FU­KU­SHI­MA, LA VIE APRÈS

Art Press - - L’ART APRÈS FUKUSHIMA - Stéphane Thi­bierge

vait en­core la confu­sion, c’était l’ac­ci­dent nu­cléaire de Fu­ku­shi­ma-dai­chi, la cen­trale. Et le mot Fu­ku­shi­ma est ve­nu re­cou­vrir cette confu­sion, évo­quer un sem­blant d’uni­té à pro­pos de ce qui ar­ri­vait. C’est aus­si de cette ma­nière qu’il ré­sonne de­puis. Fu­ku­shi­ma ren­voie par là – vu et en­ten­du d’ici, de­vant nos écrans – à cette fa­çon dont nous ar­rivent les ca­tas­trophes au­jourd’hui. D’un cô­té, elles ont une face réelle : ce qui s’est pas­sé ou ce qui se passe réel­le­ment, qui est tou­jours dif­fi­cile à me­su­rer et à connaître exac­te­ment. Qu’est-ce qui s’est pas­sé ? est la pre­mière ques­tion que pose une ca­tas­trophe, qu’elle concerne un in­di­vi­du ou une com­mu­nau­té. C’est une ques­tion cli­nique. Et à ce­la s’ajoute un autre as­pect, beau­coup plus ré­cent, des ca­tas­trophes contem­po­raines : ce sont les mes­sages et les in­for­ma­tions que nous re­ce­vons en grande quan­ti­té et en conti­nu, jux­ta­po­sés et dis­pa­rates, à pro­pos de ce qui s’est pas­sé. Ces

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.