Do­mi­nique ba­qué

La pho­to­gra­phie

Art Press - - CHRONIQUE DESSINÉE -

Au temps de l’orien­ta­lisme, de Cha­teau­briand à Gé­ri­cault, de Lo­ti à De­la­croix, peintres et écri­vains firent preuve d’une au­then­tique fas­ci­na­tion pour le monde arabe. Pho­to­graphes, an­thro­po­logues et eth­no­logues prirent le re­lais. Puis, au fil des guerres co­lo­niales, du conflit is­raé­lo-pa­les­ti­nien, de la mon­tée en puis­sance du ter­ro­risme, du 11-Sep­tembre et main­te­nant de Daesh, les cartes se sont brouillées. Le re­gard s’est voi­lé de soup­çon, d’in­com­pré­hen­sion, quand il n’est pas de­ve­nu hai­neux. Et c’est en ce­la que la pre­mière Bien­nale des pho­to­graphes du monde arabe contem­po­rain – sise à la Mai­son eu­ro­péenne de la pho­to­gra­phie et à l’Ins­ti­tut du monde arabe pour l’es­sen­tiel – fut par­ti­cu­liè­re­ment bien­ve­nue.

TER­RI­TOIRES DÉ­VAS­TÉS

La MEP a pri­vi­lé­gié le pho­to­re­por­tage clas­sique : ain­si ce­lui de Mas­si­mo Ber­ru­ti sur la crise de l’eau à Ga­za et en Cis­jor­da­nie, et a ren­du hom­mage à Daoud Aou­lad-Syad, à son at­ta­che­ment à la culture po­pu­laire, aux arts fo­rains, à la mé­moire col­lec­tive. Des pho­to­gra­phies de rues pour l’es­sen­tiel, en noir et blanc, tou­chantes, certes, mais dé­jà très « da­tées », por­traits hu­ma­nistes d’un autre âge aux­quels il me semble dif­fi­cile d’adhé­rer. En ce sens, le tra­vail ef­fec­tué par An­drea & Mag­da au­tour de Si­nai Park, loin des codes du pho­to­jour­na­lisme, pro­po­sait une in­ter­ro­ga­tion plus contem­po­raine sur un lieu tra­ver­sé par l’His­toire, les mythes, les conflits im­mé­mo­riaux, mais aus­si par le tou­risme de masse. D’où des images au chro­ma­tisme ap­puyé, à la théâ­tra­li­té os­ten­ta­toire, qui montrent un ter­ri­toire dé­vas­té par des ar­chi­tec­tures de car­ton-pâte, ra­va­gé par la spé­cu­la­tion im­mo­bi­lière. Un « non-lieu », comme l’en­ten­dait Marc Au­gé, kitsch et naïf, mais aus­si une ca­tas­trophe éco­lo­gique, po­li­tique et idéo­lo­gique.

RÉIN­VEN­TER DES PAY­SAGES

Pas, ou très peu, de re­por­tage à l’IMA, mais des pho­to­gra­phies pla­cées sous le signe de cette phrase de Jean-Luc Go­dard, à mé­di­ter : il fau­drait ces­ser de pen­ser que le lan­gage de l’op­pri­mé est ce­lui du do­cu-

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.