Sou­mis et in­sou­mis Sub­mis­sion and re­bel­lion

Art Press - - ÉDITO -

Ha­sard des pu­bli­ca­tions ? Deux livres pa­raissent à quelques mois d’in­ter­valle où il est ques­tion de ser­vi­tude vo­lon­taire. Un ro­man, Sou­mis­sion, de Michel Houel­le­becq (Flam­ma­rion), avec le­quel nous ou­vrons les pages Livres de ce nu­mé­ro sous la forme d’un long en­tre­tien avec l’au­teur ; un es­sai, De quel amour bles­sée, Ré­flexions sur la langue fran­çaise, d’Alain Bo­rer (Gal­li­mard). Dans Sou­mis­sion, un in­di­vi­du, le nar­ra­teur, une ins­ti­tu­tion, l’Uni­ver­si­té, un État, l’État fran­çais, un peuple, le peuple fran­çais, une ci­vi­li­sa­tion, la ci­vi­li­sa­tion eu­ro­péenne, une re­li­gion, la chré­tienne, se sou­mettent à la puis­sance mon­tante de l’is­lam. Une sou­mis­sion douce ré­pon­dant à une pé­né­tra­tion douce. Ni in­va­sion par des ar­mées étran­gères, ni prise de pou­voir in­té­rieure vio­lente. Sou­mis­sion, faut-il le rap­pe­ler, est une oeuvre de fic­tion, un ro­man d’an­ti­ci­pa­tion, où l’au­teur, Michel Houel­le­becq, comme il le pré­cise dans l’en­tre­tien qui suit, prend une iro­nique dis­tance avec ses per­son­nages et leur des­tin. Avec De quel amour bles­sée, nous ne sommes plus dans un fu­tur an­non­cé, pro­bable se­lon cer­tains, mais dans le pré­sent, dans le dur réel d’au­jourd’hui. La « co­lo­ni­sa­tion douce » de la France n’est pas le fait d’une re­li­gion mais d’une langue, plu­tôt d’une pseu­do-langue, l’an­glo­ri­cain. C’est un nou­vel Azin­court au­quel nous fait as­sis­ter Alain Bo­rer, un « Azin­court dans la langue », étant en­ten­du qu’une langue qui s’ef­fondre, c’est bien­tôt un pays, une ci­vi­li­sa­tion, une lit­té­ra­ture qui sombrent. En écho à son constat, Bo­rer li­sant Houel­le­becq, se­rat-il sur­pris d’ap­prendre que la vic­toire de l’is­lam de­vrait avoir pour consé­quence lo­gique le sau­ve­tage de la langue fran­çaise… ? Bien en­ten­du, comme pour un corps ma­lade, les agres­sions ex­té­rieures contre la langue n’au­raient au­cune chance d’en ve­nir à bout si elle n’était dé­jà la proie d’agents in­fec­tieux in­ternes. Le doc­teur Bo­rer en a re­pé­ré un cer­tain nombre par­ti­cu­liè­re­ment dé­vas­ta­teurs. Ces maux de la langue portent des noms sa­vants : mé­ta­plasmes, si­lures, anap­sis, pa­ra­la­lies, asyn­dètes, ana­co­luthes… Cer­tains, comme les pé­chés, sont vé­niels, d’autres mor­tels. Les vé­niels touchent à l’ap­pau­vris­se­ment lexi­cal. Des mots dis­pa­raissent, sou­vent vic­times d’un « mas­sacre à la « tron­çon­neuse », ou sont rem­pla­cés par ceux du jar­gon in­for­ma­tique et de l’an­glo­ri­cain : news, et plus nou­velles ; coach, et plus en­traî­neur ; look, et plus ap­pa­rence… Autres signes d’un « ma­laise dans la ci­vi­li­sa­tion » : le « bon­jour » sans des­ti­na­taire ou­vrant les cour­riels, les « c’est vrai que » au dé­but de chaque phrase, le verbe « gé­rer » mis à toutes les sauces… Les af­fec­tions mor­telles, elles, touchent à la gram­maire et à la struc­ture de la langue. Les so­lé­cismes foi­sonnent : confu­sion des temps et des modes, le fu­tur pour le condi­tion­nel et l’in­verse, le sub­jonc­tif sui­vant après que, là où est ap­pe­lé l’in­di­ca­tif (cou­tu­miers : pré­si­dents de la Ré­pu­blique, jour­na­listes, uni­ver­si­taires et même écri­vains, qui ne savent plus faire la dif­fé­rence entre un fait et une hy­po­thèse). Autre ra­vage : l’in­va­sion du neutre ara­sant sexe et genre, ins­tau­rant un nou­veau type de rap­port à l‘autre… De quel amour bles­sée est un livre de ré­sis­tance, le livre d’un in­sou­mis qui ne se con­sole pas de la pos­sible dis­pa­ri­tion de sa langue et nous en rap­pelle, pour ne pas en prendre notre par­ti, la sin­gu­lière beau­té. Il est ai­dé en ce­la par quelques autres grands Ré­sis­tants, par­mi les­quels Ra­cine, en pre­mier, pour le prêt qu’il lui a fait de son plus beau vers (« Ariane, ma soeur, de quel amour bles­sée…), puis Du Bel­lay, La Fon­taine, Mes­dames de Sé­vi­gné et La Fayette, Hu­go, Ner­val, Rim­baud, Mal­raux, Clau­del, Ba­taille, Sen­ghor, Glis­sant, La­can…

Jacques Hen­ric

A pu­bli­shing coin­ci­dence? Vo­lun­ta­ry ser­vi­tude is the sub­ject of two books to have come out over the last couple of months. One, Sou­mis­sion, byMi­chel Houel­le­becq (Flam­ma­rion), is a no­vel, co­ve­red in our book pages with a long in­ter­view [French on­ly], and the other, De quel amour bles­sée, Ré­flexions sur la langue fran­çaise, is an es­say by Alain Bo­rer (Gal­li­mard). In Sou­mis­sion an in­di­vi­dual (the nar­ra­tor), an ins­ti­tu­tion (the uni­ver­si­ty), a state (France), a people (the French), a ci­vi­li­za­tion (Eu­ro­pean ci­vi­li­za­tion) and a re­li­gion (Ch­ris­tia­ni­ty) sub­mit to the rising po­wer of Is­lam. The sub­mis­sion is gentle, just as the pe­ne­tra­tion is soft. There is no in­va­sion by fo­rei­gn ar­mies, no violent in­ter­nal sei­zure of po­wer. Sou­mis­sion, need I re­call, is a work of fic­tion, a spe­cu­la­tive no­vel, in which the au­thor, Michel Houel­le­becq, as he tells us in this is­sue, adopts a po­si­tion of iro­nic dis­tance in re­la­tion to his cha­rac­ters and what hap­pens to them. In De quel amour bles­sée we are not in a fu­ture fo­re­told (one that some consi­der pro­bable), but in our harsh present. The “gentle co­lo­ni­za­tion” of France is the work not of a re­li­gion but of a lan­guage, or ra­ther, a pseu­do-lan­guage, “En­gli­can” ( An­glo­ri­cain in the book). For Alain Bo­rer, we are wit­nes­sing a new Bat­tle of Agin­court, an “Agin­court in lan­guage.” For when a lan­guage col­lapses, then soon a coun­try, a ci­vi­li­za­tion and a bo­dy of li­te­ra­ture will col­lapse. Echoing his conclu­sions, in rea­ding Houel­le­becq would Bo­rer be sur­pri­sed to learn that the vic­to­ry of Is­lam should lead lo­gi­cal­ly to the pre­ser­va­tion of the French lan­guage? Of course, as for any suf­fe­ring bo­dy, ex­ter­nal ag­gres­sion against lan­guage would ne­ver achieve any­thing were that bo­dy not al­rea­dy be­set by in­fec­tious in­ter­nal agents. Doc­tor Bo­rer has ob­ser­ved a num­ber of par­ti­cu­lar­ly de­vas­ta­ting ones, gi­ving these lin­guis­tic ma­la­dies their lear­ned names: mé­ta­plasmes, si­lures, anap­sis, pa­ra­la­lies, asyn­dètes, ana­co­luthes, etc. Like sins, some are ve­nial, others mor­tal. The ve­nial ones cause lexi­cal im­po­ve­rish­ment. Words di­sap­pear, of­ten in a kind of chain­saw mas­sacre, or are re­pla­ced by com­pu­ter and En­gli­can vo­ca­bu­la­ry: nou­velles be­comes news; en­traî­neur, coach; ap­pa­rence, look. Other si­gns of this ci­vi­li­za­tio­nal ma­laise are the unad­dres­sed “bon­jour” at the top of emails, the “c’est vrai que” stuck at the be­gin­ning of eve­ry sen­tence, the in­dis­cri­mi­nate use of the verb “gé­rer” (to ma­nage), etc. The mor­tal ma­la­dies af­fect gram­mar and the struc­ture of the lan­guage. So­le­cisms are rife: confu­sion of tenses and moods, with the fu­ture re­pla­cing the condi­tion and vice ver­sa, the sub­jec­tive-wron­gly used or not used (no­ta­bly by presidents of the Republic, jour­na­lists, aca­de­mics and even wri­ters, in­ca­pable of dis­tin­gui­shing bet­ween a fact and a hy­po­the­sis). Ano­ther bane is the in­va­sion of the neu­tral, ra­zing the contours of sex and gen­der, ins­ti­tu­ting a new kind of re­la­tion to the other. De quel amour bles­sée is a book of re­sis­tance, a book by so­meone who re­fuses to sub­mit and to ac­cept the pos­sible disappearance of his mo­ther tongue and who re­minds us—so that we do not be­come re­si­gned—of its sin­gu­lar beau­ty. In this he is ai­ded by a few great Re­sis­tants, among them Ra­cine, first of all, who lent him his fi­nest verse (“Ariane, ma soeur, de quel amour bles­sée…”), and then Du Bel­lay, La Fon­taine, Mes­dames de Sé­vi­gné and La Fayette, Hu­go, Ner­val, Rim­baud, Mal­raux, Clau­del, Ba­taille, Sen­ghor, Glis­sant, La­can. Etc.

Trans­la­tion, C.Pen­war­den

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.