Su-Mei Tse

Art Press - - EXPOSITIONS - So­fia Eli­za Bou­rat­sis

Ga­le­rie Tschu­di / 26 juillet - 31 oc­tobre 2014 Fa­ded and The Space Bet­ween, l’ex­po­si­tion de Su-Mei Tse à la ga­le­rie Tschu­di, an­cienne grange du 14e siècle si­tuée dans les mon­tagnes suisses, in­vi­tait à un « pè­le­ri­nage sen­sible » vers un uni­vers à la fois sub­til et sur­pre­nant. En évo­quant l’in­fime dé­tail qui change tout, les oeuvres réa­li­sées en col­la­bo­ra­tion avec JeanLou Ma­je­rus ont quelque chose qui est de l’ordre du pa­ra­doxe poé­tique. Il peut s’agir de ce qui se perd lors du pas­sage D’une langue à l’autre (2014) et qui forme un petit amas de pous­sière d’encre noire ; du len­de­main d’une fête qui conti­nue à vi­brer en nous avant même que le son ne de­vienne au­dible ( Silent Par­ty, 2010) ; ou en­core de l’en­vol, presque sans nos­tal­gie, vers nos plus tendres sou­ve­nirs d’en­fance avec Ver­ti­gen de la Vi­da (Diz­zi­ness of Life) (2011-2013), oeuvre qui nous plonge dans un rêve éveillé – un car­rou­sel dont les sièges ont été rem­pla­cés par des lampes rondes et blanches qui, comme un chant vi­suel, s’illu­minent au rythme de la mé­lo­die en­voû­tante qui l’ac­com­pagne – car Su-Mei Tse est aus­si mu­si­cienne. L’ar­tiste aime ôter, avec un raf­fi­ne­ment su­prême, tout le su­per­flu pour nous plon­ger dans l’es­sen­tiel. Elle convie le vi­si­teur à des in­ter­ro­ga­tions à la fois phi­lo­so­phiques et es­thé­tiques : se lais­ser ab­sor­ber par un mi­roir dont la brillance fane avec les an­nées, qui « s’aveugle » et re­tient main­te­nant son éclat vers le de­dans ( Fa­ded, 2014) ; ou plon­ger son re­gard dans une bou­gie qui brûle sans un seul cré­pi­te­ment ( Light, 2014). Il y a dans sa dé­marche quelque chose qui re­lève de l’in­tros­pec­tion et de l’ou­ver­ture au monde, mais tou­jours sous un cer­tain angle, en ques­tion­nant les évi­dences et sur­tout notre propre re­gard ; peut-être, tout sim- ple­ment, avec hu­mour… Telles les Ge­wisse Rah­men­be­din­gun­gen, sé­rie d’oeuvres ini­tiée en 2013: un jeu de mots sur l’ex­pres­sion al­le­mande à la so­no­ri­té plu­tôt aride, et qui évoque l’his­toire de l’art par des va­ria­tions sculp­tu­rales et vi­déo­gra­phiques au­tour du concept et de la forme du « cadre ». L’im­mer­sion de­vient aus­si voyage dans le temps, à l’image des grands arbres en bronze ins­tal­lés dans la cour : leurs ra­cines sont em­bal­lées, comme celles des bon­saïs, car ils se si­tuent entre deux terres. Il s’agit de la sé­rie Trees and Roots qui com­porte éga­le­ment des pho­to­gra­phies et té­moigne de l’in­té­rêt de Su-Mei Tse pour les si­tua­tions in­ter­mé­diaires de pas­sage, mo­ments fra­giles et in­tenses à la fois. Le Coup scel­lé évoque quant à lui les idées qui peuvent res­ter en sus­pens, juste avant qu’elles ne se réa­lisent. Ins­pi­rée par le vide de l’at­tente, par ce blanc ab­sor­bant, Su-Mei Tse rend ain­si hom­mage à une par­tie qui a mar­qué l’his­toire du jeu de Go et à l’écri­vain Ya­su­na­ri Ka­wa­ba­ta (le Maître ou le Tour­noi de Go). Ce qui in­trigue ici l’ar­tiste, c’est cette pierre lisse – le pion – qui reste fi­gée hors es­pace, en lé­vi­ta­tion dans la pen­sée, comme un point de sus­pen­sion, une res­pi­ra­tion re­te­nue, un ins­tant d’ar­rêt et de ré­flexion, un mo­ment de si­lence qui est aus­si le mo­ment pré­sent. Vi­si­tors to Fa­ded and The Space Bet­ween, an ex­hi­bi­tion of work by Su-Mei Tse at the Tschu­di gal­le­ry, a for­mer four­teenth-cen­tu­ry barn in the Swiss Alps, were in­vi­ted to un­der­take a “pil­gri­mage of the senses” as they tra­ve­led through a subtle and yet sur­pri­sing world. By evo­king the ti­ny de­tail that changes eve­ry­thing, these pieces made in col­la­bo­ra­tion with Jean-Lou Ma­je­rus have so­me­thing of poe­tic pa­ra­dox about them. They may be about what is lost in trans­la­tion ( D’une langue à l’autre, 2014), in the form of a small heap of black ink dust; or the mor­ning-af­ter re- mains of a par­ty that conti­nue to vi­brate wi­thin us even be­fore the sound be­comes au­dible ( Silent Par­ty, 2010); or an al­most com­ple­te­ly nos­tal­gia-free re­turn to our hap­piest child­hood me­mo­ries in Ver­ti­gen de la Vi­da (Diz­zi­ness of Life) (2011-13), a piece that pro­vokes day­dreams when vi­si­tors see the mer­ry-go-round whose seats have been re­pla­ced by round, white lamps that like a vi­sual song go on and off to the rhythm of a haun­ting me­lo­dy writ­ten by the ar­tist­mu­si­cian her­self. With su­perb re­fi­ne­ment she loves to eli­mi­nate the su­per­fi­cial and im­merse us in the es­sen­tial. She in­vites vi­si­tors to consi­der ques­tions that are both phi­lo­so­phi­cal and aes­the­tic, by let­ting them­selves be ab­sor­bed by amir­ror whose brilliance has fa­ded over the years and be­come “blind,” and now shines in­ward ( Fa­ded, 2014), or ga­zing dee­ply in­to a candle that burns wi­thout the sligh­test sput­te­ring ( Light, 2014). Her ap­proach em­braces both in­tros­pec­tion and open­ness to the world, but al­ways from a par­ti­cu­lar point of view, in­ter­ro­ga­ting our as­sump­tions and es­pe­cial­ly our gaze, or per­haps, just sim­ply hu­mor. The title of Ge­wisse Rah­men­be­din­gun­gen (A Cer­tain Fra­me­work), a se­ries of works be­gun in 2013, plays with a ra­ther dry Ger­man ex­pres­sion to ex­plore art his­to­ry through sculp­tures and vi­deos in­ter­ro­ga­ting the concept and form of “the frame.” Im­mer­sion al­so be­comes a kind of time tra­vel. The roots of the tall trees ins­tal­led in the cour­tyard are wrap­ped up like bon­sai, li­te­ral­ly bet­wixt and bet­ween. The se­quence Trees and Roots, which al­so in­cludes pho­tos, de­mons­trates Tse’s in­te­rest in tran­si­to­ry, tran­si­tio­nal mo­ments that are both in­tense and fra­gile. Le Coup scel­lé (the name of a move in Go) is about ideas that can re­main sus­pen­ded just be­fore they are rea­li­zed. Ins­pi­red by the emp­ti­ness of wai­ting, an all-ab­sor­bing white, in this piece Tse pays ho­mage to an his­to­ric game of Go played by the Go mas­ter and wri­ter Ya­su­na­ri Ka­wa­ba­ta ( The Mas­ter or the Go Tour­na­ment). What in­trigues this ar­tist is the smooth stone, the pawn, that re­mains fro­zen in space, like a floa­ting el­lip­sis, a held breath, a sto­len mo­ment for re­flec­tion, an ins­tant of si­lence that is al­so the present mo­ment.

Trans­la­tion, L-S Tor­goff

De haut en bas / from top: « Le coup scel­lé ». 2014. Ins­tal­la­tion. Go­ban en bois, pierre en marbre, fil de soie, pla­te­forme blanche. 250 x 250cm “Sea­led Blow.” Wood, marble, silk « Ge­wisse Rah­men­be­din­gun­gen 3 (Altes Mu­seum) ». 2014. Sculp­ture vi­déo cou­leur, pie­des­tal en bois. 173 x 32 x 40 cm. (© su-mei tse). Co­lor vi­deo, screen, me­dia­player

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.