JU­LIE BÉ­NA

In­grid Lu­quet-Gad

Art Press - - INTRODUCING -

mul­ti­pli­ci­tés ! […] Faites des cartes, et pas des photos ni des des­sins. Soyez la Pan­thère rose, et que vos amours en­core soient comme la guêpe et l’or­chi­dée, le chat et le ba­bouin (1). » Cette phrase, il faut la lire un peu vite, l’ar­ra­cher à son contexte ini­tial. Alors, évin­çant la Pan­thère rose, c’est Pan­to­pon Rose qui vient s’y tailler une place.

PER­SON­NAGES FIC­TIFS

Pan­to­pon Rose est un per­son­nage fic­tif in­ven­té par Ju­lie Bé­na. De­puis 2011, la per­for­mance Have you seen Pan­to­pon Rose ? ac­tive le per­son­nage dont elle em­prunte le nom au Fes­tin nu de William S. Bur­roughs. Cet am­bi­tieux projet évo­lu­tif en plu­sieurs actes, dé­jà mon­tré à Londres, Montréal et Los An­geles, per­met d’en­trer de plain-pied dans sa pra­tique po­ly­morphe. Dans cette « tra­gé­die non tra­gique », la per­for­mance, le théâtre, la mu­sique, la scé­no­gra­phie et l’ins­tal­la­tion se mêlent. Pan­to­pon Rose ne parle ja­mais, mais chante et ma­ni­pule des ob­jets sur la scène, ve­nant re­lier les frag­ments épars et créer de la co­hé­rence entre les dif­fé­rents mé­diums. Tant et si bien que le per­son­nage, tout en­tier tour­né vers son de­hors, ne semble pas avoir de consis­tance propre – il est un em­brayeur de ré­cits. Ju­lie Bé­na ne fait pas de photos ni de des­sins, elle fait des cartes. Ou plu­tôt, les per­son­nages qu’elle in­vente s’en chargent pour elle. Pas de guêpe, d’or­chi­dée, de chat ou de ba­bouin, mais des créa­tures hy­brides, is­sues de la culture po­pu­laire, ré­ac­ti­vées au fil de ses in­ter­ven­tions. « Comme pour une série, ex­plique-t-elle, chaque ex­po­si­tion est l’oc­ca­sion de re­trou­ver ces per­son­nages, avec la même at­tente que celle que cer­tains ont pu nour­rir au­tre­fois pour le ren­dez­vous té­lé­vi­sé heb­do­ma­daire avec Be­ver­ly Hills le jeu­di. » En 2014, lors de son ex­po­si­tion T&T Consor­tium, You’re Al­rea­dy El­sew­here au French Ins­ti­tute à New York, on fai­sait pour la pre­mière fois connais­sance avec Miss None & Mister Pea­nut, qu’on re­trouve dans cha­cune de ses deux ex­po­si­tions mo­no­gra­phiques ce prin­temps, Des­ti­ny à la ga­le­rie Édouard Ma­net à Gennevilliers et Nail Tang à la ga­le­rie Jo­seph Tang à Paris. Dans des vi­déos d’en­vi­ron trois minutes à l’ani­ma­tion ru­di­men­taire, Miss None, une simple

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.