Valérie Jouve

Jeu de Paume / 2 juin - 27 sep­tembre 2015

Art Press - - REVIEWS - Do­mi­nique Ba­qué

Valérie Jouve est une « ré­sis­tante ». Hos­tile à la pho­to­gra­phie « gla­mour » comme aux mé­ca­nismes du marché de l’art, l’ar­tiste en­tend ques­tion­ner le « vivre-en­semble » et confé­rer à l’image la fonc­tion d’ana­ly­ser le monde dans le­quel nous vi­vons, ce monde bles­sé qui mé­ri­te­rait ré­si­lience, alors même que les pou­voirs s’acharnent à le faire dis­pa­raître. Même si son tra­vail n’a ja­mais été fron­ta­le­ment po­li­tique, l’en­ga­ge­ment per­son­nel est là, dès les dé­buts de l’oeuvre, comme l’at­teste cette ré­tros­pec­tive, ar­ti­cu­lée au­tour de trois salles : la pre­mière, qui re­donne la dy­na­mique et l’éner­gie de l’ur­bain ; la se­conde, qui ouvre des pay­sages ur­bains por­teurs d’uto­pies ; la troi­sième, qui ex­plore la no­tion de « ter­ri­toire », no­tam­ment avec deux films qui sont comme des « tra­ver­sées », dé­rou­lant l’his­toire d’un lieu au­tour de la sub­jec­ti­vi­té des corps et an­non­çant les tra­vaux les plus ré­cents : Sor­ties de bu­reaux, soit 24 images qui créent dé­jà un mou­ve­ment d’ordre ci­né­ma­to­gra­phique, et sur­tout Blues, qui porte haut la pa­role sur l’in­jus­tice, sur l’ex­ploi­ta­tion de l’homme par l’homme, sans au­cun mi­sé­ra­bi­lisme, mais au contraire avec fier­té et puis­sance. Jouve se donne main­te­nant des pro­jets à long terme dans la conti­nua­tion de Blues, ain­si en col­la­bo­rant avec une an­thro­po­logue, ou en­core en croi­sant dif­fé­rents lieux comme Mar­seille au­jourd’hui, la ban­lieue pa­ri­sienne, la Pa­les­tine et le Gua­te­ma­la. Et en ex­plo­rant le croi­se­ment de la pho­to­gra­phie et du ci­né­ma. Por­tée do­cu­men­taire et co­lère de­vant le monde qui s’offre comme une terre brû­lée à la jeu­nesse: Jouve est res­tée fi­dèle à elle-même. As the title of this show in­di­cates, Valérie Jouve is a resistance figh­ter. Dead set against gla­mour pho­to­gra­phy and the art mar­ket’s killing em­brace, she has gone over she in­ter­ro­gates France’s so-cal­led vivre-en­semble, the frac­tu­ring fa­cade of plu­ra­lism. Her images serve to ana­lyze the world we live in. Al­though her work has ne­ver been stri­dent, it has al­ways plain­ly conveyed a po­li­ti­cal stance, as at­tes­ted to by this re­tros­pec­tive or­ga­ni­zed in­to th­ree rooms. The first trans­cribes the ener­gy and dy­na­mism of the ci­ty. In the se­cond, ur­ban land­scapes give a hint of uto­pias. The third ex­plores the con­cept of “territory,” most no­ta­bly through two films in which the his­to­ry of a place un­folds around the sub­jec­ti­vi­ty of bo­dies. This third space contains her most recent work. Sor­ties de bu­reaux (Lea­ving the Of­fice) is com­pri­sed of 24 photos that al­most seem like film frames. Blues speaks about in­jus­tice and human ex­ploi­ta­tion wi­thout the sligh­test mi­se­ra­bi­lism, but ra­ther pride and power. It marks the ope­ning of a se­quence of long­term pro­jects. So­me­times she works with an an­thro­po­lo­gist. Other suites jux­ta­pose dif­ferent places, such as Mar­seille today, Paris’s tough sub­urbs, Pa­les­tine and Gua­te­ma­la. She is al­so ex­pe­ri­men­ting with cros­sing pho­to­gra­phy with mo­vies. Her work, with its do­cu­men­ta­ry di­men­sion, trans­mits the rage of youth who are gi­ven a world that is al­rea­dy bur­ned out. Jouve re­mains true to her­self.

Translation, L-S Tor­goff

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.