Jacques hen­ric

Le feuille­ton

Art Press - - LIVRES -

Claude Si­mon Le Che­val Le Che­min de fer

Dé­but du ré­cit de Claude Si­mon. Pre­mière ligne. Deux phrases courtes, d’une seule pro­po­si­tion cha­cune: « Tout était noir. On ne pou­vait pas voir la tête de la co­lonne. » Deuxième ligne. La troi­sième phrase prend de l’am­pleur, se com­plexi­fie, elle oc­cupe plus d’es­pace, les pa­ren­thèses et les ti­rets font leur ap­pa­ri­tion : « On ne pou­vait rien voir du tout (sauf, quel­que­fois – mais pas voir, seule­ment dis­tin­guer : de­vi­ner – la croupe du che­val de­vant soi) : seule­ment en­tendre le mo­no­tone, l’in­fi­ni et mul­tiple pié­ti­ne­ment, le mul­tiple mar­tè­le­ment des cen­taines de sabots sur la l’as­phalte de la route. » Qua­trième phrase. Elle oc­cupe à elle seule plus d’une page. Les in­cises se mul­ti­plient, on re­con­naît à l’évi­dence ce qui se­ra, ce qui est dé­jà dans ce bref ré­cit, le Che­val, la grande prose de Claude Si­mon, or­ga­ni­sée, comme le si­gnale dans son ex­cel­lente post­face Mi­reille Calle-Gru­ber, en « un poème épique que ré­gissent les scan­sions longues et brèves ». La très longue et très sa­vam­ment ar­ti­cu­lée qua­trième phrase (on pense in­évi­ta­ble­ment à Proust) est in­ter­rom­pue par une phrase à nou­veau très courte et par de brefs dia­logues dont la tri­via­li­té tranche avec la force poé­tique et le ca­rac­tère vi­sion­naire de la pre­mière page du ré­cit. Le tra­vail sur la langue, le rythme, la com­po­si­tion, le mon­tage (Mi­reille Calle-Gru­ber fait un pa­ral­lèle tout à fait ju­di­cieux avec Guer­ni­ca de Pi­cas­so) an­nonce la puis­sance sym­pho­nique de la vaste fresque à ve­nir (« ten­ta­tive de res­ti­tu­tion d’un po­lyp­tyque », écrit plus pré­ci­sé­ment Mi­reille Calle-Gru­ber) que se­ra le ro­man de Claude Si­mon, la Route des Flandres, et dont le Che­val est une su­perbe es­quisse. Ce ré­cit, ja­mais ré­édi­té, avait été pu­blié en deux li­vrai­sons par les Lettres nou­velles, sous la di­rec­tion de Mau­rice Nadeau, dans les nu­mé­ros 57 et 58 de la re­vue da­tés de fé­vrier et mars 1958. Sa re­prise ac­tuelle, dans une jo­lie édi­tion, est donc par­ti­cu­liè­re­ment bien­ve­nue (y fi­gurent des pages ma­nus­crites du Che­val et de la Route des Flandres,

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.