lo qui ac­cueillent Trots­ki et c’est Siqueiros qui par­ti­cipe à une pre­mière ten­ta­tive d’as­sas­si­nat de ce­lui­ci) et qui est lui-même bal­lot­té entre ré­vo­lu­tions et coups d’État. Jo­sé Vas­con­ce­los, mi­nistre de l’Édu­ca­tion pu­blique sous Ál­va­ro Obregón, puis évin­cé, puis re­ve­nu à des fonc­tions of­fi­cielles dans les an­nées 1940, est la per­son­na­li­té grâce à la­quelle les peintres ont pu cou­vrir des ki­lo­mètres car­rés de murs ins­ti­tu­tion­nels. Souvent, ce sont aus­si les pé­ri­pé­ties po­li­tiques qui pous­sèrent quelques-uns d’entre eux à par­tir à l’étran­ger, no­tam­ment aux États-Unis où s’exer­ça leur in­fluence (Ben Shahn et Louise Ne­vel­son furent les as­sis­tants de Ri­ve­ra). L’au­teur nous ren­seigne à la fois sur l’His­toire avec ma­jus­cule et sur les com­pli­ci­tés et les dis­putes entre les ar­tistes, main­tient l’équi­libre entre les des­crip­tions for­melles et tech­niques et les ré­fé­rences lit­té­raires ; les mer­veilleux Mes­sages ré­vo­lu­tion­naires d’An­to­nin Ar­taud sont ain­si ci­tés à plu­sieurs re­prises. Il nous fait dé­cou­vrir la fi­gure par­ti­cu­liè­re­ment in­té­res­sante du peintre et fres­quiste Jean Char­lot qui, bien que fran­çais, est mé­con­nu chez nous, in­siste sur l’oeuvre du « qua­trième grand », Ru­fi­no Tamayo. Il fait leur place bien sûr à Ma­ria Iz­quier­do, Fri­da Kah­lo et à bien d’autres, et achève son ré­cit sur ce qu’on ap­pe­la la Rup­tu­ra, une nou­velle gé­né­ra­tion, moins en­fer­mée dans le mexi­ca­nisme, et que do­mine la per­son­na­li­té du sculp­teur Ma­thias Goe­ritz, pré­cur­seur de l’art mi­ni­mal. Sou­li­gnons la per­ti­nence de la mise en page, no­tam­ment dans cer­tains vis-à-vis, comme lors­qu’il s’agit de com­pa­rer le Za­pa­ta d’Oroz­co à ce­lui de Ri­ve­ra.

SOR­TIR DU MYTHE

S’il n’y a qu’un seul livre à ti­rer de l’ava­lanche de pu­bli­ca­tions consa­crées à Fri­da Kah­lo, c’est bien l’épaisse somme de Hay­den Her­re­ra. Un mo­dèle du genre qui s’at­tache à son su­jet sans fas­ci­na­tion et per­met de l’ex­traire du mythe. Fri­da Kah­lo ju­rait comme un char­re­tier, avait une bien plus grande connais­sance de l’his­toire de la pein­ture que ce qu’on en re­tient ha­bi­tuel­le­ment, et si elle ré­fu­ta son ap­par­te­nance au sur­réa­lisme, elle sut néan­moins user du sou­tien de Bre­ton (qu’elle dé­tes­tait). L’au­teur nous donne éga­le­ment à voir un Die­go Ri­ve­ra plus sym­pa­thique que le cou­reur de ju­pons qui nous est souvent pré­sen­té : cet homme ai­mait les femmes de ca­rac­tère et c’est lui qui non seule­ment en­cou­ra­gea Fri­da dans son travail, mais la pous­sa à ex­po­ser, tou­jours pré­sent au­près d’elle. Sur­tout, Hay­den Her­re­ra n’est pas seule­ment his­to­rienne, elle est aus­si une cri­tique d’art qui livre de re­mar­quables ana­lyses des ta­bleaux. Aviez-vous re­mar­qué que dans les for­mats ra­re­ment très grands de Fri­da Kah­lo, le sang est par­fois re­pré­sen­té de fa­çon très réa­liste, à l’échelle du spec­ta­teur ?

Ca­the­rine Millet

Élie Faure, Jean Char­lot, non iden­ti­fié, Fri­da Kah­lo, Die­go Ri­ve­ra, non iden­ti­fiée. 1926

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.