Mi­chaël Le­vi­nas, Le Petit Prince

Art Press - - SPECTACLE -

Opé­ra / 5-12 no­vembre 2014 Si Lau­sanne as­su­rait bel et bien la créa­tion du Petit Prince, 4e opé­ra de Mi­chaël Le­vi­nas, le 5 no­vembre der­nier, ce n’était pas la pre­mière adap­ta­tion ly­rique du cé­lèbre texte de Saint-Exu­pé­ry. En ef­fet, huit ans au­pa­ra­vant (mars 2006), l’Al­le­mand Ni­ko­laus Schap­fl avait don­né Prinz, chan­té en al­le­mand et mis en scène par Peer Boy­sen, à l’Opé­ra de Karls­ruhe. Une adap­ta­tion mu­si­cale plu­tôt morne, d’ailleurs, et qu’on avait presque ou­bliée, tant la par­ti­tion et le spec­tacle pro­po­sé par le Fran­çais Le­vi­nas et le met­teur en scène suisse Li­lo Baur se coulent au contraire dans ce mer­veilleux conte pour pe­tits et grands. « Je me suis lais­sé in­fu­ser par ce texte, écrit Le­vi­nas, qui, au-de­là de la fable, porte en lui une grande vio­lence, en abor­dant des ques­tions es­sen­tielles : celles de la grâce, de l’adresse aux en­fants, de la fra­gi­li­té du lien et son ca­rac­tère éphé­mère, de la pré­ca­ri­té de la vie, de l’ac­cès à la vé­ri­té et à la lu­ci­di­té du coeur. » Ve­nu du cou­rant « spec­tral » des an­nées 1970, le mu­si­cien pos­sède un lan­gage par­ti­cu­lier, ba­sé sur l’ex­plo­ra­tion du son et ses mul­tiples fa­cettes, de la vi­bra­tion à la métamorphose, de sa frag­men­ta­tion à sa trans­for­ma­tion. Cette agi­li­té so­nore l’au­to­rise à se fondre dans la langue fran­çaise, jouer avec les mots, la pro­non­cia­tion et l’ar­ti­cu­la­tion. Après le théâtre mu­si­cal ( la Confé­rence des oi­seaux, 1985), puis les opé­ras ( Go-gol, d’après le Man­teau les Nègres d’après la Métamorphose

Mi­chaël Le­vi­nas. « Le Petit Prince ». 2014. (Ph. M. Va­nap­pel­ghem/Opé­ra de Lau­sanne)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.