NA­THA­NAËLLE HER­BE­LIN

Anaël Pi­geat

Art Press - - INTRODUCING -

Le tra­vail de Na­tha­naëlle Her­be­lin, étu­diante en cin­quième an­née de l’École des beaux-arts à Pa­ris, est en pleine évo­lu­tion. Elle veut en ef­fet faire sor­tir sa pein­ture d’une cer­taine di­men­sion pho­to­gra­phique qui a sou­vent cours au­jourd’hui, et re­gar­der pour ce­la des images d’avant la pho­to­gra­phie, afin de construire son propre uni­vers.

Écrire sur un ar­tiste qui est en­core à l’école re­pré­sente tou­jours un risque qui consiste pour l’in­té­res­sé à ce que son tra­vail soit trop hâ­ti­ve­ment fixé sur le pa­pier comme un pa­pillon sous une épingle, et pour l’au­teur à se trom­per dans la me­sure où une école d’art est par na­ture le lieu de toutes les évo­lu­tions. On connaît d’an­ciens élèves d’ate­liers de pein­ture qui sont de­ve­nus ci­néastes, d’autres qui ont ra­di­ca­le­ment chan­gé de voie. J’ai ce­pen­dant du mal à ima­gi­ner que Na­tha­naëlle Her­be­lin puisse, dans les an­nées à ve­nir, se consa­crer à une autre ac­ti­vi­té que la pein­ture, même si elle tente pas­sa­gè­re­ment d’autres ex­pé­riences, et même si elle s’in­té­resse évi­dem­ment à l’art et non au mé­dium pour le mé­dium. Elle a gran­di dans un pe­tit vil­lage au centre d’Israël entre un père fran­çais et une mère is­raé­lienne, puis c’est à Tel-Aviv qu’elle a ap­pris la pein­ture, aux cô­tés d’ar­tistes russes et ukrai­niens ar­ri­vés dans les an­nées 1990. De ce ter­ri­toire, elle conserve le goût du dé­sert, du si­lence et de la culture des Bé­douins du Né­guev, ain­si qu’un lien étroit avec la na­ture. L’en­semble de son tra­vail est d’ailleurs sous-ten­du par un contraste entre une grande ten­sion et une cer­taine dou­ceur. Et sa mé­lan­co­lie n’ex­clut pas, ici et là, des traits d’humour et une cer­taine lé­gè­re­té, à l’image de Ca­fé (2015), cette pro­tec­tion pour go­be­let de car­ton, de celles qui em­pêchent de se brû­ler les doigts quand le ca­fé est trop chaud, re­pré­sen­tée comme un vase mo­ran­dien. SU­JETS En plus d’avoir la cer­ti­tude d’être peintre, Na­tha­naëlle Her­be­lin mène de­puis plu­sieurs an­nées une oeuvre di­verse mais qui ré­vèle dé­jà une cer­taine co­hé­rence. Ses pre­miers

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.