Na­ture de l’être

Art Press - - EXPOSITIONS - Phi­lippe Du­cat

Ga­le­rie Alain Mar­ga­ron / 6 mars - 26 avril 2014

Après avoir tra­vaillé dans une banque, Alain Mar­ga­ron quitte le monde fi­nan­cier en 1990 pour re­joindre ce­lui des arts – qui n’est pas exac­te­ment à l’op­po­sé car, comme di­sait To­por, « quand on parle d’art, dans les se­condes qui suivent, on parle d’ar­gent ». En tout cas, consi­dé­rant cer­tai­ne­ment que re­gar­der des Da­do était plus édi­fiant que re­gar­der des por­te­feuilles d’ac­tions, Alain Mar­ga­ron a ou­vert sa ga­le­rie du 5 rue du Perche en 1993, bien dé­ci­dé à ne mon­trer que ce qu’il aime – et non pas ce qui de­vrait plaire à l’ins­ti­tu­tion. Il ne par­ti­cipe à au­cune foire, tout en ai­mant bien le faire sa­voir (lire son au­to­bio­gra­phie Un lieu pour voir, 2008, Alain Mar­ga­ron Édi­teur). Na­ture de l’être est une ex­po­si­tion de groupe (des­sins exclusivement), avec ce goût pour l’étrange ty­pique de cette ga­le­rie. Da­do et ses vi­sions in­quié­tantes, Ma­créau et la li­ber­té de sa fi­gu­ra­tion qui en fait le pré­cur­seur mé­con­nu de la Fi­gu­ra­tion libre, Ré­qui­chot et ses pattes de mouches ré­pé­ti­tives, Anselme BoixVives et sa fau­vi­tude sau­vage, ain­si que Fred Deux, Au­rel Co­jan, Cla­ra Fier­fort, Ro­bert Gro­borne, Re­né Lau­biès et Fran­çois Lunven. Tous ces ar­tistes créent aux li­mites de l’art brut, genre ul­tra-cé­lé­bré en cette pé­riode où le be­soin de spi­ri­tua­li­té est en plein co­ming out. L’art n’est plus obli­ga­toi­re­ment dé­nué d’hu­meurs, dé­couvre-t-on. Bon, il faut bien avouer que Mar­ga­ron n’est pas le roi de l’ac­cro­chage, mais on s’en fiche : on ne va pas voir un ac­cro­chage, sauf quand il n’y a rien d’autre à voir – ce qui n’est ab­so­lu­ment pas le cas ici. Af­ter wor­king for a bank, Alain Mar­ga­ron left the fi­nan­cial world in 1990 to join the art world next door (as To­por used to say, “When we talk about art, a few se­conds la­ter we talk about mo­ney”). At any rate, consi­de­ring that loo­king at Da­dos was more edi­fying than loo­king at stock portfolios, Mar­ga­ron ope­ned a gal­le­ry at 5 Rue du Perche in 1993 with the firm in­ten­tion of sho­wing on­ly work that he him­self lo­ved and not ins­ti­tu­tio­nal­ly-ap­pro­ved art. He ne­ver set up a stand at an art fair and he wan­ted eve­ryone to know it (see his au­to­bio­gra­phy, Un lieu pour voir, 2008, Alain Mar­ga­ron Édi­teur). Na­ture de l’être is a group show (ex­clu­si­ve­ly dra­wings) mar­ked by this gal­le­ry’s si­gna­ture taste for the strange. Da­do and his dis­tur­bing vi­sions, Ma­créau and the free­dom of his fi­gu­ra­tion that made him a unk­nown pre­cur­sor of the Fi­gu­ra­tion Libre mo­ve­ment, Ré­qui­chot and his re­pe­ti­tive chi­cken scratches, Anselme Boix-Vives and his wild sa­va­ge­ness, Ro­bert Gro­borne, Re­né Lau­biès and Fran­çois Lunven. All these ar­tists work at the ou­ter limits of out­si­der art, an in­crea­sin­gly ce­le­bra­ted ca­te­go­ry in these times when the need for spi­ri­tua­li­ty is co­ming out of the clo­set. And, it turns out, art is not ne­ces­sa­ri­ly wi­thout hu­mor. So Mar­ga­ron isn’t exact­ly a masterful ex­hi­bi­tion de­si­gner? So what? No one goes to an art show to see the han­ging un­less there’s no­thing else worth seeing—and that is de­fi­ni­te­ly not the case here.

Trans­la­tion, L-S Tor­goff

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.