La Main chaude

Art Press - - LIVRES - Jacques Hen­ric

Yel­low Now Une bien belle cor­res­pon­dance que celle entre Do­mi­nique Paï­ni et l’ar­tiste Fré­dé­rique Loutz. Lui, c’est avec des mots qu’il veut se faire en­tendre au­près d’elle. Elle, avec des des­sins, mais des mots aus­si, au­près de lui. Des mots qui com­mentent les des­sins, les pro­longent, les éclairent. Lui, qui est homme de mots et d’images, ne veut pas être en reste et ajoute à ses lettres ma­nus­crites des des­sins, des col­lages. L’image de couverture, un bai­ser, an­nonce la cou­leur. Quant au titre, la Main chaude, on pour­rait le cor­ri­ger en pré­ci­sant qu’il y a deux mains très chaudes qui of­fi­cient. Une cor­res­pon­dance amou­reuse? On peut le dire. Je le dis donc. Les textes et les images m’y au­to­risent. « Em­brasse et baise la main mon­trée », écrit Fré­dé­rique Loutz au­des­sus de l’un de ses très beaux des­sins qui font de ce petit livre un ob­jet pré­cieux : en­chan­te­ment pour les yeux, sti­mu­la­tion et ré­créa­tion pour l’es­prit, tant l’hu­mour est au poste de com­mande, mais aus­si ex­ci­ta­tion pour les sens, tant les images à conno­ta­tion sexuelle se ré­pondent. Ici une belle paire de fesses fé­mi­nines choi­sie par l’homme à mots ; là, ces mots « lo­tus et con cou­su » de la femme à images. Là, d’elle, ces deux des­sins : femme avec sexe, homme avec queue. De lui, cette der­nière lettre : « L’élan qui nous a conduits jus­qu’à ces der­niers vides, cet élan fut peut-être mu par le dé­sir […] Je te couvre de bai­sers ? » Voi­là, c’est une émou­vante his­toire vé­cue, ra­con­tée avec lé­gè­re­té, pu­deur, drô­le­rie. On voyage avec l’épis­to­lier Paï­ni, dans l’es­pace et dans les livres, les films, les pein­tures. On nage avec l’ar­tiste Fré­dé­rique Loutz dans les formes et les cou­leurs. « Lune de miel, lune de fiel », écrit celle-ci. Au lec­teur, c’est celle de miel qui a été of­ferte. L’ac­tua­li­té édi­to­riale en ma­tière de mo­no­gra­phies sur des ar­tistes contem­po­rains est faite de pu­bli­ca­tions d’une plu­ra­li­té de na­ture, de des­ti­na­tion, de concep­tion, de­puis le cof­fee table book jus­qu’au ca­ta­logue mo­deste, sur des ar­tistes connus et moins connus. In­jus­te­ment, seuls quelques très rares titres sont men­tion­nés dans la presse spé­cia­li­sée. Es­sayons de cor­ri­ger (un tout petit peu) ce manque.

JEAN RAULT. DIA­MONDS ARE FO­RE­VER

(Le VOG, Centre d’art contem­po­rain de la Ville de Fon­taine). De­puis bien­tôt 15 ans, Jean Rault pho­to­gra­phie dans le sous-sol de Kyo­to de mer­veilleuses créa­tures qui ne cor­res­pondent pas exac­te­ment au sté­réo­type de la gei­sha. Tra­ves­tis, drag-queens, adeptes du trans­for­misme, ta­toués… On com­prend l’ar­tiste, c’est ad­dic­tif. Comme il se doit, le ca­ta­logue peut se feuille­ter de gauche à droite (à l’oc­ci­den­tale) et de droite à gauche (à la ja­po­naise).

NAJIA MEHADJI. LA RÉ­VÉ­LA­TION DU GESTE

(So­mo­gy). Belle mo­no­gra­phie consa­crée à une ar­tiste qui se tient entre cul­ture arabe et hé­ri­tage de la pein­ture ges­tuelle oc­ci­den­tale, avec, outre un long en­tre­tien avec Vé­ro­nique Rief­fel, des textes de Pas­cal Amel, Ré­mi La­brusse, Ch­ris­tine Bu­ciG­lucks­mann, et du très re­gret­té Ab­del­wa­hab Med­deb qui fait ici l’éloge de l’am­bi­va­lence, « ce qui apaise sans abo­lir ».

GRAF­FI­TI PO­LI­TIQUES BRAS­SAÏ GRAF­FI­TI.

VILLE­GLÉ ( 1962- 1991)

De­puis de nom­breuses an­nées, la ga­le­rie Geor­gesP­hi­lippe et Nathalie Val­lois édite ré­gu­liè­re­ment, en sui­vant un ordre thé­ma­tique, un pan de l’oeuvre com­plet de l’af­fi­chiste. La bonne idée est cette fois de la mettre en re­gard de l’oeuvre d’un grand pho­to­graphe, dont les images sont réunies dans un ca­hier cen­tral. Les af­fiches ta­guées dé­col­lées par Jacques Ville­glé sont un an­ti­dote ra­di­cal à l’in­toxi­ca­tion par bla-bla po­li­ti­cien. Textes d’Al­fred Pac­que­ment et Agnès de Gou­vion Saint-Cyr.

GIL­BERT & GEORGE. SCAPEGOAT. BOUC ÉMIS­SAIRE. SÜNDENBOCK. PIC­TURES FOR PA­RIS

(Ga­le­rie Thad­daeus Ro­pac). De­puis long­temps aus­si, le duo a eu la bonne idée de do­cu­men­ter son oeuvre, d’ex­po­si­tion en ex­po­si­tion, dans d’épais ca­ta­logues (for­mat à l’ita­lienne) où sont re­pro­duites des vues des ex­po­si­tions et les oeuvres en pleine page. Eux aus­si sont at­ten­tifs aux graf­fi­ti. Et eux aus­si s’in­té­ressent à la cul­ture po­pu­laire, mais pas à la fa­çon de Koons, plu­tôt à celle iro­nique, mor­dante, lu­cide de Wa­rhol. Le livre com­prend un es­sai de l’écri­vain Mi­chael Bra­ce­well.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.