Entre Tiem­pos, pré­sences de la col­lec­tion Jo­za­mi

Art Press - - EXPOSITIONS - Anaël Pi­geat

Mu­seo Lá­za­ro Gal­dia­no/ 7 fé­vrier - 12 mai 2014

L’hô­tel par­ti­cu­lier de Lá­za­ro Gal­dia­no, sorte de musée Jac­que­mart-An­dré ma­dri­lène, ac­cueille une par­tie des oeuvres du col­lec­tion­neur ar­gen­tin Aní­bal Jo­za­mi et de son épouse Mar­lise. Le pa­ral­lèle est frap­pant entre ces deux hommes qui ont vé­cu à un siècle d’écart, an­crés à la fois dans l’an­cien et le nou­veau monde. « Je me suis iden­ti­fié à Gal­dia­no parce qu’il était à la fois en­tre­pre­neur, col­lec­tion­neur pas­sion­né et ani­ma­teur de la scène cultu­relle de son pays », ra­conte Aní­bal Jo­za­mi. Beau­coup d’oeuvres de la col­lec­tion ont été prê­tées, au cours des der­nières an­nées, en Amé­rique du Sud, en Eu­rope et aux États-Unis, mais c’est la pre­mière fois qu’elle est mon­trée en tant que telle. Ce choix de Ma­drid s’ex­plique « parce que cette ville est la porte d’en­trée vers l’Eu­rope pour l’art et la culture sud-amé­ri­cains ». In­ter­fé­rences, conver­gences, ana­lo­gies, ci­ta­tions, pa­ro­dies, ain­si Dia­na Wechs­ler, com­mis­saire de l’ex­po­si­tion, dé­fi­nit-elle les dif­fé­rents dia­logues entre les oeuvres. À Bue­nos Aires, elle est di­rec­trice de l’Ins­ti­tut de re­cherche sur l’art et la culture à l’uni­ver­si­té na­tio­nale du Tres de Fe­bre­ro – pré­si­dée par Aní­bal Jo­za­mi. Cer­tains voi­si­nages sont pleins d’émo­tion, comme ce­lui d’une vi­déo d’Ana Gal­lar­do, Es­te­la 1946-2011 (2012), où l’ar­tiste rend vi­site à une pros­ti­tuée âgée, avec une Vi­si­ta­tion de la Vierge à San­ta Isa­bel (14511500): le même geste de la main, em­preint de ten­dresse et d’em­pa­thie, se re­trouve dans les deux oeuvres. Le rap­pro­che­ment est adroit entre une vi­déo d’Os­car Bo­ny, El Ma­quillaje (1965-1966), où l’on voit le buste nu d’une femme en train de se ma­quiller, et le portrait d’Anne d’Au­triche par Alon­so Sán­chez Coel­lo (1571). Un peu plus loin, la car­na­tion ivoire d’un portrait de femme peint par Velás­quez ré­sonne éton­nam­ment avec la sculp­ture en ré­sine d’un jeune homme nu en train d’étendre son vêtement au sol, par Pa­blo Suá­rez. Sur un ton bien plus ma­li­cieux, un ca­na­pé des frères Cam­pa­na com­po­sé d’ani­maux en pe­luche est ins­tal­lé sous deux por­traits d’en­fants du 19e siècle. D’autres confron­ta­tions sont plus for­melles, par­fois plus lit­té­rales. Une autre par­tie de la col­lec­tion est ex­po­sée dans l’im­pri­me­rie de Lá­za­ro Gal­dia­no : des oeuvres d’art mo­derne sud amé­ri­cain qu’Aní­bal Jo­za­mi a com­men­cé à ras­sem­bler il y a une tren­taine d’an­nées. On connaît sur­tout l’art abs­trait pro­duit à cette époque en Amé­rique du Sud, mais la fi­gu­ra­tion et l’en­ga­ge­ment so­cio­po­li­tique sont ici cen­traux : des des­sins d’ou­vriers mi­li­tants dans des usines par Abra­ham Re­gi­no Vi­go, des oeuvres d’ins­pi­ra­tion construc­ti­viste de Joa­quín Torres García, une belle scène de can­dombe, danse afro-uru­guayienne tra­di­tion­nelle, peinte par Pe­dro Fi­ga­ri dans les an­nées 1930, jus­qu’au Portrait de Jua­ni­to La­gu­na sur le che­min de l’usine (1977) d’Antonio Ber­ni. Pour Aní­bal Jo­za­mi, faire connaître cette mo­der­ni­té an­ti­fas­ciste su­da­mé­ri­caine hors de ses fron­tières est une tâche es­sen­tielle. Il est mé­cène de la Fon­da­tion Rei­na Sofía et du Centre Pom­pi­dou; il se­ra dans le ju­ry du prix Mar­cel Du­champ cet au­tomne.

The town­house of Lá­za­ro Gal­dia­no, a kind of Ma­drid ver­sion of the Musée Jac­que­mart-An­dré in Pa­ris, houses some of the hol­dings of the Ar­gen­ti­nean col­lec­tor Aní­bal Jo­za­mi and his wife Mar­lise. The pa­ral­lels bet­ween Gal­dia­no and Jo­za­mi are stri­king, even though they li­ved a cen­tu­ry apart. Each was roo­ted in both the Old and NewWorlds. “I iden­ti­fied with Gal­dia­no be­cause he was both an en­tre­pre­neur, and a pas­sio­nate col­lec­tor and ma­jor ac­tor in his coun­try’s cul­tu­ral scene,” Jo­za­mi says. Ma­ny of the pieces have been loa­ned for shows in La­tin America, Eu­rope and the U.S. in recent years, but this is the first time the col­lec­tion has been on view as such. Jo­za­mi chose Ma­drid be­cause it is “the ga­te­way to Eu­rope for La­tin American art and culture.” In­ter­fe­rences, conver­gences, ana­lo­gies, ci­ta­tions, pa­ro­dies—these are words that cu­ra­tor Dia­na Wechs­ler uses to de­fine the dia­logues bet­ween the art­works. She is the di­rec­tor of the Art and Culture Re­search Ins­ti­tute at the Tres de Fe­bre­ro na­tio­nal uni­ver­si­ty in Bue­nos Aires—hea­ded by Jo­za­mi. Some of the pai­rings are ex­tre­me­ly emo­tive, such as the vi­deo by Ana Gal­lar­do, Es­te­la 1946 (2001), where the artist vi­sits an el­der­ly pros­ti­tute, and La Vi­si­ta­tion de la Vir­gen a San­ta Isa­bel (1451-1500). The same hand ges­tures convey ten­der­ness and em­pa­thy in both works. There is an es­pe­cial­ly skill­ful match-up bet­ween a vi­deo by Os­car Bo­ny, Ma­quillaje (1965-66), where we see the na­ked tor­so of a wo­man put­ting on ma­keup, and the portrait of Anne of Aus­tria by Alon­so Sán­chez Coel­lo (1571). In ano­ther example, the ivo­ry skin of a wo­man in a portrait by Veláz­quez re­so­nates as­to­ni­shin­gly with a re­sin sculp­ture by Pa­blo Suá­rez of a nude young man sprea­ding his clothes out on the floor. In a more mi­schie­vous vein, a couch by the Cam­pa­na bro­thers, made of stuf­fed ani­mals, is ins­tal­led un­der­neath two ni­ne­teenth-cen­tu­ry por­traits of chil­dren. Other cor­re­la­tions are more for­mal and so­me­times more li­te­ral. Ano­ther part of the col­lec­tion, mo­dern La­tin American work Ja­za­mi be­gan to col­lect some thir­ty years ago, is shown in Gal­dia­no’s print­shop. South American abs­tract art of that per­iod is re­la­ti­ve­ly well known, but this col­lec­tion fo­cuses on fi­gu­ral and po­li­ti­cal and so­cial­ly the­med work, such as Abra­ham Re­gi­no Vi­go’s dra­wings of ac­ti­vist wor­kers in factories, Joa­quín Torres García’s Cons­truc­ti­vist work, an ex­cellent can­dombe scene (a tra­di­tio­nal Afri­can-Uru­guayan dance) pain­ted by Pe­dro Fi­ga­ri in the 1930s, and the 1977 Jua­ni­to La­gu­na sobre el ca­mi­no de la fa­bri­ca by Antonio Ber­ni. Jo­za­mi consi­ders it es­sen­tial to make this an­ti-fas­cist La­tin American mo­der­ni­ty known beyond its bor­ders. A pa­tron of Rei­na Sofía Foun­da­tion and the Pom­pi­dou Cen­ter, he will serve on the Prix Mar­cel Du­champ ju­ry this au­tumn.

Trans­la­tion, L-S Tor­goff

De haut en bas / from top: Ana Gal­lar­do. « Es­te­la 1946-2011 ». 2012 Vi­déo . 6’24’’. (Court. I. Li­pran­di Arte Con­tem­porá­neo, Bue­nos Aires et ga­le­rie GP&N Val­lois, Pa­ris) « Vi­si­ta­tion de la Vierge à San­ta Isa­bel ». 1451-1500. (© Fundación Lá­za­ro Gal­dia­no, Ma­drid). “Vi­si­ta­tion of the Vir­gin to St. Isa­bel. ” Pe­dro Fi­ga­ri. « Can­dombe ». c.1920. Huile sur car­ton. “Oil/card­board

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.