Ber­nar Ve­net

Inau­gu­ra­tion de la Fon­da­tion Ber­nar Ve­net et de la cha­pelle Stel­la / 12 juillet 2014

Art Press - - EXPOSITIONS -

La pra­tique de Ber­nar Ve­net vient de prendre une nou­velle di­men­sion avec la réa­li­sa­tion de sculp­tures mo­nu­men­tales en acier. Il est fi­ni le temps où la ma­té­ria­li­té de l’oeuvre pas­sait au se­cond plan. Trou­ver un site s’avère né­ces­saire. « Ce lieu ne pou­vait qu’être si­tué dans le Sud. Je suis des Alpes de Haute-Pro­vence. J’y ai pas­sé mon en­fance, et j’ai fait mes pre­miers pas d’ar­tiste à Ta­ras­con. » C’est au Muy, com­mune du Var, qu’il dé­couvre alors un mou­lin. « La bâ­tisse ne sem­blait pas adap­tée. J’ai com­men­cé à chan­ger d’avis à la vue de la se­conde par­tie du lieu : un ter­rain im­por­tant et une usine en ruine. » Pen­dant des an­nées, il ré­nove, re­cons­truit, mo­dèle le parc et les berges de la ri­vière. La géo­gra­phie lui dicte une stricte hié­rar­chie des lieux : d’un cô­té, un mou­lin trans­for­mé en mai­son d’ha­bi­ta­tion, de l’autre, une usine avec de vastes es­paces ou il peut tra­vailler ses ins­tal­la­tions et sto­cker ses sculp­tures. Ra­pi­de­ment, le mou­lin trouve même une nou­velle des­ti­na­tion : abri­ter son im­por­tante col­lec­tion d’art contem­po­rain (Judd, les Mos­set, Mor­ris, Stel­la, Tin­gue­ly, Fla­vin, etc.) qu’il peut en­fin ex­po­ser cor­rec­te­ment. La pré­sen­ta­tion prend une am­pleur in­édite avec les oeuvres rares ras­sem­blées par sa femme Diane Ve­net. Avec le temps, le lieu de­vient « mu­sée ». Quant aux pièces du sous­sol, elles per­mettent à Ber­nar Ve­net de dé­ployer cer­taines de ses réa­li­sa­tions his­to­riques des an­nées 1950. Au dé­but des an­nées 2000, naît l’idée de don­ner à cet en­semble la forme d’une fon­da­tion. Dans cette op­tique, il fait construire en 2004, au fond du parc, une nou­velle ga­le­rie de 700 m2 tout en acier in­ox mi­roir, comme une plate-forme d’ex­pé­ri­men­ta­tion des­ti- née à ac­cueillir des ar­tistes in­vi­tés. Il faut aus­si men­tion­ner un parc de sculp­tures ; sur cinq hec­tares, Ber­nar Ve­net a ins­tal­lé ses oeuvres (dont une sculp­ture-pont spé­ci­fi­que­ment réa­li­sée pour le site) et celles de quelques amis par­mi les­quels Frank Stel­la. C’est ce der­nier qui est à l’ori­gine d’une des réa­li­sa­tions les plus ex­cep­tion­nelles de la fon­da­tion. En 2010, Ber­nar Ve­net se porte ac­qué­reur de six oeuvres hors normes de Stel­la ( Eri­du I et II, Mu­ham­mad Jaf­far I et II, Ha­jii Mu­ham­mad I et II) aux­quelles il dé­cide de don­ner le plus bel écrin pos­sible : un pa­villon des­si­né par le maître amé­ri­cain. À la suite d’un voyage en 2012, Stel­la jette les pre­mières es­quisses d’une ar­chi­tec­ture spé­ci­fique au toit en car­bone. Tout juste ache­vée dans un des re­coins du parc, la cha­pelle Stel­la sur­prend et s’im­pose comme une oeuvre clé de l’ar­tiste de 78 ans. « L’inau­gu­ra­tion de la fon­da­tion en juillet coïn­cide avec celle de la Cha­pelle », confie Ve­net. « Je veux que cette fon­da­tion des­ti­née à me sur­vivre soit un lieu de re­cherche et d’ex­pé­ri­men­ta­tion pour les ar­tistes, les cri­tiques, un lieu de ré­si­dence aus­si avec son im­mense bi­blio­thèque, sa col­lec­tion, bref un lieu de vie. » Quant au grand pu­blic, l’en­semble lui est ou­vert ponc­tuel­le­ment et sur ren­dez-vous. Il suf­fit de s’ins­crire (in­fo@ ve­net­foun­da­tion.org) aux vi­sites qu’or­ga­nise le couple Ve­net. Plai­sir garanti.

Da­mien Saus­set Ma­king mo­nu­men­tal sculp­tures in steel took Ber­nar Ve­net’s work in­to a new di­men­sion, brin­ging ma­te­ria­li­ty to the fore. When loo­king for a site, he knew, “The place just had to be the south. I am from the Alpes de Haute Pro­vence. I spent my child­hood there, and that’s where I star­ted out as an ar­tist, in Ta­ras­con.” He found a wind­mill in Le Muy (Var). “The buil­ding didn’t look ve­ry sui­table at first, but when I saw the other part of the site I chan­ged my mind: there was a lot of land and a rui­ned factory.” He spent years re­no­va­ting and re­buil­ding, sculp­ting the park and the banks of the ri­ver. The to­po­gra­phy im­po­sed a strict hie­rar­chy of spaces: on one side, a wind­mill conver­ted in­to a house, on the other, a factory whose vast spaces could be used for wor­king and sto­ring sculp­tures. Soon, the wind­mill was al­so home to a si­zeable col­lec­tion of con­tem­po­ra­ry art (Judd, Mos­set, Mor­ris, Stel­la, Tin­gue­ly, Fla­vin, etc.), which he was at last able to ex­hi­bit pro­per­ly. The pre­sen­ta­tion gai­ned in scale with the rare works as­sem­bled by his wife Diane Ve­net. Over the years, the place tur­ned in­to a mu­seum, with the ba­se­ment floors ser­ving to dis­play some of Ve­net’s ear­liest works from the 1950s. In the ear­ly 2000s, he de­ci­ded to turn this en­semble in­to a foun­da­tion, and to this end he built a new gal­le­ry at the end of the park, 700 square me­ters in re­flec­tive stain­less steel, a kind of ex­pe­ri­men­tal hub for guest ar­tists. There is al­so a five-hec­tare sculp­ture park with a spe­cial­ly concei­ved bridge-sculp­ture and the work of friends such as Frank Stel­la, who crea­ted one of the foun­da­tion’s most re­mar­kable ex­hi­bits. In 2010 Ve­net ac­qui­red six giant pieces by Stel­la ( Eri­du I and II, Mu­ham­mad Jaf­far I and II, Ha­jii Mu­ham­mad I and II), and in­vi­ted him to de­si­gn a spe­cial pa­vi­lion to set them off. Stel­la came over in 2012 and sket­ched a buil­ding with a car­bon roof. This has just been com­ple­ted, and this “cha­pel” can be seen as a key work by the 78 year-old American. “The inau­gu­ra­tion of the foun­da­tion in Ju­ly coin­cides with that of the Cha­pel,” says Ve­net. I want this foun­da­tion which will live on when I am­gone to be a place for re­search and ex­pe­ri­men­ta­tion for ar­tists and cri­tics, a place of re­si­dence with its huge li­bra­ry, its col­lec­tion—in short, a place for li­ving.” As for the pu­blic, the space will open from time to time for those who re­serve a place on the gui­ded tours or­ga­ni­zed by Ber­nar and Diane Ve­net (in­fo@ ve­net­foun­da­tion.org). Much plea­sure in store.

Trans­la­tion, C. Pen­war­den

Vue de la nou­velle ga­le­rie au Muy avec « Dia­go­nal 74.3º ». 2006. Acier peint. 15 mètres. (Ph. P. Hau­sherr) The new gal­le­ry at Le Muy

« Ef­fon­dre­ment : Angles, Arcs ». 2013. (Ph. J. Ca­va­lière) “Col­lapse: Angles”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.