Beat Ge­ne­ra­tion. New York, San Fran­cis­co, Pa­ris

Art Press - - ÉDITO -

Centre Pom­pi­dou / 22 juin - 3 oc­tobre 2016 De­puis quelques an­nées, on as­siste à un re­nou­veau édi­to­rial au­tour de la Beat Ge­ne­ra­tion – de Her­bert Huncke ( Cou­pable de tout, Seuil, 2010) à l’édi­tion des éton­nants Jour­naux de bord de Jack Ke­rouac (Gal­li­mard, 2015) et à l’ex­cel­lente édi­tion des lettres de Neal Cas­sa­dy ( Fi­ni­tude, 2014 et 2015) –, mais il fal­lait une grande ex­po­si­tion ras­sem­blant ses prin­ci­paux pro­ta­go­nistes pour per­mettre une prise de conscience de l’in­croyable ef­fer­ves­cence, tant en lit­té­ra­ture que dans les arts plas­tiques, de ce mou­ve­ment qui, de la fin de la Se­conde Guerre mon­diale à la Guerre froide, au­tour de Jack Ke­rouac, William S. Bur­roughs et Al­len Gins­berg, va ras­sem­bler une cen­taine de pro­ta­go­nistes. Des écri­vains, poètes, ci­néastes, pho­to­graphes, édi­teurs, gra­phistes, qui en­tre­ront en ré­sis­tance contre une Amé­rique to­ta­le­ment mac­car­thy­sée, consu­mé­riste et mo­ra­li­sa­trice. Il n’est ja­mais fa­cile de faire une ex­po­si­tion au­tour de la lit­té­ra­ture. Mais ici, tout s’en­tre­mêle. Phi­lip­peA­lain Mi­chaud, le com­mis­saire de cette re­mar­quable ex­po­si­tion, a réuni et fait va­loir l’in­ter­dis­ci­pli­na­ri­té de la Beat Ge­ne­ra­tion, dé­mon­trant ain­si que tout par­ti­cipe d’une même éner­gie, d’un même beat. Or­ga­ni­sée au­tour du rou­leau ta­pus­crit de Sur la route de Jack Ke­rouac, l’ex­po­si­tion pro­pose un iti­né­raire pas­sant par New York, San Fran­cis­co, Tan­ger, le Mexique et Pa­ris. En ef­fet, la ca­pi­tale fran­çaise fut, de 1957 à 1963, l’épi­centre du mou­ve­ment et le lieu de nom­breuses ex­pé­ri­men­ta­tions. Ce fut aus­si l’oc­ca­sion de la ren­contre, par l’en­tre­mise de Jean-Jacques Le­bel – qui signe un ar­ticle pas­sion­nant dans le ca­ta­logue fort do­cu­men­té édi­té à cette oc­ca­sion – entre d’an­ciens agi­ta­teurs da­da et cette gé­né­ra­tion re­nou­ve­lée de dé­zin­gueurs. On a ou­blié com­bien la Beat Ge­ne­ra­tion fut fran­co­phile : il faut no­tam­ment, pour s’en rendre compte, lire les car­nets de Ke­rouac dans les­quels il in­cite ses com­pa­gnons à lire Sten­dhal. Alors, rue Gît-le-Coeur, dans le Beat Ho­tel, s’in­ventent des Drea­ma­chine, des cut-up, des as­so­cia­tions poé­tiques, des ex­pé­ri­men­ta­tions pic­tu­rales : des pein­tures réa­li­sées par Gre­go­ry Cor­so, Al­len Gins­berg, Pe­ter Or­lovs­ky et, ce n’est pas anec­do­tique, Ghé­ra­sim Lu­ca. Il n’a évi­dem­ment pas fal­lu l’at­trait de Pa­ris pour que les membres beat s’in­té­ressent aux images. Les pein­tures et les des­sins de Ke­rouac réa­li­sés à par­tir des an­nées 1940 en té­moignent, tout comme les pho­to­gra­phies de Gins­berg, qu’il an­no­te­ra trente ans plus tard d’une fine écri­ture noire et que l’on re­garde au­tant qu’on les lit. États-Unis, Tan­ger, Inde ou ailleurs, Gins­berg est un ob­ser­va­teur : image ou texte, le poète agit de la même ma­nière, dans une même dé­marche qui consiste à cap­ter pré­ci­sé­ment un bat­te­ment du monde. Quant aux mon­tages d’images et aux col­lages de Bur­roughs, ils ré­pondent à ses cut up poé­tiques ; et dans les films, nom­breux, cha­cun se trouve, tour à tour, de­vant ou der­rière la ca­mé­ra. Outre les livres, l’ex­po­si­tion pré­sente plu­sieurs re­vues, no­tam­ment celle de Wal­lace Ber­man, Se­mi­na, que l’on pour­rait consi­dé­rer comme l’une des plus belles réus­sites de l’édi­tion beat. Ti­rée à trois cents exem­plaires, s’y cô­toient poèmes, des­sins, pho­to­gra­phies, col­lages, cer­tains ras­sem­blés dans des po­chettes de disques, té­moi­gnant de l’in­fluence de la mu­sique, du jazz no­tam­ment, dans l’écri­ture et les images réa­li­sées alors. Et puis il y a les en­re­gis­tre­ments, la poé­sie à voix nue. On avait pu en­tendre une large sé­lec­tion de ceux de John Gior­no au Pa­lais de To­kyo, à l’au­tomne 2015 ; ici y ré­pondent les mé­lo­pées éner­vées ou suaves de Ke­rouac, de Gins­berg, d’autres en­core. C’est sans doute l’une des ca­rac­té­ris­tiques de la Beat Ge­ne­ra­tion : faire de la poé­sie à l’ère de sa dif­fu­sion re­pro­duc­tible, en uti­li­sant le disque, la pel­li­cule, la ra­dio. La voix d’abord, plu­tôt que le pa­pier. Au­jourd’hui en­core, la Beat Ge­ne­ra­tion ins­pire les ar­tistes à conti­nuer de lier texte et images. Un im­mense ca­le­pi­nage, réa­li­sé par Al­len Rup­pers­berg et com­po­sé d’af­fiches fluo­res­centes mises les unes à cô­té des autres, em­plit des murs en­tiers du poème de Gins­berg, Howl. Réa­li­sé en 2013, ce

Jack Ke­rouac. « On the Road ». (ta­pus­crit ori­gi­nal). 1951. Pa­pier calque. 360 × 22 cm. (Coll. James S. Ir­say. © Es­tate of An­tho­ny G. Sam­pa­ta­ca­cus and the Es­tate of J. Ke­rouac © John Sam­pas, Exe­cu­tor, The Es­tate of Jack Ke­rouac). Bob Thomp­son. « Le Roi Jones and his Fa­mi­ly ». 1964. Huile / toile. 92 × 123cm. (Court. Hir­sh­horn Mu­seum and Sculp­ture Gar­den, Smith­so­nian Ins­ti­tu­tion, Wa­shing­ton, D.C. © Es­tate of Bob Thomp­son; Court. M. Ro­sen­feld Gal­le­ry LLC, New York ; Ph. L. Stals­worth)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.