La ba­na­lyse ré­pliques aux ruses du réel

Art Press - - ART PRESS 434 -

Né à l’orée des an­nées 1980, le mou­ve­ment de la ba­na­lyse pour­rait bien consti­tuer un chaî­non man­quant entre le si­tua­tion­nisme, Fluxus et les formes cri­tiques d’art contex­tuel.

En in­vi­tant à « dé­ser­ter le temps de la pro­duc­tion ca­pi­ta­liste » pour y op­po­ser une ex­pé­rience col­lec­tive du ba­nal, de la perte et de la dé­pense de temps, Pierre Ba­zan­tay et Yves Hé­lias, uni­ver­si­taires ren­nais co­fon­da­teurs du Con­grès or­di­naire de ba­na­lyse, marquent leur an­crage dans un ques­tion­ne­ment po­li­tique fi­dèle à la cri­tique de la vie mo­derne for­mu­lée par Hen­ri Le­febvre. Élé­ments de ba­na­lyse ras­semble ar­chives tex­tuelles et do­cu­ments pho­to­gra­phiques qui forment un ré­cit du mou­ve­ment, dont l’acte fon­da­teur est éta­bli avec le pre­mier Con­grès des Fades (pe­tite lo­ca­li­té si­tuée dans le Puy-de-Dôme, bé­né­fi­ciant d’une halte fer­ro­viaire fa­cul­ta­tive) en juin 1982, qui consis­tait à at­tendre les in­vi­tés en gare. Si au­cun in­vi­té ne se rend aux deux pre­miers con­grès, ceux qui sui­vront ac­cueille­ront, cer­taines an­nées, quelques di­zaines de par­ti­ci­pants. Les édi­teurs, Ma­rie-Liesse Cla­vreul et Thier­ry Ker­se­rho, se sont cen­trés sur la « pre­mière cam­pagne » de ba­na­lyse (1982-1991), qui ver­ra no­tam­ment se te­nir dix con­grès or­di­naires. Les ba­na­lystes in­ventent d’in­nom­brables pro­to­coles (lettres, rap­ports, listes, toasts, dis­cours…) qui tournent en dé­ri­sion les lo­giques ins­ti­tu­tion­nelles, bu­reau­cra­tiques et uti­li­ta­ristes. Des ins­pec­teurs, des rap­por­teurs, des dé­lé­gués aux cir­cons­crip­tions sont créés. On fa­brique des tam­pons et des in­di­ca­teurs ho­raires, on pro­duit des sta­tis­tiques. Si l’un des ob­jec­tifs est de « dé­com­po­ser le ba­nal », ce n’est pas pour se com­plaire dans l’en­nui ou dans une forme dé­cep­tive de dan­dysme. Il s’agit plu­tôt de construire un rap­port cri­tique à la ba­na­li­sa­tion : « L’in­té­rêt pour le ba­nal est le symp­tôme d’une crise. Il ma­ni­feste la dis­so­lu­tion du sens dans la sphère sup­po­sée ex­té­rieure au ba­nal, et ré­sulte d’un dé­but d’in­dif­fé­ren­cia­tion entre le ba­nal, dans son ac­cep­tion idéo­lo­gique, et ce qui ne l’est pas. Il im­plique aus­si une ten­ta­tive de ré­so­lu­tion de cette crise » (Yves Hé­lias). Ab­sur­di­té, ca­nu­lar ? Cer­tains le pensent. Mais on joue, en ba­na­lyse, avec le plus grand sé­rieux. Au-de­là de la « com­pul­sion pro­to­co­laire » qui sai­sit les ba­na­lystes, il y a ain­si, entre autres, le dé­sir de mettre à dis­tance l’« es­prit de sé­rieux ré­vo­lu­tion­naire ». La Tra­ver­sée du 22 mars (clin d’oeil au mou- ve­ment qui lan­ça les évé­ne­ments de Mai 68) en est un bon exemple : il s’agit de re­lier Le Havre à Ports­mouth, dans le but de je­ter à la mer un mes­sage scel­lé dans une bou­teille des­ti­né à « un ba­na­lyste in­con­nu ». D’autres ex­pé­ri­men­ta­tions at­testent des connexions pos­sibles avec le si­tua­tion­nisme : ain­si de l’ex­pé­rience avi­gnon­naise de juillet 1988 qui pro­pose de se li­vrer à un « exer­cice de gré­ga­ri­té am­bu­la­toire et em­pa­thique » par­mi les fes­ti­va­liers. « Les stra­té­gies du lu­dique res­tent les meilleures ré­pliques aux ruses du réel », af­firment Ba­zan­tay et Hé­lias. LA PUIS­SANCE DE L’IM­PUIS­SANCE Si l’édi­tion des Ca­hiers de ba­na­lyse et l’or­ga­ni­sa­tion de con­grès s’étendent jus­qu’au Ca­na­da, en Bel­gique, en Suisse et au Por­tu­gal, c’est sur­tout la Tché­co­slo­va­quie, ter­reau sur­réa­liste et pa­ta­phy­si­cien, qui se­ra, en pleine pré-ré­vo­lu­tion de ve­lours, un ter­ri­toire de ren­contre dé­ci­sif. Par l’in­ter­mé­diaire de Pe­tr Král, ins­tal­lé à Pa­ris, les ba­na­lystes entrent en contact avec John Bok, proche de Vá­clav Ha­vel et fi­gure im­por­tante de la contes­ta­tion. Pour cer­tains membres de la Sec­tion de jazz qui fé­dère des as­so­cia­tions cultu­relles, et si­gna­taires de la Charte 77 (mou­ve­ment de ré­sis­tance contre le ré­gime com­mu­niste), les ba­na­lystes pra­gois or­ga­nisent le pre­mier Ren­dez-vous de Bráník, in­vi­tant les par­ti­ci­pants à par­ta­ger une at­tente de quelques mi­nutes sur le site d’un ter­mi­nus de tram­way. Plu­sieurs ren­contres sui­vront entre 1986 et 1991. La ba­na­lyse, en­core, croise au mi­lieu des an­nées 1980 la route du MAUSS (Mou­ve­ment an­ti-uti­li­ta­riste dans les sciences so­ciales) via le so­cio­logue Alain Caillé, ain­si que celle de Ralph Rum­ney, qui ré­ac­tive en 1989 le Co­mi­té psy­cho­géo­gra­phique de Londres. L’in­té­rêt des ba­na­lystes pour les ob­jets (l’inau­gu­ra­tion d’un mu­sée éphé­mère sur une plage du Cal­va­dos en 1982, consis­tant en une pe­tite vi­trine qui ras­semble quelques ob­jets trou­vés ; la vi­site du ma­ga­sin Kot­va à Prague pen­dant l’ère so­cia­liste) n’est pas sans rap­pe­ler, par son dé­sir d’in­ven­ter des mé­thodes d’ap­pré­hen­sion du réel an­thro­po­lo­gique, so­cial et ur­bain autres que celles de la so­cio­lo­gie, les ex­pé­riences que mè­ne­ra le groupe UNTEL entre 1975 et 1980, en par­ti­cu­lier leur ex­po­si­tion Vie quo­ti­dienne pré­sen­tée à la 10e Biennale de Pa­ris en 1977. Ni avant-garde, ni idéo­lo­gie, la ba­na­lyse mise ain­si sur la « fa­cul­té de ren­contre » et « la puis­sance de l’im­puis­sance », contre l’ef­fri­te­ment du col­lec­tif et les in­jonc­tions de per­for­mances éco­no­miques et so­ciales : « Loin de se ré­duire à un état mo­men­ta­né des choses, et d’épui­ser ses symp­tômes dans un ordre pré­sen­te­ment stable, le ba­nal est po­ly­mor­phique. Il est par­tout où se ma­ni­feste de fa­çon sen­sible un pro­ces­sus de dé­per­di­tion de la va­leur et du sens […] La no­tion de ba­na­li­sa­tion est alors à mettre au centre de la réa­li­té contem­po­raine, et de tout as­pect de celle-ci », écrit Yves Hé­lias en 1988. C’est là une pers­pec­tive sti­mu­lante par­mi celles, nom­breuses, que re­cèle cette édi­tion his­to­rique.

Alice La­guar­da

Les Fades, à l’époque du Con­grès or­di­naire de ba­na­lyse

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.