Oli­vier Cor­pet la pas­sion de l’ar­chive

Art Press - - ÉDITO - Jacques Hen­ric

Oli­vier Cor­pet

Pour­quoi et comment

IMEC

Un grand nombre de nos col­la­bo­ra­teurs et pro­ba­ble­ment de nos lec­teurs ont en­ten­du par­ler de l’IMEC (Ins­ti­tut Mé­moires de l’édi­tion contem­po­raine) comme d’une sorte d’équi­valent de la BnF, mais dont les ar­chives sont ou­vertes à la seule créa­tion lit­té­raire contem­po­raine. À l’ori­gine de cette en­tre­prise, un homme: Oli­vier Cor­pet. Il en fut le fon­da­teur puis le di­rec­teur jus­qu’en sep­tembre 2013. Dans la col­lec­tion le Lieu de l’ar­chive, que di­rige Na­tha­lie Lé­ger, Oli­vier Cor­pet ra­conte dans un beau et émou­vant texte ce que fut cette aven­ture mou­ve­men­tée qui com­men­ça sur un coin de table d’un mo­deste bureau pa­ri­sien et qui le me­na, deux dé­cen­nies plus tard, à réunir au sein de la su­perbe ab­baye d’Ar­denne, près de Caen, 600 fonds d’ar­chives, 560000 pho­to­gra­phies, des mil­liers de do­cu­ments au­dio­vi­suels, des cen­taines de mil­liers élec­tro­niques et nu­mé­riques, et 18000oeuvres d’art, le tout in­ven­to­rié, mis à l’abri dans des sou­ter­rains s’éta­lant sur plus de 27 ki­lo­mètres li­néaires. Un fonds consul­table par des cher­cheurs ve­nus du monde en­tier. Évo­quer la nais­sance et les étapes mar­quantes du dé­ve­lop­pe­ment de l’IMEC, c’est d’abord et in­évi­ta­ble­ment, pour Oli­vier Cor­pet, par­ler de lui­même. D’où il vient, sa fa­mille, ses ac­ti­vi­tés pro­fes­sion­nelles an­té­rieures, ses ami­tiés, les ren­contres avec ceux et celles qui se­ront des com­plices et des par­te­naires dans la mise en route de l’ins­ti­tu­tion, ses pre­miers sou­ve­nirs où se ma­ni­feste dé­jà un vif in­té­rêt pour l’ar­chive. Évo­quant ses as­cen­dants fa­mi­liaux et leurs re­la­tions, des noms pres­ti­gieux sont égre­nés : Cha­brier, Fau­ré, De­bus­sy, la com­tesse Gref­fulhe (la Guer­mantes de Proust)… Le grand­père ma­ter­nel, « per­son­nage-clé de [son] ima­gi­naire per­son­nel », confie Cor­pet, a en­tre­te­nu une cor­res­pon­dance avec ces cé­lé­bri­tés de l’époque. C’est la re­cherche des lettres épar­pillées après la mort de l’aïeul qui a été pour le fu­tur di­rec­teur de l’IMEC le pre­mier contact avec l’ar­chive. À la pas­sion pour celle-ci s’est ajou­tée celle pour les re­vues. Elle lui est ve­nue au dé­but des an­nées 1970 lors de sa fré­quen­ta­tion de la fa­meuse li­brai­rie gau­chiste, la Joie de lire, di­ri­gée par Fran­çois Mas­pe­ro. Au sous-sol, une vraie caverne d’Ali Ba­ba de re­vues sta­li­noïdes, maoïstes, trots­kistes, anar­chistes. Si leur conte­nu n’em­por­tait guère l’en­thou­siasme de Cor­pet, cer­taines d’entre elles l’ont mis en contact avec un mi­lieu in­tel­lec­tuel dont il sau­ra se sou­ve­nir quand pren­dra forme son pro­jet de l’IMEC. Par­mi les re­vues de l’époque qui re­tiennent son at­ten­tion : Au­to­ges­tion, Uto­pie,

Ar­gu­ments. Ce ne sont plus des noms de mu­si­ciens que cite Cor­pet, mais ceux d’écri­vains et de phi­lo­sophes : Pierre Na­ville, Da­niel Gué­rin, Ed­gar Mo­rin, Jean Du­vi­gnaud, Ko­stas Axe­los, Hen­ri Le­febvre, Jean Bau­drillard, Louis Al­thus­ser… Son at­ti­rance pour les re­vues le mè­ne­ra à tenir sur elles une ru­brique dans Li

bé­ra­tion qui lui fe­ra ren­con­trer Claude Lanz­mann, pour sa re­vue les Temps mo­dernes, et Mau­rice Olen­der, pour le Genre hu­main. Mau­rice Olen­der, qui se­ra par­tie pre­nante dans l’aven­ture de l’IMEC, avec, à ses dé­buts, Jean Gat­té­gno, Pierre Le­roy (son ac­tuel pré­sident qui pré­face le ré­cit d’Oli­vier), Jean-Pierre Dau­phin, Pascal Fou­ché, Al­bert Di­chy, An­dré Der­val, Claire Paul­han, Na­tha­lie Lé­ger, la­quelle vient de prendre la di­rec­tion de l’ins­ti­tu­tion, et les édi­teurs qui, d’en­trée, ont sou­te­nu le pro­jet de cette nou­velle bi­blio­thèque « pas comme les autres », no­tam­ment Claude Du­rand et Ch­ris­tian Bour­gois qui en furent les pré­si­dents, aux­quels suc­cé­da, de 2008 à 2013, Jack Lang.

NOTRE GRA­TI­TUDE

De trois ar­chives, Oli­vier Cor­pet garde un sou­ve­nir ému. Il rap­pelle les cir­cons­tances de leur dé­cou­verte et les aléas de leur en­trée à l’IMEC. Ce sont les ar­chives d’Al­thus­ser, d’Irène Né­mi­rovs­ky et de Mar­gue­rite Du­ras, aux­quelles vien­dront s’ajou­ter celles de Jean Paul­han en 1993, puis celles d’Alain Rob­beG­rillet. L’his­toire de l’IMEC n’a pas tou­jours été un long fleuve tran­quille. Cor­pet qui, dans sa vie d’avant l’IMEC, avait fait ses armes dans la lutte syn­di­cale – il fut pre­mier dé­lé­gué syn­di­cal CFDT au sein d’un groupe in­dus­triel où il tra­vailla comme éco­no­miste –, sut me­ner la ba­garre quand il le fal­lut, no­tam­ment en 1995 lorsque le mi­nis­tère de la Culture ten­ta de ro­gner son bud­get. Tout est vite ren­tré dans l’ordre et l’ins­ti­tu­tion a pu se dé­ve­lop­per avec une grande am­pleur: ou­ver­ture d’une vaste bi­blio­thèque ins­tal­lée dans l’ab­ba­tiale, créa­tion d’un centre cultu­rel de ren­contre à l’ab­baye d’Ar­denne, édi­tions, pu­bli­ca­tions de textes in­édits, d’une re­vue, sé­mi­naires, col­loques, ex­po­si­tions… Le lun­di 2 sep­tembre 2013 dé­bute une « nou­velle ère ». Oli­vier Cor­pet an­nonce son dé­part de l’IMEC et re­met ses pou­voirs à Na­tha­lie Lé­ger qui, sou­te­nue par Pierre Le­roy, est élue à l’una­ni­mi­té des membres du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion. « Trans­mis­sion se­reine », écrit Cor­pet, faite se­lon ses voeux. Le 20 sep­tembre sui­vant, un hom­mage lui est ren­du lors d’une cé­ré­mo­nie à l’Ins­ti­tut du monde arabe. Comment, à notre tour, Catherine Millet, moi et toute l’équipe d’art­press, ne pas dire notre gra­ti­tude à Oli­vier Cor­pet. C’est sur son ami­cale pres­sion que nos ar­chives per­son­nelles et celles de la re­vue ont été confiées à l’IMEC ; c’est lui qui eut l’idée, aus­si­tôt par­ta­gée par Mau­rice Olen­der et Claire Paul­han, de lan­cer en co­édi­tion IMEC/ art­press la col­lec­tion les Grands En­tre­tiens d’art­press. Homme d’une grande culture et d’une ou­ver­ture d’es­prit peu com­mune, il fut pour nous un in­ter­lo­cu­teur at­ten­tif et fi­dèle. Main­te­nant qu’il a pas­sé le re­lais à la nou­velle équipe, il va pou­voir se consa­crer à une autre de ses pas­sions : l’écri­ture. Ain­si, à l’IMEC de re­ce­voir ses propres ar­chives qui vont com­men­cer de re­joindre celles des écri­vains qu’il a ac­cueillies.

Pu­blié hors com­merce, Pour­quoi et comment est té­lé­char­geable sur le site de l’IMEC: http://www.imec-ar­chives.com/edi­tions/pour­quoi-et-comment/

Oli­vier Cor­pet

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.