Sha­ron Ya’ari

Art Press - - EXPOSITIONS - Flo­ra Katz

Tel Aviv Mu­seum/ 6 no­vembre 2013 - 26 avril 2014

Sha­ron Ya’ari est un ar­tiste du si­lence. De­puis les an­nées 1990, le pho­to­graphe is­raé­lien cap­ture les pay­sages dé­ser­tiques et ur­bains de son pays dans une at­mo­sphère mé­lan­co­lique, où l’éro­sion et l’al­té­ra­tion s’ex­priment dans une image neutre. À par­tir d’un tra­vail sur la cou­leur, par ef­fa­ce­ment ou es­tompe, Ya’ari re­tire les mar­queurs tem­po­rels tout en fai­sant ap­pa­raître des élé­ments de dé­té­rio­ra­tion. Un mo­bi­lier ur­bain à l’aban­don, une pa­roi abî­mée, une vé­gé­ta­tion sau­vage dans les al­lées de Tel-Aviv ; la mo­der­ni­té de la jeune « ville blanche » d’ins­pi­ra­tion Bau­haus, s’ef­frite dé­jà. Dans un brillant ac­cro­chage du cu­ra­teur in­vi­té Urs Sta­hel, l’ex­po­si­tion dé­ploie une vi­sion glo­bale de cette oeuvre. L’in­fluence de Bernd et Hilla Be­cher do­mine dans les por­traits ar­chi­tec­tu­raux qui sai­sissent la forme in­dus­trielle dans toute sa splen­deur ( ANZAC Mo­nu­ment, 2011). Si la fi­gure hu­maine ap­pa­raît, c’est dans un rap­port in­time, pré­ser­vée de tout re­gard in­qui­si­teur : les su­jets sont sou­vent loin de l’ob­jec­tif, ou de dos ( Fa­mi­ly, 2012). C’est dans ce même si­lence de l’ex­pres­sion que Ya’ari dé­crit l’ex­pé­rience post-trau­ma­tique du conflit is­raé­lo-pa­les­ti­nien, comme dans la sé­rie Je­ru­sa­lem Blvd (2008), où une rue de Jé­ru­sa­lem est plon­gée dans une épaisse fu­mée. En fi­li­grane émerge un tra­vail sur le mo­tif du double, avec un même lieu pho­to­gra­phié à deux re­prises. Le ré­cit in­ti­miste d’un pays en mal d’ave­nir est ain­si dé­crit dans cette tem­po­ra­li­té trouble, où la per­ma­nence du chan­ge­ment se love dans l’in­tem­po­ra­li­té des émo­tions.

Sha­ron Ya’ari is an ar­tist of si­lence. Since the 1990s this Is­rae­li pho­to­gra­pher has been cap­tu­ring the de­sert and ur­ban land­scapes of his coun­try in a melancholy vein where ero­sion and de­te­rio­ra­tion are conveyed by neu­tral images, as if sus­pen­ded in time. Wor­king on co­lor through the use of a stump or era­sure, Ya’ari re­moves tem­po­ral mar­kers while al­lo­wing signs of di­sin­te­gra­tion to ap­pear. Aban­do­ned ur­ban fix­tures, a da­ma­ged wall, weeds sprin­ging up in Tel Aviv al­ley—the mo­der­ni­ty of this young “white ci­ty,” with its Bau­haus buil­dings, is al­rea­dy star­ting to fade. The brilliant ex­hi­bi­tion dis­play de­si­gned by guest cu­ra­tor Urs Sta­hel gives us an ove­rar­ching view of this work. The in­fluence of Bernd and Hilla Be­cher pre­do­mi­nates in the ar­chi­tec­tu­ral por­traits that convey in­dus­trial aes­the­tics in all their splen­dor ( ANZAC Mo­nu­ment, 2011). When hu­man fi­gures make their ap­pea­rance, they seem de­li­cate and clo­sed in on them­selves, pro­tec­ted from any in­qui­si­tive gaze. Ya’ari uses the same ex­pres­sion­less si­lence to re­count the post­trau­ma­tic ex­pe­rience of the Is­rae­liPa­les­ti­nian conflict ( Je­ru­sa­lem Blvd, 2008), where the ci­ty’s streets are al­most hid­den by a dense cloud of smoke. Doubles are a re­cur­ring im­pli­cit theme; some places are pho­to­gra­phed twice. This in­ti­mate por­trait of a coun­try whose fu­ture is un­cer­tain is ins­cri­bed in a mudd­led tem­po­ra­li­ty where the per­ma­nence of change and the ti­me­less­ness of emo­tions in­ter­t­wine.

Trans­la­tion, L-S Tor­goff

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.