Ri­chard ley­dier

His­toire

Art Press - - ART PRESS 2 -

Paul Du­rand-Ruel (1831-1922) a in­las­sa­ble­ment sou­te­nu les ar­tistes qu’il avait pris sous son aile, avec une fer­veur qui force l’ad­mi­ra­tion. « Sans Du­rand, nous se­rions morts de faim, nous les im­pres­sion­nistes », re­con­naît Mo­net. Hé­ri­tant de la ga­le­rie de ses pa­rents, il dé­fend l’École de Bar­bi­zon, mais aus­si De­la­croix et Cour­bet. En 1870, il ren­contre à Londres Mo­net et Pis­sar­ro, qui lui pré­sentent bien­tôt De­gas, Sis­ley, Re­noir et Mo­ri­sot. Il glisse d’abord leurs oeuvres dans des pré­sen­ta­tions col­lec­tives. Mais la pre­mière ex­po­si­tion im­pres­sion­niste chez Na­dar en 1874 est un échec com­mer­cial (1), comme les sui­vantes. La ruine guette Du­rand-Ruel pen­dant de nom­breuses an­nées. Le sa­lut vien­dra des États-Unis et d’An­gle­terre, où les ama­teurs sont plus à même de com­prendre cette nouvelle pein­ture. L’ex­po­si­tion consa­crée à ce mar­chand d’art no­va­teur au Mu­sée

Pierre Au­guste Re­noir. « Paul Du­rand-Ruel». 1910. Huile / toile. 65 x 54 cm. (Coll. part.). Oil on can­vas

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.