Saâ­dane Afif

Art Press - - EXPOSITIONS - Anaël Pi­geat

Ga­le­rie MFC Mi­chèle Di­dier / 11 sep­tembre 2015 - cir­ca 2017 Sur la foire Art-o-rama à Mar­seille en août der­nier, la ga­le­rie MFC Mi­chèle Di­dier pré­sen­tait des frag­ments du pro­jet de Saâ­dane Afif, The Foun­tain Ar­chives, à pré­sent vi­sible à Pa­ris pour quelques se­maines. De­puis 2008, Saâ­dane Afif, lau­réat du prix Mar­cel Du­champ en 2009, ras­semble des livres, des ma­ga­zines et des re­vues où fi­gure l’urinoir de Mar­cel Du­champ. 1 001 nu­mé­ros d’in­ven­taire, comme les 1001 nuits, tel est le cadre qu’il a pré­vu pour cette oeuvre qui a pris la forme d’une pra­tique qua­si quo­ti­dienne, et qui se dé­ploie au­jourd’hui sous di­vers as­pects. Elle se­ra dé­voi­lée dans sa to­ta­li­té en 2017, pour le cen­te­naire de l’oeuvre de Du­champ. La no­tion de col­lec­tion était la­tente dans le tra­vail de Saâ­dane Afif (plu­sieurs de ses pre­mières oeuvres re­posent sur le prin­cipe des play­lists) ; elle a pris toute son am­pleur avec The Foun­tain Ar­chives, un pro­jet qui a com­men­cé aux marges de sa pra­tique pour de­ve­nir, comme il le dit lui­même, une oeuvre hob­by. Dans les ou­vrages col­lec­tés, les pages concer­nées sont ar­ra­chées et en­ca­drées. Mul­tiples par dé­fi­ni­tion, elles de­viennent alors des pièces uniques. The Foun­tain Ar­chives est une va­ni­té, un hom­mage à une oeuvre dont l’ori­gi­nal de 1917 a dis­pa­ru, et que l’on ne connais­sait que par la pho­to­gra­phie d’Al­fred Stie­glitz. C’est aus­si une image de l’image man­quante, du pou­voir et de l’im­puis­sance de la mé­moire. C’est une énigme im­pos­sible à ré­soudre. The Foun­tain Ar­chives porte la mé­lan­co­lie qui plane de­puis tou­jours sur l’oeuvre de Saâ­dane Afif. Écho à la phrase de Du­champ, « c’est le re­gar­deur qui fait l’oeuvre », The Foun­tain Ar­chives est une in­ter­ro­ga­tion sur la construc­tion d’une oeuvre, une ma­chine à exa­mi­ner la lé­gende de Fon­taine. Elle est aus­si à la croi­sée d’un grand nombre d’en­jeux de la créa­tion contem­po­raine : ap­pro­pria­tion, rea­dy-made, adresse au pu­blic, ra­di­ca­li­té du geste ar­tis­tique, construc­tion de l’oeuvre par le ré­cit… Après avoir été ar­ra­chées, les pages où fi­gure l’urinoir sont ar­chi­vées sur un site in­ter­net (the­foun­tai­nar­chives.net), autre image de cette im­mense base de don­nées que consti­tue The Foun­tain Ar­chives. Cet en­semble forme à ce jour la bi­blio­gra­phie la plus com­plète qui existe sur Fon­taine. Pro­gres­si­ve­ment, The Foun­tain Ar­chives a pris son propre es­sor en gé­né­rant par ri­co­chet de nou­veaux com­men­taires sur Fon­taine à tra­vers ceux pro­duits sur l’archive. Les pages où fi­gure Fon­taine, pour illus­trer un pro­pos sur The Foun­tain Ar­chives, sont in­té­grées au site In­ter­net dans un on­glet in­ti­tu­lé « Aug­men­ted ». Der­nier vo­let du pro­jet, les ou­vrages, dont une page a été ar­ra­chée, et à l’in­té­rieur des­quels un fan­tôme a été glis­sé, sont conser­vés sur une éta­gère de l’ate­lier. Ces bi­blio­thèques sont comme le né­ga­tif pho­to­gra­phique ou le moule du pro­jet, une ma­tière plas­tique où des em­preintes au­raient été pré­le­vées. Le mo­ment ve­nu, elles se­ront à leur tour pré­sen­tées comme une vaste ins­tal­la­tion, image éton­nam­ment ar­chaïque de cette re­cherche qui n’au­rait pas été pos­sible avant l’avè­ne­ment d’in­ter­net. The Foun­tain Ar­chives est en­fin une ma­chine à pro­duire des images du temps. At the Art-o-rama art fair in Mar­seille last Au­gust, the MFCMi­chèle Di­dier gal­le­ry pre­sen­ted frag­ments of a pro­ject by Saâ­dane Afif, The Foun­tain Ar­chives, now on view in Pa­ris for a few weeks. Since 2008, Saâ­dane Afif, winner of the 2009 Mar­cel Du­champ Prize, has been ga­the­ring books, ma­ga­zines and re­views in whi­chMar­cel Du­champ’s uri­nal ap­pears. Cal­led 1 001 nu­mé­ros d’in­ven­taire, (An in­ven­to­ry of 1,001 publications), like 1,0001 nights, the pro­ject in­volves a dai­ly prac­tice of traw­ling through se­ve­ral re­source me­dia. The en­semble will be un­vei­led in 2017,the cen­te­na­ry of Du­champ’s ins­tal­la­tion. The concept of col­lec­tion has been im­pli­cit in Afif’s work since the be­gin­ning (se­ve­ral ear­ly pieces were ba­sed on the idea of a play­list). It blos­so­med with The Foun­tain Ar­chives, a pro­ject that was at first ta­ken up on the side un­til it be­came an ob­ses­sive hob­by, as he calls it. He tears out and frames the pages from the titles he finds. Al­though born as mul­tiples by de­fi­ni­tion, they be­come unique pieces. The Foun­tain Ar­chives is a va­ni­tas, a tri­bute to an art­work that was made in 1917 and then di­sap­pea­red. We know it on­ly thanks to a pho­to by Al­fred Stie­glitz. Thus it is al­so an image of amis­sing image and of the po­wer and im­po­tence of me­mo­ry. It is an enig­ma im­pos­sible to solve. The Foun­tain Ar­chives conveys the me­lan­cho­ly that Afif’s work al­ways ema­nates. Echoing Du­champ’s fa­mous phrase “It’s the vie­wer who makes the art­work,” The Foun­tain Ar­chives in­ter­ro­gates how art­works are made–it is a ma­chine to exa­mine the le­gend that sur­rounds Du­champ’s Foun­tain. It al­so re­pre­sents a nexus bet­ween ma­ny of the is­sues in con­tem­po­ra­ry art: ap­pro­pria­tions, rea­dy-mades, ad­dres­sing the pu­blic, ra­di­cal art acts, the nar­ra­tive in the construc­tion of the art­work, etc. Af­ter being torn out, the pages sho­wing the uri­nal are scan­ned and sto­cked on a Web site (the­foun­tai­nar­chives.net), ano­ther image of the im­mense da­ta­base consti­tu­ted by The Foun­tain Ar­chives. This en­semble is the most com­plete bi­blio­gra­phy concer­ning Foun­tain to date. Gra­dual­ly The Foun­tain Ar­chives has ac­qui­red a life of its own through new com­men­ta­ries on Foun­tain spar­ked by The Foun­tain Pro­ject. Torn out pages of publications in which a vi­sual of Du­champ’s Foun­tain is used to illus­trate a piece about The Foun­tain Ar­chives are al­so pos­ted on the Web site in a tab cal­led “Aug­men­ted.” The last com­ponent of this pro­ject is a book­case in Afif’s stu­dio hol­ding the titles whose pages have been torn out, as if a ghost had slip­ped in­to them. These books are like a pho­to­gra­phic ne­ga­tive of the cas­ting mold of this pro­ject, a plas­tic ma­te­rial from which fin­ger­prints have been ta­ken. When the time is right, they, too, will be pre­sen­ted as an en­or­mous ins­tal­la­tion, an as­to­ni­shin­gly ar­chaic image of a re­search pro­ject that would not have been pos­sible be­fore the emergence of the In­ter­net. The Foun­tain Ar­chives, then, is al­so a ma­chine for pro­du­cing images of time.

Translation, L-S Tor­goff

Ci-des­sus/ above:

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.