Mar­ché de l’art : nouvelle donne

Gal­le­ry View: Georges-Phi­lippe Val­lois on the Chal­lenges for the French Art Mar­ket. In­ter­view de Georges-Phi­lippe Val­lois par Catherine Millet

Art Press - - ÉDITO -

in­ter­view de Georges-Phi­lippe Val­lois

par Catherine Millet

qui nous per­met éga­le­ment de faire le lien avec le SNA (Syn­di­cat Na­tio­nal des An­ti­quaires) et sur Vé­ro­nique Jae­ger, hé­ri­tière de la ga­le­rie Jeanne Bu­cher, la plus an­cienne ga­le­rie fran­çaise en­core en ac­ti­vi­té ; notre tré­so­rier est Jean-Pierre Arnoux, une fi­gure tu­té­laire du quar­tier de Saint-Ger­main-des­Prés ; j’ai éga­le­ment de­man­dé à Ch­ris­tian Berst d’en­trer au conseil car nous ne pou­vons faire l’im­passe sur l’art brut. J’ai aus­si pro­po­sé à une ga­le­rie étran­gère ins­tal­lée en France de longue date, Thad­daeus Ro­pac, de nous re­joindre. Pour que des ga­le­ries se dé­ve­loppent, elles doivent s’ap­puyer sur une scène fran­çaise forte, or les choses ne vont pas si bien pour les ar­tistes tra­vaillant en France. J’ai donc sol­li­ci­té Phi­lippe Valentin qui di­rige une ga­le­rie très por­teuse, cen­trée sur cette scène fran­çaise, et Ma­rion Pa­pillon, or­ga­ni­sa­trice de Choices, qui est un peu l’équi­valent du Gal­le­ry Wee­kend de Ber­lin (4). Nous comp­tons éga­le­ment sur Chan­tal Crou­sel, l’une des meilleures ga­le­ries eu­ro­péennes, en­fin, n’ou­blions pas Fa­bienne Le­clerc et Bru­no De­la­val­lade – mon se­cond vice-pré­sident – qui avait mon­tré sa ca­pa­ci­té à créer des éner­gies com­munes dans le 13e ar­ron­dis­se­ment. Avez-vous des équi­va­lents à l’étran­ger ? Nous sommes re­de­ve­nus ac­tifs au sein du syn­di­cat eu­ro­péen des ga­le­ries d’art. Le co­mi­té n’a pas for­cé­ment la même vision du droit de suite que d’autres co­mi­tés voi­sins. Nous ne sommes pas op­po­sés par prin­cipe au droit de suite mais à son ap­pli­ca­tion ac­tuelle : ce que nous trou­vons anor­mal, c’est qu’il soit ap­pli­qué de la même fa­çon pour les ventes pu­bliques et pour les ga­le­ries. Nous trou­vons aus­si anor­mal qu’il soit cal­cu­lé sur le chiffre d’af­faires, et non sur le bé­né­fice. L’ob­jec­tif est de com­mu­ni­quer sur ce qu’est la pro­fes­sion beau­coup plus que ce­la n’a été fait, de ten­ter d’en­rayer la dé­ser­ti­fi­ca­tion des ga­le­ries, de mieux ex­pli­quer leur fonc­tion­ne­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.