JO­NA­THAN STERNE une his­toire de la mo­der­ni­té so­nore

Art Press - - LIVRES -

Jo­na­than Sterne Une his­toire de la mo­der­ni­té so­nore La Dé­cou­verte/La Rue mu­si­cale Tra­duc­tion Maxime Boi­dy

Douze ans après la pa­ru­tion de The Au­dible Past: Cultu­ral Ori­gins of Sound Re­pro­duc­tion aux presses uni­ver­si­taires de Duke, la tra­duc­tion fran­çaise de l’ou­vrage de Jo­na­than Sterne est en­fin dis­po­nible. C’est un évé­ne­ment ma­jeur dans le monde des publications scien­ti­fiques, car ce livre, à l’im­pul­sion des Sound Stu­dies et qui fait tou­jours au­to­ri­té en son do­maine, s’adresse au­tant aux his­to­riens, aux théo­ri­ciens et aux pra­ti­ciens du son, qu’au cercle plus ou­vert des ama­teurs des tech­niques et des arts so­nores. Dans la me­sure où il conçoit l’his­toire « comme une sorte de la­bo­ra­toire phi­lo­so­phique » à par­tir du­quel se dé­gagent des ques­tions et des pro­blèmes, Jo­na­than Sterne qua­li­fie son ap­proche de « spé­cu­la­tive ». S’ap­pli­quant au son, à la tech­no­lo­gie et à la culture, elle s’in­té­resse aus­si bien aux théo­ries et aux pra­tiques, à la pen­sée et à l’ac­tion, aux ob­jets et aux ex­pé­riences… et re­pose sur des études de cas si­tués au cours des 19e et 20e siècles dans un es­pace an­glo-amé­ri­cain. Cette ap­proche dif­fère et com­plète d’autres his­toires du so­nore, no­tam­ment dans le do­maine fran­çais, que ce soient celles d’Alain Cor­bin ( les Cloches de la terre. Pay­sage so­nore et culture sen­sible dans les cam­pagnes au 19e siècle, 1994) ou de Jean-Pierre Gutton ( Bruits et sons dans notre his­toire. Es­sai sur la re­cons­ti­tu­tion du pay­sage so­nore, 2003). Jo­na­than Sterne pointe, au 19e siècle, une rup­ture épis­té­mo­lo­gique qui se ma­té­ria­lise dans les ma­chines de re­pro­duc­tion du son dès lors que l’oreille de­vient l’or­gane à par­tir du­quel se ré­in­ventent leurs tech­niques. Son es­sai s’ouvre ain­si par l’exa­men des condi­tions d’ap­pa­ri­tion du « pho­nau­to­graphe à oreille », qui marque l’avè­ne­ment du prin­cipe mé­ca­nique de la trans­duc­tion (un son est trans­for­mé en autre chose, qui le trans­forme en son), dont se dé­duit le concept de tym­pa­nique, qui ac­com­pagne de nou­velles construc­tions de l’au­di­tion, de nou­velles pra­tiques et théo­ries de l’écoute, de nou­velles tech­niques au­di­tives, mais aus­si une pri­va­ti­sa­tion de l’es­pace acous­tique et une mar­chan­di­sa­tion du son. La place ac­cor­dée par l’au­teur à ce tour­nant af­firme la di­men­sion cri­tique de son tra­vail et son ins­crip­tion dans un champ d’études ba­li­sé par de nom­breux lieux com­muns, dif­fu­sés no­tam­ment par l’his­toire et la phi­lo­so­phie des arts. De fausses évi­dences na­tu­relles et cultu­relles ont en ef­fet long­temps (et par­fois en­core) va­lo­ri­sé l’im­ma­té­ria­li­té du son et son ca­rac­tère trans­his­to­rique comme la déso­rien­ta­tion per­cep­tive in­hé­rente aux ex­pé­riences de sa re­pro­duc­tion.

En­re­gis­tre­ment pho­no­gra­phique d’un chef in­dien par l’eth­no­logue Frances Dens­more en 1916. (Ph. DR)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.