Pas­sions se­crètes : col­lec­tions pri­vées fla­mandes

Art Press - - EXPOSITIONS - Ber­nard Mar­ce­lis

Tri pos­tal / 10 oc­tobre 2014 - 4 jan­vier 2015 À la dif­fé­rence des col­lec­tions de Fran­çois Pi­nault, de Saat­chi, du CNAP ou d’Em­ma­nuel Per­ro­tin, pré­sen­tées au­pa­ra­vant dans les mêmes lieux, ces col­lec­tions pri­vées fla­mandes ne se dé­fi­nissent pas comme un en­semble préa­la­ble­ment consti­tué. À par­tir d’un vaste cor­pus de près de 4 000 oeuvres, ré­par­ties en 18 col­lec­tion­neurs vi­vant dans la ré­gion de Cour­trai (à proxi­mi­té im­mé­diate de Lille) et fi­na­le­ment ré­duites à 150, c’est à un pé­rilleux tra­vail de sé­lec­tion qu’a dû se li­vrer la com­mis­saire, Ca­ro­line Da­vid. Il s’agis­sait de rendre compte à la fois de la di­ver­si­té et de la ri­chesse de ces col­lec­tions, tout en ren­dant l’en­semble re­pré­sen­ta­tif de l’iden­ti­té de cha­cune d’elles. Comme l’a dit l’un des col­lec­tion­neurs, « cette ex­po­si­tion est comme une super-col­lec­tion ». Nombre d’entre eux l’ont com­men­cée au dé­but des an­nées 1980 ; ces col­lec­tions suc­cèdent dans le temps à celles, plus minimalistes et concep­tuelles, des Herbert, Perl­stein et Da­led. L’in­fluence d’un Jan Hoet (1) et d’ar­tistes comme Jan Ver­cruysse et d’autres de sa gé­né­ra­tion sont per­cep­tibles dans le choix de ces col­lec­tion­neurs. La scène fla­mande s’af­firme par rap­port aux ar­tistes in­ter­na­tio­naux. Un des nom­breux chal­lenges de la cu­ra­trice fut de conci­lier plu­sieurs co­ha­bi­ta­tions : celle entre deux générations de col­lec­tion­neurs, celle entre des pièces mu­séales (Pa­na­ma­ren­ko, Dan Gra­ham, Danh Vo, Ber­linde De Bruy­ckere [2]) et des oeuvres de di­men­sions moins ma­jes­tueuses, mais tout aus­si per­cu­tantes, celle entre une juste re­pré­sen­ta­tion des ar­tistes belges et la vo­ca­tion in­ter­na­tio­nale des col­lec­tions, celle entre des en­sembles mo­no­gra­phiques par­ti­cu­liè­re­ment réus­sis (Juan Mu­noz, Tho­mas Schütte, Elm­green& Drag­set, Mi­chaël Bor­re­mans et son ca­bi­net d’oeuvres sur pa­pier ou Li­li Du­jou­rie et l’in­té­grale de ses vi­déos) et des salles plus col­lec­tives et en­fin celle entre les trois grands axes de l’ex­po­si­tion : la re­pré­sen­ta­tion fé­mi­nine et la conscience fé­mi­niste, la pré­sence du mi­roir et son in­clu­sion du re­gar­deur, une cer­taine vision de l’Amé­rique et de ses in­hé­rentes contra­dic­tions de­puis la cri­tique de son im­pé­ria­lisme à une cer­taine fas­ci­na­tion du rêve amé­ri­cain. À cet égard, les quatre frag­ments de la sta­tue de la Li­ber­té de Danh Vo, ac­quis par quatre col­lec­tions dif­fé­rentes sans concer­ta­tion, sont ré­vé­la­teurs de cet état d’es­prit com­mun de constantes dé­cou­vertes. Au­tre­ment dit, les lec­tures sont mul­tiples et di­verses, entrent en ré­so­nance les unes avec les autres. L’en­semble fonc­tionne à mer­veille et té­moigne en pre­mier lieu de l’en­ga­ge­ment, de longue date, des col­lec­tion­neurs fla­mands pour l’art contem­po­rain, loin de tout ré­gio­na­lisme et avec une vision in­ter­na­tio­nale ja­mais dé­men­tie. Faut-il sou­li­gner que, mal­gré sa proxi­mi­té géo­gra­phique, la scène fran­çaise est peu re­pré­sen­tée, puis­qu’elle se li­mite à un Bu­ren, un Mes­sa­ger, un Claire Fon­taine et un Eu­gène Le­roy aty­pique… Un­like the Fran­çois Pi­nault, Saat­chi, CNAP and Em­ma­nuel Per­ro­tin col­lec­tions, all shown at this ve­nue in the past, these Fle­mish pri­vate col­lec­tions are not de­fi­ned as an en­semble consti­tu­ted in ad­vance. Cu­ra­tor Ca­ro­line Da­vid had the tri­cky task of boi­ling down a huge cor­pus of near­ly 4,000 works, re­pre­sen­ting eigh­teen col­lec­tions ba­sed in the Kor­trijk re­gion (close to Lille), to 150 pieces, while re­pre­sen­ting both the di­ver­si­ty and wealth of the en­semble and the spe­ci­fi­ci­ty of each in­di­vi­dual hol­ding. As one of the col­lec­tors ob­ser­ved, “this ex­hi­bi­tion is like a super-col­lec­tion.” Ma­ny of them star­ted out in the ear­ly 1980s, fol­lo­wing in the wake of the more mi­ni­ma­list and concep­tual Herbert, Perl­stein and Da­led col­lec­tions. The in­fluence of Jan Hoet (1) and of ar­tists such as Jan Ver­cruysse and others of his ge­ne­ra­tion is evident here, as is an em­pha­sis on the Fle­mish scene. One chal­lenge for Da­vid was to strike a balance bet­ween dif­ferent ge­ne­ra­tions of col­lec­tors, but al­so bet­ween mu­seum-scale pieces (Pa­na­ma­ren­ko, Dan Gra­ham, Danh Vo, Ber­linde De Bruy­ckere [2]) and less ma­jes­tic but equal­ly in­ci­sive works, bet­ween Belgian and in­ter­na­tio­nal ar­tists, bet­ween some ve­ry suc­cess­ful mo­no­graph sec­tions (Juan Mu­noz, Tho­mas Schütte, Elm­green & Drag­set, Mi­chaël Bor­re­mans and his set of works on pa­per and the com­plete vi­deos of Li­li Du­jou­rie) and more col­lec­tive rooms, and, fi­nal­ly, bet­ween the show’s three main themes: female conscious­ness and self-re­pre­sen­ta­tion, the mir­ror and the in­clu­sion of the be­hol­der, and the mix­ture of fas­ci­na­tion with Ame­ri­ca and cri­tique of its im­pe­ria­lism. In this re­gard, the four frag­ments of the Sta­tue of Li­ber­ty by Danh Vo, ac­qui­red quite in­de­pen­dent­ly of each other by four dif­ferent col­lec­tors, re­veal a sha­red open­ness to dis­co­ve­ry. In other words, there is a mul­ti­pli­ci­ty of pos­sible rea­dings that echo each other here. The en­semble works won­der­ful­ly and serves, first of all, to re­flect the long-stan­ding en­ga­ge­ment of Fle­mish col­lec­tors in fa­vor of con­tem­po­ra­ry art, trans­cen­ding re­gio­na­lism with their un­fai­lin­gly in­ter­na­tio­nal fo­cus. Need I add that, geo­gra­phi­cal proxi­mi­ty not­withs­tan­ding, the French scene is mo­dest­ly re­pre­sen­ted, with on­ly a Bu­ren, a Mes­sa­ger, a Claire Fon­taine, and an unu­sual Eu­gène Le­roy.

Trans­la­tion, C. Pen­war­den

À gauche / left: Mi­che­lan­ge­lo Pis­to­let­to. « Spec­chio di dia­go­nale ». 1975-1978. Mi­roirs en­ca­drés. 200 x 130 cm. “Dia­go­nal Mir­ror”. À droite / right: Elm­green & Drag­set. « Ca­pi­ta­lism Will Col­lapse From Wi­thin ». 2003. Toile, pein­ture, porte de coffre-fort en acier inoxy­dable et ser­rure à com­bi­nai­son. (Ph. M. Du­four). Can­vas, paint, safe door and com­bi­na­tion lock

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.