Pa­villons na­tio­naux 2

Art Press - - EXPOSITIONS -

Le dé­ve­lop­pe­ment ex­po­nen­tiel de la Bien­nale et la sa­gesse qui me vient pro­por­tion­nel­le­ment au nombre d’édi­tions vi­si­tées font que, cette an­née, j’ai en­ta­mé le par­cours l’es­prit plus libre que ja­mais : j’irai sans a prio­ri, sans prio­ri­té don­née aux stars du monde de l’art ni re­cherche achar­née du gé­nie in­con­nu qu’il faut dé­cou­vrir. Pour dire com­plè­te­ment les choses, mon at­ti­tude tient aus­si au ré­équi­li­brage qui s’est opé­ré ces der­nières an­nées, non seule­ment au sein de la géo­po­li­tique ar­tis­tique entre le Nord et le Sud, l’Est et l’Ouest, mais – et ce­ci est en par­tie une consé­quence de ce­la – entre des pra­tiques à haut ni­veau tech­no­lo­gique et d’autres an­crées dans des tra­di­tions ver­na­cu­laires. Me se­rais-je, au­pa­ra­vant, au­tant at­tar­dée, dans le pa­villon aus­tra­lien, de­vant les pen­dules cus­to­mi­sées et les boîtes de sar­dines dé­cou­pées (pour en faire jaillir, il est vrai, des confi­gu­ra­tions évo­quant les or­ganes gé­ni­taux) de Fio­na Hall ? Fio­na Hall n’est pas une mar­gi­nale ; ap­par­te­nant à une fa­mille de scien­ti­fiques, elle pra­tique la pho­to­gra­phie et la vi­déo, et elle s’ex­prime aus­si dans cette forme ar­ti­sa­nale. Au­rais-je ac­cor­dé plus d’un re­gard aux sculp­tures de Juan Carlos Dis­té­fa­no (Ar­gen­tine), en po­ly­es­ter la­qué imi­tant la cé­ra­mique, qui mettent en scène des couples tra­giques et dro­la­tiques, dont on ne peut dé­mê­ler s’ils s’étreignent par

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.