Ju­dy Chi­ca­go

Art Press - - ART PRESS 434 - Di­dier Ar­nau­det

CAPC mu­sée d’art contem­po­rain / 10 mars - 4 sep­tembre 2016 Née en 1939, Ju­dy Chi­ca­go s’af­firme très vite comme « su­jet » apte à sa­tis­faire ses be­soins et dé­si­rs : « Une femme est un non-être. Ce non-être est de­bout dans son ate­lier et cherche des yeux des ma­té­riaux pour pro­duire son art. L’his­toire de l’art qu’elle a à sa dis­po­si­tion est une his­toire écrite par des hommes. Les idées sur l’art et sur ce qui est im­por­tant dans l’art sont fon­dées sur ce qui sert aux hommes et sur les ex­pé­riences des hommes. » Elle s’em­ploie donc à créer un lan­gage vi­suel, cen­tré sur son ex­pé­rience, qui donne ac­cès à un conte­nu émo­tion­nel et au­to­bio­gra­phique, et à des tech­niques is­sues d’un art po­pu­laire et de pré­oc­cu­pa­tions fé­mi­nines. Elle en­tre­prend aus­si une re­cherche sur la pen­sée fé­mi­niste dans le but d’ins­crire les femmes « comme des fi­gures po­si­tives » dans une his­toire de l’art sous do­mi­na­tion mas­cu­line. Dès le mi­lieu des an­nées 1960, Ju­dy Chi­ca­go cé­lèbre la re­pré­sen­ta­tion du sexe fé­mi­nin d’abord à par­tir de formes cir­cu­laires, puis de mo­tifs de fleurs et de pa­pillons. Cette re­pré­sen­ta­tion, en­tre­te­nue dans ses oeuvres des an­nées 1970 et 1980, conduit à une ex­plo­ra­tion de pro­ces­sus de nais­sance et une in­ter­ro­ga­tion in­ci­sive de l’op­pres­sion du corps. En­sei­gnante et théo­ri­cienne, elle uti­lise sa ré­flexion, son sa­voir-faire ar­tis­tique et son re­gard pour trans­mettre une autre vi­sion de la so­cié­té, convo­quer un autre pos­sible, plus res­pec­tueux et éga­li­taire. En 1970, elle éla­bore le pro­gramme d’art fé­mi­niste à l’uni­ver­si­té d’État de Ca­li­for­nie, si­tuée à Fres­no. En 1972, elle ini­tie, avec l’ar­tiste Mi­riam Scha­pi­ro, la Wo­man­house, un es­pace qui en­cou­rage les étu­diantes à réa­li­ser des ins­tal­la­tions et des per­for­mances émou­vantes, drôles ou per­tur­bantes, évo­quant leurs condi­tions de vie. De 1974 à 1979, elle confec­tionne son oeuvre la plus connue, The Din­ner Par­ty, une ins­tal­la­tion com­po­sée d’une table tri­an­gu­laire pour trente-neuf convives, toutes des femmes qui ont mar­qué leur temps, mais la plu­part tom­bées dans l’ou­bli. Elle pro­pose une sé­rie de per­for­mances sur la fi­gure de la « femme au foyer », et s’in­té­resse à la py­ro­tech­nie, créant des « at­mo­sphères » à la sen­si­bi­li­té plus fé­mi­nine pour adou­cir le pay­sage. Dans la pé­riode 1980-2000, elle se concentre sur l’his­toire de la pen­sée fé­mi­niste, de la culture po­pu­laire et des va­leurs re­li­gieuses, mais aus­si sur celle de l’Ho­lo­causte. Elle sou­haite ain­si par­ti­ci­per à une paix des com­mu­nau­tés et des re­li­gions, une « vi­sion po­si­tive pour le fu­tur ». Cette ex­po­si­tion, in­ti­tu­lée Why not Ju­dy Chi­ca­go? et si­gnée par Xa­bier Ara­kis­tain, est un ap­pel à la re­con­nais­sance ins­ti­tu­tion­nelle de cette ar­tiste ma­jeure. Elle pro­pose une sé­lec­tion de pein­tures, vi­déos, do­cu­ments et écrits qui re­tracent plus de cin­quante ans de pro­duc­tion. L’exi­gence d’être au plus près des évo­lu­tions de ce par­cours foi­son­nant conduit à un étrange par­ti pris qui consiste à com­pen­ser l’ab­sence de cer­taines oeuvres par des re­pro­duc­tions sur pa­pier pho­to­gra­phique au for­mat de l’oeuvre ori­gi­nale, et ain­si d’as­su­rer la conti­nui­té de la tra­ver­sée des dif­fé­rentes étapes de l’oeuvre par des sé­quences do­cu­men­taires et au prix d’une in­dé­ci­sion par­fois trou­blante du re­gard. L’en­semble n’en reste pas moins d’un grand in­té­rêt et d’une belle te­nue. Born in 1939, ear­ly in life Ju­dy Chi­ca­go saw her­self as a “sub­ject” ca­pable of filling her own needs and de­sires: “A wo­man is a non-being. This non-being is stan­ding in her stu­dio and loo­king for the eyes of ma­te­rials to pro­duce her art. The art his­to­ry she has at her dis­po­si­tion is a his­to­ry writ­ten by men. Its ideas about art and what is im­por­tant in art are ba­sed on what serves men and the ex­pe­riences of men.” Thus, using tech­niques born of folk art and wo­men’s (pre)oc­cu­pa­tions, her mis­sion is to create a vi­sual lan­guage, cen­te­red on her ex­pe­rience as a wo­man, whose content is emo­tio­nal and au­to­bio­gra­phi­cal. Chi­ca­go al­so in­ves­ti­gates the his­to­ry of fe­mi­nist thought so as to ins­cribe wo­men as “po­si­tive fi­gures” in an art his­to­ry un­der mas­cu­line do­mi­na­tion. Since the mid-1960s Chi­ca­go has ce­le­bra­ted re­pre­sen­ta­tions of the va­gi­na, first through the use of cir­cu­lar forms and then flo­wer and but­ter­fly mo­tifs. Her pur­suit of this re­pre­sen­ta­tion through the 1970s and ‘80s led her to ex­plore the pro­cess of birth and to an in­ci­sive in­ter­ro­ga­tion of the op­pres­sion of the bo­dy. As a tea­cher and theo­re­ti­cian as well as an ar­tist, she em­ploys her thin­king, skills and gaze to trans­mit a dif­ferent vi­sion of so­cie­ty and ano­ther pos­sible world, one that is more res­pect­ful and ega­li­ta­rian. In 1970, she de­ve­lo­ped a syl­la­bus on fe­mi­nist art at the Uni­ver­si­ty of Ca­li­for­nia in Fres­no. In 1972, she and the ar­tist Mi­riam Scha­pi­ro laun­ched Wo­man­house, a space that en­cou­rages wo­men stu­dents to make ins­tal­la­tions and per­for­mances that, in a mo­ving, fun­ny or dis­tur­bing man­ner, evoke their life condi­tions. Du­ring the years 1974-79, she­made her best known piece, The Din­ner Par­ty, a tri­an­gu­lar table set for 39 guests, all wo­man who left their mark on his­to­ry but for the most part have fal­len in­to obli­vion. She has al­so done a se­ries of per­for­mances on the fi­gure of the hou­se­wife, and ta­ken up fi­re­works in a way meant to create sof­ter, more fe­mi­nine “at­mos­pheres.” From 19802000, she concen­tra­ted on the his­to­ry of fe­mi­nist thought, po­pu­lar culture and re­li­gious va­lues, and the Ho­lo­caust as well. Her de­sire is to help bring about peace bet­ween com­mu­ni­ties and re­li­gions, “a po­si­tive vi­sion for the fu­ture.” This show, cu­ra­ted by Xa­bier Ara­kis­tain and tit­led Why not Ju­dy Chi­ca­go?, amounts to a call for mains­tream mu­seum re­cog­ni­tion of this ma­jor ar­tist. It of­fers a se­lec­tion of pain­tings, vi­deos, do­cu­ments and texts com­pri­sing more than fif­ty years of pro­duc­tion. The cu­ra­tor’s am­bi­tion to re­port as ful­ly as pos­sible on the de­ve­lop­ment of her ca­reer led him to make the strange choice of com­pen­sa­ting for the ab­sence of some pieces by pro­vi­ding pho­to­gra­phic re­pro­duc­tions in the exact same for­mat as the ori­gi­nal and thus re­pli­cate the conti­nui­ty of the va­rious stages in the life of her art. This in­clu­sion of do­cu­men­ta­ry se­quences makes us doubt our own eyes in a most dis­tur­bing man­ner at times. Still, the show is high­ly in­ter­es­ting and ele­gant.

Trans­la­tion, L-S Tor­goff

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.