Ka­trin Bre­mer­mann

Art Press - - EXPOSITIONS -

Ga­le­rie Vi­dal-Saint Phalle / 14 juin - 12 juillet 2014 Ka­trin Bre­mer­mann s’est tou­jours ef­for­cée de dé­pas­ser les li­mites struc­tu­relles de la toile en tant que cadre, sup­port et sur­face. Ses pein­tures pro­posent un par­cours aux ré­cits va­riés, où chaque oeuvre semble ré­pondre à une autre, mais où chaque com­po­si­tion sur la­quelle le re­gard se pose pro­pose un dis­cours émo­tion­nel nou­veau. Sa re­cherche de trans­gres­sion des bornes clas­siques du châs­sis, de la toile ten­due et de la ligne, as­so­ciée à l’épu­ra­tion de la cou­leur et de la forme, signent une sen­sa­tion nou­velle à chaque confron­ta­tion. Tout part de la ligne droite et de la courbe qui, tra­vaillées avec la cou­leur pure, en­gagent un équi­libre nou­veau. Car ce qui anime son tra­vail reste la pos­si­bi­li­té d’un nou­veau lan­gage ré­pon­dant à une plu­ra­li­té d’af­fects im­mé­diats. Cette re­cherche de lan­gage s’in­carne dans l’im­por­tance du rythme don­né à la toile par la trans­for­ma­tion du châs­sis, qui ren­voie à l’union entre une ligne tra­vaillée et à un co­lo­ris presque pal­pable. Le Dé­sir, au châs­sis asy­mé­trique, illustre par­fai­te­ment ce tra­vail d’ex­pres­sions de la ligne par la marque du tra­cé, par le mo­de­lé de l’huile, for­mant un car­ré rouge par­fait à l’angle in­fé­rieur cour­bé par la ten­sion de la toile comme la tente d’un cha­pi­teau. L’oeil s’amuse de trou­ver de la mol­lesse dans la ligne so­lide, de l’in­stable dans la forme droite. C’est à un jeu vi­suel et émo­tif que sou­haite nous in­vi­ter Ka­trin Bre­mer­mann, fon­dé sur le ma­nie­ment ité­ra­tif et la ré­ac­tion des at­tri­buts les plus élé­men­taires de la pein­ture.

Al­ban Be­noit-Ham­bourg work and as sup­port. Her pain­tings of­fer a va­rie­ty of nar­ra­tives. Each work seems to re­spond to ano­ther, and each com­po­si­tion of­fers a new emo­tio­nal dis­course. Eve­ry work pro­cures new sen­sa­tions, thanks to her trans­gres­sion of the tra­di­tio­nal li­mits of the stret­cher, can­vas and line, and her sim­pli­fi­ca­tion of co­lor and line. The ba­sis of it all is the straight line and curve, wor­ked in pure co­lor, and crea­ting a new equi­li­brium. Be­hind her work is the quest for a new lan­guage in line with a plu­ra­li­ty of im­me­diate af­fects. Hence the im­por­tance of the rhythm im­par­ted to the can­vas by the trans­for­ma­tion of the stret­cher, evo­king the union bet­ween ca­re­ful line and an al­most pal­pable co­lor. Le Dé­sir (De­sire), with its asym­me­tri­cal stret­cher, per­fect­ly illus­trates this work on ex­pres­sive line through the use of mar­kings, the mo­de­ling of the oil paint, for­ming a per­fect red square whose lo­wer cor­ner is bent by the ten­sion of a can­vas or a cir­cus tent being rai­sed. One eye mocks the limp­ness wi­thin a so­lid line, de­lights in fin­ding in­sta­bi­li­ty in a straight form. Ul­ti­ma­te­ly, what Ka­trin Bre­mer­mann is in­vi­ting us to par­take in, is a visual and emo­tio­nal game, foun­ded on ite­ra­tive hand­ling and reac­tion of the most ele­men­ta­ry at­tri­butes of pain­ting.

Trans­la­tion, C. Pen­war­den

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.