La crise de l’échelle hu­maine

An­thro­po­cene Re­la­tions.

Art Press - - CONTENTS - In­ter­view de Ni­co­las Bour­riaud par Mi­chaël La­chance

Quand je me pro­mène dans le monde de l’art à tra­vers le monde, je n’en­tends guère par­ler que de deux cri­tiques d’art fran­çais : Pierre Res­ta­ny pour les an­ciens, Ni­co­las Bour­riaud pour les contem­po­rains. Ce n’est pas seule­ment que les livres de ce der­nier sont tra­duits en an­glais, qu’il or­ga­nise sou­vent des ex­po­si­tions ici et là, qu’il a été co-com­mis­saire pour plu­sieurs bien­nales (Ve­nise, Mos­cou, Lyon), et res­pon­sable, en tant que conser­va­teur à la Tate Bri­tain, de la Tate Trien­nal en 2009, c’est aus­si qu’il est l’au­teur du seul concept es­thé­tique qui ait en­core don­né à ré­flé­chir au cours de ces deux der­nières dé­cen­nies, l’es­thé­tique re­la­tion­nelle, et qu’il est le co­fon­da­teur du Pa­lais de To­kyo, seule ins­ti­tu­tion à avoir re­mis la scène fran­çaise au ni­veau in­ter­na­tio­nal. Certes, on connaît le

Lo­thar Hem­pel. « Acid and Iron ». 201. Ma­té­riaux di­vers. 196 x 200 x 264 cm. (Court. An­ton Kern Gal­le­ry, New York. Bien­nale de Kau­nas, Li­tua­nie). Mixed me­dia

Ni­co­las Bour­riaud. (Ph. J. Pe­tro­nis)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.