Xu Zhen by Ma­deIn Company

Art Press - - EXPOSITIONS -

Ga­le­rie Na­tha­lie Oba­dia / 24 mai - 25 juillet 2014

L’ar­tiste de Shan­ghaï Xu Zhen signe au­jourd’hui sous le nom de Ma­deIn Company – dans le­quel les ex­pres­sions rea­dy-made et made in Chi­na sont sous-ja­centes. Ce nom dé­signe une en­tre­prise de pro­duc­tion cultu­relle créée en 2009, qui s’ins­crit dans le droit fil des ini­tia­tives d’ar­tistes en­tre­pre­neurs. Elle évoque une marque dé­po­sée et pro­pose un mo­dèle ins­pi­ré de l’éco­no­mie de mar­ché. La no­tion de fé­ro­ci­té, ré­cur­rente chez l’ar­tiste, re­sur­git dans l’ex­po­si­tion pré­sen­tée ici, avec six nou­velles oeuvres de la sé­rie Prey, amor­cée en 2011. Chaque oeuvre se construit se­lon un prin­cipe bi­naire. Une pein­ture à l’huile au for­mat im­po­sant et au cadre do­ré ru­ti­lant dé­crit un in­té­rieur pay­san – fau­cille, paillasse et por­trait de Mao Tse Toung à l’ap­pui. Elle se double d’un car­tel sur le­quel se trouve une image sa­tel­lite pro­ve­nant de Google Earth. On com­prend à re­bours que chaque pein­ture à l’huile a été réa­li­sée d’après une pho­to­gra­phie prise dans les pro­vinces du Si­chuan et du Guiz­hou lo­ca­li­sées sur le car­tel. En em­prun­tant vo­lon­tai­re­ment des modes de re­pré­sen­ta­tion as­so­ciés au pas­sé oc­ci­den­tal pour dé­crire la vio­lence d’une réa­li­té pré­sente, l’ar­tiste iro­nise sur un rap­port de force entre do­mi­na­tion éco­no­mique et re­pré­sen­ta­tion do­mi­nante. Par ailleurs, les masses la­bo­rieuses re­pré­sen­tées par leur ha­bi­tat de­viennent la proie fa­cile du col­lec­tion­neur pré­da­teur prêt à or­ner son in­té­rieur de cette re­pré­sen­ta­tion es­thé­ti­sée de la mi­sère. L’ar­tiste nous ren­voie donc, de ma­nière un peu lit­té­rale, à la re­la­tion bi­naire et in­égale po­sée par la pré­da­tion.

Au­drey Il­louz Ma­deIn Company, the “trade mark” of Shan­ghai-ba­sed ar­tist Xu Zhen, evokes both the Du­cham­pian rea­dy­made and the Made in Chi­na la­bel. Star­ted in 2009, the un­der­ta­king conti­nues the tra­di­tion of the ar­tist as en­tre­pre­neur, ins­pi­red by the mar­ket eco­no­my. This show, fea­tu­ring six works from the ar­tist’s Prey se­ries, be­gun in 2009, evokes what is one of his re­cur­ring themes: fe­ro­ci­ty. Each piece is struc­tu­red by a bi­na­ry prin­ciple. A big oil pain­ting in a shi­ny gold frame de­picts a far­mer’s home, com­plete with a si­ckle, straw mat­tress and por­trait of Mao Ze­dong. It is ac­com­pa­nied by a card sho­wing a sa­tel­lite image from Google Earth. We then rea­lize that each oil pain­ting was ba­sed on a pho­to ta­ken in Si­chuan and Guiz­hou pro­vinces and lo­ca­ted on the la­bel. By de­li­be­ra­te­ly dra­wing on modes of representation as­so­cia­ted with the wes­tern past in or­der to des­cribe the vio­lence of a present-day rea­li­ty, the ar­tist is iro­ni­cal­ly com­men­ting on the link bet­ween economic do­mi­na­tion and do­mi­nant forms of representation. The toi­ling masses evo­ked by their dwel­lings be­come ea­sy prey for the col­lec­tor-pre­da­tor who de­co­rates his home with this aes­the­ti­ci­zed representation of po­ver­ty. In this, ra­ther li­te­ral way, the ar­tist confronts us with the bi­na­ry and une­qual re­la­tion im­po­sed by pre­da­tion.

Trans­la­tion, C. Pen­war­den Xu Zhen by Ma­deIn Company Vue de l’ex­po­si­tion « Prey ». 2014

Ex­hi­bi­tion view

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.