Mu­ta­tions et pers­pec­tives

Di­vers lieux / Prin­temps 2014

Art Press - - ART PRESS 413 -

Cette sai­son 2013-2014 au­ra été mar­quée par plu­sieurs ac­tua­li­tés mo­di­fiant ou an­non­çant une nou­velle ré­par­ti­tion géo­gra­phique des lieux d’ex­po­si­tion à Bruxelles. Une fois n’est vrai­ment pas cou­tume, un en­jeu cultu­rel se se­ra in­vi­té dans le dé­bat po­li­tique à la veille d’élec­tions im­por­tantes en Bel­gique (1). Il s’agit de l’em­pla­ce­ment à dé­fi­nir pour le fu­tur mu­sée d’art mo­derne et contem­po­rain de Bruxelles qui, rap­pe­lons-le, avait été fer­mé par son propre di­rec­teur au prin­temps 2011. La fer­me­ture du mu­sée était in­com­pré­hen­si­ble­ment pas­sée sous si­lence, sans au­cune ré­ac­tion des pou­voirs pu­blics, au grand dam de ses vi­si­teurs et des ar­tistes qui n’avaient pas man­qué de faire en­tendre leur voix et de ma­ni­fes­ter leur mé­con­ten­te­ment. Cette sec­tion des mu­sées royaux avait été fer­mée pour faire place au Mu­sée Fin-de-Siècle Mu­seum, inau­gu­ré l’an­née der­nière dans les salles abri­tant jus­qu’alors les col­lec­tions mo­dernes. À la veille de ces élec­tions, le monde po­li­tique semble se ré­veiller, des pistes sé­rieuses de re­lo­ca­li­sa­tion s’ébau­chant. La plus im­por­tante d’entre elles s’oriente vers le bâ­ti­ment dit Ci­troën, vaste im­meuble d’ar­chi­tec­ture in­dus­trielle mo­der­niste, si­tué dans la zone du ca­nal mais à proxi­mi­té du centre-ville. Une telle l oca­li­sa­tion, mais ne soyons pas trop op­ti­mistes sur la fai­sa­bi­li­té du pro­jet et sur son dé­lai, dé­pla­ce­rait l’axe cultu­rel vers l’ouest de la ville et consti­tue­rait le pen­dant géo­gra­phique du Wiels, si­tué à l’autre ex­tré­mi­té de cet arc de cercle. Les col­lec­tions de ce mu­sée ne dé­passent ce­pen­dant pas chro­no­lo­gi­que­ment la fin du 20e siècle. Pour ce qui est de l’art d’au­jourd’hui, le rôle des col­lec­tions pri­vées garde toute son im­por­tance et consti­tue un re­lais in­dis­pen­sable. La preuve en a en­core été don­née lors de la der­nière édi­tion d’Art Brus­sels qui cor­res­pon­dait à l’ou­ver­ture de di­verses ex­po­si­tions. La foire elle- même ren­dait hom­mage à son co­mi­té de col­lec­tion­neurs avec l’ex­po­si­tion The Por­trait of the Col­lec­tor. Le CAB pré­sen­tait une de ses meilleures ex­po­si­tions, Out of Cha­rac­ter, dont les oeuvres ont été pr­duites grâce aux col­lec­tion­neurs res­pec­tifs de chaque ar­tiste, tan­dis que la Mai­son Par­ti­cu­lière pour­sui­vait sa po­li­tique d’in­vi­ta­tions avec Ré­so­nance(s). Un fo­cus sur New York est tou­jours en cours à la Charles Ri­va Col­lec­tion ( Made in New York, jus­qu’au 19 juillet), alors que la Col­lec­tion Van­hae­rents vient d’inau­gu­rer une nou­velle ex­po­si­tion de longue du­rée,

Man in the Mir­ror (ou­verte jus­qu’à la fin 2016). Dans un tout autre sec­teur, il convient éga­le­ment de sou­li­gner l’ex­trême vi­ta­li­té des pe­tites struc­tures as­so­cia­tives ou au­to­gé­rées par des ar­tistes et de jeunes cu­ra­teurs, prompts à la ré­ac­ti­vi­té, mais vi­vant sur le fil du ra­soir d’une cer­taine pré­ca­ri­té, à com­men­cer par les lieux qu’elles oc­cupent. On n’en compte pas moins d’une tren­taine à Bruxelles (2), fonc­tion­nant no­tam­ment grâce aux re­lais des ré­seaux so­ciaux et dont l’ef­fet de ca­pil­la­ri­té ir­rigue toute la scène ar­tis­tique bruxel­loise, à l’ins­tar de Kom­plot, Éta­blis­se­ment d’en face, De La Charge, Rec­tangle, Abi­lène, La Loge, entre autres. La plu­part d’entre elles sont re­grou­pées sous une struc­ture de com­mu­ni­ca­tion com­mune, The Walk. Quant aux ga­le­ries, à la ren­trée de sep­tembre der­nier, s’ou­vrait un nou­veau lieu, dit le Ri­vo­li, à l’ex­tré­mi­té de l’ave­nue Louise, cô­té bois de La Cambre. Il s’agit d’une an­cienne ga­le­rie mar­chande da­tant des an­nées 1970, dont les bou­tiques ont été ré­in­ves­ties par des ga­le­ries d’art contem­po­rain. L’adresse phare en est le se­cond es­pace de la ga­le­rie Huf­kens (on y voit ac­tuel­le­ment Saâ­dane Afif et sa ré­tros­pec­tive d’af­fiches ori­gi­nales : Af­fiches et Fon­taines), si­tuée non loin de la pre­mière. Si le pré­cur­seur du lieu fut la ga­le­rie Ros­si Con­tem­po­ra­ry, qui y oc­cupe main­te­nant trois es­paces, il y fut re­joint par les ga­le­ries De­lire, Guy Le­dune, OMS Pradhan et l’es­pace cu­ra­to­rial Pla­gia­ra­ma. Ce nou­veau pôle, avec sa pe­tite di­zaine de ga­le­ries ras­sem­blées dans ce bâ­ti­ment, est non seule­ment ve­nu bous­cu­ler l’équi­libre qui exis­tait dans la ré­par­ti­tion des ga­le­ries entre le haut et le bas de la ville, au pro­fit du pre­mier, mais il marque surtout une rup­ture dans le choix du quar­tier d’ins­tal­la­tion des jeunes ou des nou­velles ga­le­ries. Le temps où celles-ci dé­mar­raient leurs ac­ti­vi­tés dans le bas de la ville, du cô­té de la rue Dan­saert et du ca­nal, semble dé­sor­mais ré­vo­lu. En op­tant pour le haut de la ville et l’im­meuble Ri­vo­li, elles ont amor­cé un mou­ve­ment de fond qui voit la car­to­gra­phie des ga­le­ries bruxel­loises pro­fon­dé­ment mo­di­fiée, les plus jeunes re­joi­gnant – et on peut les com­prendre – l’aire d’at­trac­tion des ga­le­ries confir­mées. Cette re­dis­tri­bu­tion vient de se confir­mer en cette fin de sai­son avec l’ou­ver­ture d’un nou­veau lieu à l’autre ex­tré­mi­té de l’ave­nue Louise, cô­té pa­lais de jus­tice cette fois. Les pre­miers à inau­gu­rer les vastes es­paces de cet hô­tel de maître sont les ga­le­ristes pa­ri­siens Jean­roch Dard et Valentin qui se sont as­so­ciés au­tour d’un es­pace et d’un pro­jet com­mun dé­nom­mé Mon Ché­ri. Inau­gu­ré fin avril au mo­ment d’Art Brus­sels, le lieu fonc­tion­ne­ra en prio­ri­té sur des projets d’ex­po­si­tions per­son­nelles ou col­lec­tives, plu­tôt que de re­pré­sen­ter des ar­tistes au sens conven­tion­nel. Ils se­ront re­joints à la mi-juin par quatre autres ga­le­ries : Wald­bur­ger, Jan Mot et Catherine Bas­tide qui quittent donc le bas de la ville et, cas plus spé­ci­fique, la ga­le­rie de Mi­che­line Sz­wa­j­cer qui, elle, aban­donne son siège his­to­rique de la ville d’An­vers et en­tame ain­si en quelque sorte une deuxième vie avec une ex­po­si­tion inau­gu­rale d’Ann Ve­ro­ni­ca Jans­sens, alors qu’elle avait son­gé à ar­rê­ter dé­fi­ni­ti­ve­ment ses ac­ti­vi­tés. Elle re­joint ain­si le mou­ve­ment des ga­le­ries an­ver­soises (Of­fice Ba­roque, Van der Mie­den et Kus­se­neers) qui se sont ré­cem­ment dé­pla­cées à Bruxelles. Il n’y a donc pas que les ga­le­ries pa­ri­siennes qui optent pour la ca­pi­tale belge, même si elles y sont plus nom­breuses que ja­mais, avec, outre les deux pré­ci­tées, Va­lé­rie Bach, Na­tha­lie Oba­dia, Al­mine Rech, Sébastien Ri­cou, Da­niel Tem­plon, Mi­chel Rein, Lau­ren­tin, sans comp­ter la pro­gram­ma­tion de La Ver­rière Her­mès (qui ac­cueille Hubert Du­prat jus­qu’au 12 juillet) et celle tout aus­si éclec­tique de la Mai­son Par­ti­cu­lière.

De haut en bas/ from top: « Out of Cha­rac­ter ». Vue de l’ex­po­si­tion au CAB. 2014. OEuvres de/ works by Meg­gy Rus­ta­mo­va, Paul Ca­saer, Al­fred D’Ur­sel. Ex­hi­bi­tion view Ben­ja­min Va­len­za. « Cir­ca Cir­ca, Fa­bri­ca Ve­hi­cu­la ». 2014. (Court. Kom­plot Ph. Fa­brice Der­mience)

Ce n’est donc pas moins d’une tren­taine de ga­le­ries d’art contem­po­rain, par­mi les plus ré­pu­tées du pays (Xa­vier Huf­kens et Ro­dolphe Jans­sen y ont ou­vert cha­cun un se­cond es­pace à proxi­mi­té) qui se dé­ploie le long de l’ave­nue Louise, au point d’en faire l’axe dé­ter­mi­nant de l’offre en ga­le­ries et d’as­su­rer la pré­émi­nence du haut sur le bas de la ville où la fi­gure de proue reste Gre­ta Meert et les dé­sor­mais trois ni­veaux qu’elle oc­cupe dans son magnifique im­meuble art nou­veau.

Ber­nard Mar­ce­lis (1) Le di­manche 25 mai re­grou­pait une triple élec­tion : non seule­ment eu­ro­péenne, mais éga­le­ment ré­gio­nale et fé­dé­rale, en­ga­geant donc l’ave­nir du pays pour toute une lé­gis­la­ture. (2) Voir l‘ar­ticle « Le boom des “Ar­tis­trun Spaces” à Bruxelles », dans l’Art

même, n° 62 (mai-août 2014). The last year has seen a shift in the land­scape of Brus­sels art ve­nues and, most unu­sual­ly, art world is­sues even made them­selves felt in the run-up to this year’s triple elec­tions.(1) The ques­tion being, where to lo­cate the fu­ture mu­seum of mo­dern and con­tem­po­ra­ry art, af­ter the di­rec­tor of its pre­vious in­car­na­tion clo­sed the space in spring 2011, much to the dis­content of ar­tists and art-goers, but see­min­gly un­re­mar­ked by the pu­blic au­tho­ri­ties. To re­cap, the sec­tion of the Mu­sées Royaux hou­sing the na­tio­nal col­lec­tion of mo­dern and con­tem­po­ra­ry art was clo­sed to make way f o r t he Mu­sée F i n - d e - Siècle, which ope­ned last year. Any­way, co­meth the elec­tion, awa­ke­neth the po­li­ti­cian, and the search is on for a new site. The hot­test pros­pect seems to be the big mo­der­nist Ci­troën buil­ding, an in­dus­trial struc­ture near the ca­nal but close to the ci­ty cen­ter, and ideal­ly a wes­tern coun­ter­weight to the Wiels at the other end of the east-west arc. But let’s not get car­ried away, what with fea­si­bi­li­ty stu­dies and dead­lines still to come. The col­lec­tion, any­way, pe­ters out with the last cen­tu­ry: for art of the last de­cades, pri­vate col­lec­tions still play a vi­tal role, as can be seen from the la­test edi­tion of Art Brus­sels and the ex­hi­bi­tions put on in pa­ral­lel. The fair it­self paid ho­mage to its com­mit­tee of col­lec­tors with The Por­trait of

the Col­lec­tor, while the CAB put on one of its best shows yet, Out

of Cha­rac­ter, in which each work was pro­du­ced by a col­lec­tor of the ar­tist concer­ned (www.cab.be), and La Mai­son Par­ti­cu­lière conti­nued to in­no­vate with Ré­so­nan

ce(s) (www.mai­son­par­ti­cu­liere.be). The Charles Ri­va Col­lec­tion is loo­king at art from over the At­lan­tic (Made in New York (through Ju­ly 19, www.char­les­ri­va­col­lec­tion.com), and the Van­hae­rents Col­lec­tion has just inau­gu­ra­ted Man in the

Mir­ror, to run un­til late 2016. In a ve­ry dif­ferent sec­tor, small art as­so­cia­tions and ar­tist/cu­ra­tor­run col­lec­tives are thri­ving, if al­ways on a knife edge, with eve­ry­thing un­cer­tain, star­ting with their pre­mises. Still, Brus­sels has some thir­ty such groups, among them Kom­plot, Éta­blis­se­ment d’en face, De La Charge, Rec­tangle, Abi­lène, and La Loge.(2) Ir­ri­ga­ted by so­cial net­works, and most of them ope­ra­ting un­der a sha­red com­mu­ni- ca­tions um­brel­la, The Walk, their pre­sence adds dy­na­mism to the ci­ty art scene as a whole. Last Sep­tem­ber, gal­le­ry ope­nings were mar­ked by the ar­ri­val of Le Ri­vo­li, a new com­plex at the end of Ave­nue Louis, near the wood of La Cambre. This is in fact a group of gal­le­ries that have ta­ken over an old shop­ping mall, the standout name being Huf­kens, who has ope­ned a se­cond space there (cur­rent­ly sho­wing Af­fiches et

Fon­taines, ori­gi­nal pos­ters by Saâ­dane Afif). The other main oc­cu­pant is Ros­si Con­tem­po­ra­ry, a pre­cur­sor which now has three spaces. Other new­co­mers are the De­lire, Guy Le­dune, and OMS Pradhan gal­le­ries and the cu­ra­to­rial space Pla­gia­ra­ma. If this new clus­ter of some ten gal­le­ries has shif­ted the balance of spaces from the lo­wer to the up­per part of the ci­ty, it al­so shows that the days when young gal­le­ries ten­ded to start up near Rue Dan­saert and the ca­nal in the lo­wer town are over. From now on, it seems, young gal­le­ries are keen to en­ter the sphere of the more confir­med spaces in the up­per town. This geo­gra­phi­cal shift was confir­med this spring with the ope­ning of ano­ther space at the other end of Ave­nue Louise, near the law courts, where the Pa­ri­sian gal­le­rists Jean Ro­ch­dard and Valentin have tea­med up in a sha­red pro­ject cal­led Mon Ché­ri. Inau­gu­ra­ted during Art Brus­sels in late April, the space looks set to host per­so­nal and group ex­hi­bi­tions but not to re­present ar­tists in the tra­di­tio­nal gal­le­ry man­ner. They are to be joi­ned by other gal­le­ries in June: Wald­bur­ger, Jan Mot and Catherine Bas­tide, all of whom are lea­ving the lo­wer town, as well as Mi­che­line Sz­wa­j­cer, from Ant­werp. Ra­ther than close, as she once en­vi­sa­ged, Sz­wa­j­cer is star­ting a new life in the ca­pi­tal with an inau­gu­ral show by Ann Ve­ro­ni­ca Jans­sens. Ear­lier émi­grés from Ant­werp in­clude Of­fice Ba­roque, Van der Mie­den and Kus­se­neers. They are out­num­be­red by Pa­ri­sians. In ad­di­tion to Jean­roch Dard and Valentin, Va­lé­rie Bach, Na­tha­lie Oba­dia, Al­mine Rech, Sébastien Ri­cou, Da­niel Tem­plon, Mi­chel Rein, and Lau­ren­tin all have out­posts here. Then there is of course Her­mès and its La Ver­rière ( sho­wing Hubert Du­prat through Ju­ly 12) and the ve­ry eclec­tic Mai­son Par­ti­cu­lière. In all, then, Ave­nue Louise has some thir­ty con­tem­po­ra­ry art gal­le­ries, in­clu­ding some of the coun­try’s big­gest names ( Xa­vier Huf­kens and Ro­dolphe Jans­sen have both ope­ned se­cond spaces near­by), confir­ming the do­mi­nance of the up­per town over the lo­wer, where Gre­ta Meert’s three-floor space in a ma­gni­ficent Art Nou­veau buil­ding re­mains the big draw.

Trans­la­tion, C. Pen­war­den (1) The elec­tions on Sunday May 25 de­ter­mi­ned the Eu­ro­pean but al­so Bel­gian re­gio­nal and fe­de­ral as­sem­blies for the years ahead. (2) See the ar­ticle “Le boom des ‘Ar­tis­trun Spaces” à Bruxelles” in L’Art

même, no. 62 (May-Au­gust 2014).

« Out of Cha­rac­ter » (CAB, 2014) De haut en bas/ from top: OEuvre de/ work by Ro­dri­go Bue­no. « Brus­sel Sprouts ». 2014, OEuvre de/ work by Manu En­ge­len.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.