ET LES LU­MIÈRE FURENT!

Art Press - - LIVRES -

Le DVD Lu­mière ! fait par­tie de ces ob­jets pré­cieux qu’on consul­te­ra, à la ma­nière d’un « Pléiade », « à sauts et à gam­bades », au gré de pro­grammes de six à vingt-sept films. La pre­mière ga­lette qu’offre ce cof­fret in­dis­pen­sable contient une sé­lec­tion de 114 films res­tau­rés avec un soin rare et for­cé­ment émou­vant, compte te­nu de l’âge de ces films, mais sur­tout de leur qua­li­té : jeux de va­ria­tions au­tour d’une trame si­mi­laire, pre­miers mou­ve­ments de ca­mé­ra, sens re­mar­quable du cadre, com­pré­hen­sion in­time de l’es­pace à fil­mer. Cer­tains es­prits cha­grins pour­raient dé­plo­rer le fait que cette pu­bli­ca­tion ne vise pas l’ex­haus­ti­vi­té – on dé­nom­bre­rait ef­fec­ti­ve­ment plus de mille films Lu­mière – mais c’est l’in­tel­li­gence des choix qui frappe dans cette sé­lec­tion or­ga­ni­sée en cha­pitres co­hé­rents : dé­buts du ci­né­ma, Lyon, en­fance, scènes de tra­vail... Au­tant d’en­trées sti­mu­lantes qui per­mettent de me­su­rer que les opé­ra­teurs Lu­mière, par­fois iden­ti­fiés (outre Louis Lu­mière, Alexandre Pro­mio ou Ga­briel Veyre) souvent non, ont su in­ven­ter un re­gard qua­si fan­tas­tique sur le réel. Comme l’a bien dit Mau­rice Pia­lat, « le ci­né­ma de Lu­mière montre la vie comme on ne l’avait ja­mais vue ». Outre ce cha­pi­trage des plus per­ti­nents, le spec­ta­teur pour­ra choi­sir entre trois pistes au­dio : film muet, choix clas­sique et adé­quat de la mu­sique de Ca­mille Saint-Saëns, ou com­men­taires étin­ce­lants de clar­té et d’in­tel­li­gence de Thier­ry Fré­maux. La se­conde ga­lette, consa­crée aux sup­plé­ments, est tout aus­si pas­sion­nante et fait preuve d’une sem­blable ré­flexion qui fuit la sur­charge au pro­fit de vrais choix : d’une part, des « sup­plé­ments d’hier », par­mi les­quels les do­cu­ments de Paul Pa­viot et d’Éric Roh­mer qui rap­pellent, in­ter­ven­tion de Lan­glois ai­dant, qu’il fut une époque où le dé­sir di­dac­tique de trans­mis­sion avait du bon ; d’autre part, des « sup­plé­ments d’au­jourd’hui », où s’en­chaînent des mo­dules qui font for­cé­ment écho à la su­perbe ex­po­si­tion dont nous ré­ga­la le Grand Pa­lais en 2015, avec comme maîtres de cé­ré­mo­nie Ber­trand Ta­ver­nier, Thier­ry Fré­maux, mais aus­si une pléiade de ci­néastes contem­po­rains qui se sont es­sayés à jouer les opé­ra­teurs Lu­mière. Hen­ri Lan­glois di­sait que le ci­né­ma des Lu­mière cor­res­pon­dait à un temps « où tous les écrans ou­vraient une fe­nêtre sur l’in­fi­ni ». Puisse ce ma­gni­fique cof­fret ré­frac­ter une part de cet in­fi­ni de­vant nos yeux fa­ti­gués d’avoir vu trop d’images.

JJM

Louis Lu­mière. « L’ar­ro­seur ar­ro­sé ». 1895. 49 sec.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.