Lives of Per­for­mers

Art Press - - EXPOSITIONS - Lae­ti­tia Chau­vin

Ferme du Buis­son/ 25 oc­tobre 2014 - 8 fé­vrier 2015 Com­ment rendre hom­mage à une fi­gure de l'im­por­tance d'Yvonne Rai­ner sans ver­ser dans le style conve­nu de la com­mé­mo­ra­tion qui in­dis­po­se­rait à coup sûr l'in­té­res­sée, en­core ac­tive et même pro­lixe ? C'est le dé­fi au­quel se risque avec har­diesse Chan­tal Pont­briand dans le cadre de « The Yvonne Rai­ner Pro­ject » (1). Lives of Per­for­mers, d'après le titre de son pre­mier long mé­trage réa­li­sé en 1972, offre un aper­çu de son in­fluence dans les arts vi­suels. « Tra­vailler à par­tir du pré­sent », comme le confiait Chan­tal Pont­briand à Ber­nard Mar­ce­lis ( art­press n°415), est la mé­thode re­te­nue pour si­tuer l'oeuvre de la pion­nière de la nouvelle danse dans une mo­der­ni­té très ac­tuelle. Si Yvonne Rai­ner n'a pas à pro­pre­ment par­ler fait « école », elle est en re­vanche une ré­fé­rence pour nombre de créa­teurs. Les neuf ar­tistes réunis pour l'ex­po­si­tion ont cha­cun re­çu leur part d'hé­ri­tage, qu'il soit mo­ral ou sty­lis­tique. Cette ex­po­si­tion « sous in­fluence » est lé­gi­time si l’on consi­dère que Rai­ner ad­met s'être ins­pi­rée à ses dé­buts des re­cherches des ar­tistes et des ci­néastes des an­nées 1960. En ce sens, la vi­déo de Pauline Bou­dry et Re­nate Lo­renz, Sa­lo­ma­nia, pro­longe ce pas­sage de re­lais : le dia­logue entre une jeune dan­seuse et la cho­ré­graphe au­tour de son ré­per­toire illustre le lien in­ter­gé­né­ra­tion­nel et l'ar­bo­res­cence dans la­quelle Rai­ner a tou­jours si­tué son tra­vail. Dans le sillage de sa consi­dé­ra­tion pour le lan­gage– qu'elle consi­dère comme plus élo­quent même que le mou­ve­ment et qui s'en­tend dans ses films, poé­sies ou écrits –, Noé Sou­lier in­suffle le verbe à un corps réi­fié. Dans la per­for­mance de Ca­role Douillard, des hommes en si­tua­tion d'at- tente fi­gurent les « te­neurs de murs » d'Al­ger, et leur im­pas­si­bi­li­té se su­per­pose à la fi­gure im­mo­bile des in­ter­prètes de Rai­ner. Cette at­ten­tion au « corps po­li­tique » est aus­si si­gni­fiée dans l'en­semble mi­ni­ma­liste d'ob­jets et de ma­té­riaux ras­sem­blés par Yael Da­vids, qu'elle ac­tive dans des per­for­mances où s'af­frontent fic­tion et ex­pé­rience vé­cue. Ma­ria Lo­bo­da at­tire l'at­ten­tion sur de tout pe­tits gestes for­més par des mains gan­tées, grâce au plan rap­pro­ché et au grand for­mat, à l'image des « exer­cice cho­ré­gra­phiques » fil­més de Rai­ner. Un autre de ses leit­mo­tiv for­mel– la com­plexi­té des jeux de ca­mé­ra– se lit en fi­li­grane dans l'ins­tal­la­tion vi­déo de Julien Cré­pieux, où le déplacement de l'écran re­double le tra­vel­ling dans la salle de danse aux mi­roirs et bal­lotte le spec­ta­teur dans l'ivresse des plans. En­fin, l'ins­tal­la­tion d'Emi­lie Pi­toi­set – des bandes de toiles et des vê­te­ments re­cou­verts de pein­ture aban­don­nés sur des por­tants som­maires – forme dans la lu­mière crue des néons une scène en at­tente d'ac­ti­va­tion. Elle prête al­lé­geance à Rai­ner à tra­vers le fort conte­nu émo­tion­nel ins­tau­rée par l'am­biance ten­due du dis­po­si­tif. En somme, Lives of Per­for­mers se pré­sente comme une fi­gure de style au­tour de l'hom­mage tout au­tant qu'une re­lec­ture de l'oeuvre de Rai­ner. Il dé­montre sur­tout com­ment une pen­sée fluide et exi­geante tra­verse les dé­cen­nies pour im­pré­gner les générations sui­vantes. How do you pay ho­mage to a fi­gure of the im­por­tance of Yvonne Rai­ner wi­thout lap­sing in­to the conven­tio­nal style of com­me­mo­ra­tion that would cer­tain­ly have gone down bad­ly with the sub­ject, who is still ac­tive and in­deed pro­li­fic? This is the chal­lenge bold­ly ta­ken up by Chan­tal Pont­briand as part of “The Yvonne Rai­ner Pro­ject.”(1) Lives of Per­for­mers, af­ter the title of her first full-length film, made in 1972, of­fers an in­sight in­to her in­fluence on the vi­sual arts. “Wor­king from the present,” as Pont­briand told Ber­nard Mar­ce­lis ( art­press 415), is the me­thod cho­sen to si­tuate the work of this pioneer of new dance in re­la­tion to the ne­west de­ve­lop­ments. While Rai­ner did not have of­fi­cial fol­lo­wers, she was a re­fe­rence for ma­ny other ar­tists. The nine ar­tists brought to­ge­ther in the ex­hi­bi­tion have all ta­ken so­me­thing from the he­ri­tage, be it mo­ral or sty­lis­tic. This ex­hi­bi­tion “un­der the in­fluence” is jus­ti­fied in ta­king in­to ac­count even Rai­ner’s at­ti­tude—she was, she ad­mits, ins­pi­red when she star­ted out by the work of ar­tists and film­ma­kers in the 1960s. In this sense, the vi­deo by Pauline Bou­dry and Re­nate Lo­renz, Sa­lo­ma­nia, ex­tends the connec­tion: the dia­logue bet­ween a young dan­cer and the cho­reo­gra­pher around her re­per­toire illus­trates the in­ter-ge­ne­ra­tio­nal and ra­mi­fying en­vi­ron­ment in which Rai­ner has al­ways lo­ca­ted her work. In the wake of her consi­de­ra­tion for lan­guage—which she consi­ders as even more eloquent than the mo­ve­ment in her films, poems or wri­tings—Noé Sou­lier gives vi­tal speech to a rei­fied bo­dy. In the per­for­mance by Ca­role Douillard, wai­ting men fi­gure the “wall­hol­ders” of Al­giers, and their im­pas­si­ve­ness is su­per­im­po­sed over the im­mo­bile fi­gures of Rai­ner’s per­for­mers. This at­ten­tion to the “po­li­ti­cal bo­dy” is al­so si­gni­fied by the mi­ni­ma­list en­semble of ob­jects and ma­te­rials as­sem­bled by Yael Da­vids, which she ac­ti­vates in per­for­mances where fic­tion and li­ved ex­pe­rience come to­ge­ther. Ma­ria Lo­bo­da draws at­ten­tion to ti­ny ges­tures made by glo­ved hands in her large-for­mat close-ups, echoing the “cho­reo­gra­phic exer­cises” fil­med by Rai­ner. Ano­ther of her for­mal leit­mo­tifs—the com­plex ca­me­ra mo­ve­ments—is im­pli­cit in the vi­deo ins­tal­la­tion by Julien Cré­pieux, in which the mo­ve­ment of the screen echoes the tra­vel­ling shot in the mir­ro­red dance hall and shakes vie­wers with the hea­di­ness of its ca­me­ra­work. Fi­nal­ly, Emi­lie Pi­toi­set’s ins­tal­la­tion—strips of can­vas and clothes co­ve­red with paint left on ba­sic han­gers—forms a scene awai­ting ac­ti­va­tion in the raw light of the neons. It pays obei­sance to Rai­ner through the strong emo­tio­nal content ins­ti­tu­ted by the tense at­mos­phere of the se­tup. Ul­ti­ma­te­ly, Lives of Per­for­mers comes across as a fi­gure of style the around ho­mage form as well as a re­rea­ding of Rai­ner’s work. Above all, it shows how fluid, ri­go­rous thought can live on for de­cades to ins­pire la­ter ge­ne­ra­tions.

Trans­la­tion, C. Pen­war­den

Yvonne Rai­ner. « Lives of Per­for­mers ». 1972. (© Ba­bette Man­golte/Tous droits ré­ser­vés)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.