Ma­ria­na Cas­tillo De­ball

Art Press - - EXPOSITIONS - Anaël Pi­geat

Ham­bur­ger Bahn­hof/ 20 sep­tembre 2014 - 1er mars 2015 Avec Pa­rer­gon, Ma­ria­na Cas­tillo De­ball inau­gure la nouvelle for­mule du Preis der Na­tiow­nal­ga­le­rie für junge Kunst dont elle est lau­réate : elle a bé­né­fi­cié non pas de 50 000 eu­ros comme ses pré­dé­ces­seurs, mais d’une ex­po­si­tion pré­pa­rée pen­dant un an, et sou­te­nue par la fon­da­tion BMW, dans l’un des mu­sées (de son choix) de la ville de Ber­lin. L’ex­pé­rience est concluante. Dans le pro­lon­ge­ment de tra­vaux an­té­rieurs, Ma­ria­na Cas­tillo De­ball se fait à la fois his­to­rienne et com­mis­saire. L’ex­po­si­tion Pa­rer­gon (tra­duire du grec par « sup­plé­ment d’âme ») est une in­vi­ta­tion au voyage dans Ber­lin, une bio­gra­phie de la Ham­bur­ger Bahn­hof et d’un cer­tain nombre d’ob­jets em­prun­tés à dif­fé­rents mu­sées de la ville. Ils ré­vèlent des pans en­tiers de son his­toire, com­plexes et sur­pre­nants. Le geste de Ma­ria­na Cas­tillo De­ball a par­fois sim­ple­ment consis­té à faire trans­por­ter des ob­jets oubliés, de­puis leur lieu de sto­ckage d’ori­gine jus­qu’à la Ham­bur­ger Bahn­hof, par exemple des ves­tiges du mu­sée des tech­niques qui a été ins­tal­lé dans la gare quelques an­nées à peine après sa créa­tion, et qui a en­suite été lais­sé à l’aban­don des an­nées 1930 aux an­nées 1980. Elle a aus­si ex­plo­ré le des­tin contra­rié de cer­taines oeuvres d’art, comme le masque mor­tuaire du peintre juif Max Lie­ber­mann par Ar­no Bre­ker, qui fut l’un des ar­ti­sans de l’ima­ge­rie du IIIe Reich. Ra­che­té par la ville et of­fert au Mu­sée juif, cet ob­jet n’a ja­mais pu être ex­po­sé. Ma­ria­na Cas­tillo De­ball l’a re­le­vé et ins­tal­lé sur un socle fabriqué par elle dans un ma­té­riau imi­tant le marbre avec une hé­si­tante fra­gi­li­té. Comme une plai­san­te­rie grin­çante, elle montre sur la ci­maise voi­sine deux imi­ta­tions de ta­bleaux de Kan­dins­ky en noir et blanc ; de ces oeuvres consi­dé­rées par les na­zis comme dé­gé­né­rées, on ne connaît qu’une pho­to de presse d’avant la guerre – en noir et blanc. Une autre sculp­ture, cou­verte d’une pa­tine verte, se dresse sur un socle d’une fac­ture sem­blable ; c’est une oeuvre d’Ot­to Baum, spo­liée puis sto­ckée dans un lieu bom­bar­dé pen­dant la guerre. Dé­cla­rée per­due, elle a été dé­cou­verte il y a quelques mois à l’oc­ca­sion de ter­ras­se­ments pour la construc­tion d’un nou­veau mé­tro, « jeune » ob­jet ar­chéo­lo­gique sur le­quel les marques du temps ont vo­lon­tai­re­ment été conser­vées. D’autres ob­jets ha­bitent l’ex­po­si­tion qui est struc­tu­rée par un grand ri­deau de voile sur le­quel est im­pri­mé le des­sin de la fa­çade mo­nu­men­tale du pa­lais de Mschat­ta conser­vée au Per­ga­mon Mu­seum ; une ma­nière de rap­pe­ler les dé­cou­vertes ar­chéo­lo­giques qui ont sou­vent été dé­pla­cées d’Orient en Oc­ci­dent. Pour faire son che­min dans l’ex­po­si­tion, il faut ab­so­lu­ment se re­pé­rer sur les pan­neaux du kiosque si­tué à l’en­trée, que Ma­ria­na Cas­tillo De­ball ap­pelle « mind map ». Un au­dio­guide et un petit journal conçus par elle ac­com­pagnent la vi­site – sans les­quels l’ex­po­si­tion se­rait as­sez aride. On peut re­gret­ter l’uti­li­sa­tion un peu trop clas­sique de ces ou­tils de mé­dia­tion qui font par­tie du projet de l’ar­tiste, mais ils n’en­lèvent rien à la fi­nesse ni à la poé­sie du projet. For her win­ning ins­tal­la­tion Pa­rer­gon, Ma­ria­na Cas­tillo De­ball re­cei­ved a new kind of prize from Na­tio­nal­ga­le­rie für junge Kunst. Ins­tead of 50,000 eu­ros like young ar­tist lau­reates in pre­vious years, the BMW foun­da­tion awar­ded her an ex­hi­bi­tion in the Ber­lin mu­seum of her choice and sup­port for a year to prepare it. This ex­pe­rience pro­ved fruit­ful. As with her pre­vious work, Cas­tillo De­ball ac­ted as both his­to­rian and cu­ra­tor. Pa­rer­gon (Greek for sup­ple­ment or em­bel­lish­ment) is an in­vi­ta­tion to tra­vel through Ber­lin, and a bio­gra­phy of the Ham­bur­ger Bahn­hof and ob­jects bor­ro­wed from other Ber­lin mu­seums that re­veal com­plex and sur­pri­sing fa­cets of the city’s his­to­ry. In some cases, Cas­tillo De­ball has sim­ply had for­got­ten items trans­por­ted from their storage lo­ca­tion to this for­mer rail­road sta­tion conver­ted in­to an art mu­seum— for example, ves­tiges of the tech­no­lo­gy mu­seum that was set up in the Ham­bur­ger Bahn­hof a few years af­ter it was built and then aban­do­ned from the 1930s to the 1980s. She has al­so ex­plo­red the vexed fate of cer­tain art­works, like the death mask of the Je­wish pain­ter Max Lie­ber­mann made by Ar­no Bre­ker, one of the ar­ti­sans of the Third Reich’s vi­sual brand. Bought by the city and do­na­ted to the Je­wish mu­seum, it was ne­ver put on dis­play. Cas­tillo De­ball brought it to light and had it pla­ced on a pe­des­tal she made from imi­ta­tion marble, a ma­te­rial with a he­si­tant fra­gi­li­ty. Like a gra­ting joke, on a neigh­bo­ring wall she hung two black and white imi­ta­tion Kan­dins­kys, pain­tings the Na­zis condem­ned as de­ge­ne­rate, now va­ni­shed and known on­ly through a pre-war black and white news­pa­per pho­to. Ano­ther sculp­ture, co­ve­red with a green pa­ti­na, rises on a si­mi­lar pe­des­tal—a piece by Ot­to Baum, loo­ted and then sto­red in a place that was bom­bed du­ring the war. Al­though long consi­de­red lost, it ree­mer­ged a few months ago du­ring the earth­mo­ving for the construc­tion of a new subway. The ra­vages of time have been ca­re­ful­ly left in­tact on this “young” ar­cheo­lo­gi­cal ob­ject, one of the ma­ny in this ex­hi­bi­tion struc­tu­red by a large cur­tain im­prin­ted with a dra­wing of the mo­nu­men­tal fa­çade of the Mschat­ta Pa­lace in the Per­ga­mon Mu­seum, as if to re­mind us of the ar­cheo­lo­gi­cal finds that have of­ten been ap­pro­pria­ted by the West. To find their way around this ex­hi­bi­tion vi­si­tors must fol­low the “mind map” lo­ca­ted at the en­trance. Cas­tillo De­ball al­so crea­ted an au­dio­guide and a brief prin­ted ex­hi­bi­tion guide, wi­thout which the ex­hi­bi­tion would be pret­ty dull. Her over­ly clas­si­cal use of these mediation tools as part of her ove­rall concep­tion of the ins­tal­la­tion is un­for­tu­nate, but they do not de­tract in the sligh­test from its subt­ly and poe­tic qua­li­ty.

Trans­la­tion, L-S Tor­goff

Ci-des­sus et ci-des­sous / above and be­low: vue de l’ex­po­si­tion « Pa­rer­gon » à la Ham­bur­ger Bahn­hof - Mu­seum für Ge­gen­wart, Ber­lin. (Ph. T. Bruns). Ins­tal­la­tion view

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.