Clau­dia Trioz­zi

Art Press - - FIAC HORS LES MURS -

COM­PARSES, 2015 CYCLE DE PER­FOR­MANCES « OU­VER­TURES/ OPE­NINGS » 23 oc­tobre, à 16h15 et 18h45 Mu­sée du Louvre, salle des sculp­tures du go­thique tar­dif Au fur et à me­sure de ses in­ter­pré­ta­tions et de ses mises en scène, Clau­dia Trioz­zi, née en 1962, construit l’his­toire d’un corps, celle d’un corps en­tra­vé, sou­mis à des car­cans so­cio­po­li­tiques. Hé­ri­tière de la non­danse des an­nées 1990, Clau­dia Trioz­zi ouvre le pla­teau à de nou­veaux gestes non co­di­fiés par la dis­ci­pline, en fai­sant en­trer sur scène tout un pa­nel de com­pé­tences spé­ci­fiques (des ar­ti­sans et des cher­cheurs dans Pour une thèse vi­vante) ou, au contraire, en ayant re­cours à l’in­ter­pré­ta­tion plus ins­tinc­tive de jeunes élèves du conser­va­toire (

Fa­mi­ly Tree). The

Ain­si, les re­pré­sen­ta­tions s’ap­pa­rentent à des per­for­mances, où le mou­ve­ment dan­sé se pro­longe vers l’in­té­gra­tion d’autres mé­dias. Au Louvre, dans les an­ciennes écu­ries de Na­po­léon III, Clau­dia Trioz­zi pré­sente Com­parses, une nou­velle créa­tion, qui pro­longe son pro­jet Pour une thèse vi­vante, en­tre­pris en 2011. S’at­ta­chant à Sainte

Ma­rie-Ma­de­leine de Gre­gor Erhart, une sta­tue en bois po­ly­chrome du dé­but de la Re­nais­sance de l’Eu­rope du nord, elle en­tend don­ner à voir tout ce qui ha­bite un geste, en l’oc­cur­rence ce­lui du sculp­teur. Croi­sant sa­voir et pra­tique, Clau­dia Trioz­zi part du pro­ces­sus de fa­bri­ca­tion de l’icône, « ma­ni­pu­lée, cor­ri­gée, ju­gée,

Clau­dia Trioz­zi. « Com­parses ». 2015.

(Ph. O. Char­lot). “Part­ners”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.