BIENNALE DE SYDNEY the fu­ture is al­rea­dy here

Art Press - - ÉVÉNEMENT -

Sydney / 18 mars - 5 juin 2016

Ste­pha­nie Ro­sen­thal, en congé de son poste de conser­va­trice en chef de la Hay­ward Gal­le­ry de Londres, est com­mis­saire de la Biennale de Sydney 2016. In­ti­tu­lée The Fu­ture is Al­rea­dy Here – It’s Just not Even­ly Dis­tri­bu­ted (Le Fu­tur est dé­jà là – C’est seule­ment qu’il n’est pas dis­tri­bué équi­ta­ble­ment), cette 20e édi­tion met l’ac­cent sur des oeuvres au fort po­ten­tiel ex­pres­sif, dans les­quelles do­mine la ten­sion texte / image.

« Vous ap­pe­lez ça de l’art ? » Le pro­blème, avec ce genre de cri­tiques conser­va­trices, c’est qu’elles semblent ne rien com­prendre à ce que l’art est de­ve­nu au 20e siècle. Comment est-ce pos­sible ? Dire qu’il ne s’agit plus de beau­té ou de mi­mè­sis, c’est en­fon­cer une porte ou­verte. S’en plaindre, c’est vou­loir faire re­brous­ser che­min à l’his­toire. Les bien­nales com­mis­sion­nées qui pro­li­fèrent de par le monde sont de­ve­nues un ma­ra­thon de lec­ture plu­tôt que d’ob­ser­va­tion. La di­men­sion vi­suelle n’est là que pour éclai­rer le point de vue phi­lo­so­phique, po­li­tique ou psy­cho­lo­gique de l’ar­tiste, à la ma­nière par­fois d’un ca­hier de belles images hors-texte dans un ma­ga­zine d’in­for­ma­tions. Le pur plai­sir du mé­tier se fait rare. Ain­si en va-t-il de la biennale de Sydney. L’es­pace de l’ex­po­si­tion est di­vi­sé en « Am­bas­sades », cor­res­pon­dant cha­cune à un axe concep­tuel. « Car­ria­ge­works », es­pace en ten­sion, consa­cré à la per­for­mance et aux arts vi­suels, amé­na­gé dans une an­cienne gare de triage, est l’« Am­bas­sade de la dis­pa­ri­tion ». Deux oeuvres mé­mo­rables y mettent en évi­dence le point où bi­furquent l’idée ver­ba­li­sée et l’ima­ge­rie vi­suelle. L’ins­tal­la­tion de l’ar­tiste taï­wa­nais Chen Chieh-jen sur la mé­moire po­li­tique et les po­pu­la­tions mar­gi­na­li­sées, in­ti­tu­lée The Bian­wen Book 1. A Ge­nea­lo­gy of my Cultu­ral Re­fe­rences, oc­cupe une pièce à elle seule. Sur un mur, des pan­neaux illus­trent des mo­ments si­gni­fi­ca­tifs à l’in­ter­sec­tion de l’his­toire de Taï­wan et du monde. Le pan­neau 5, par exemple, in­ti­tu­lé Lien Fu Em­ployee’s Self-help Group (Di­sa­bling the Sys­tem with its own rules), ra­conte les consé­quences de la fer­me­ture d’une usine de tex­tile.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.