Hwa-yeon Nam bu­ti­nage sur la toile

Hwa-yeon Nam: Caught on the Net.

Art Press - - ÉDITO - Sung-won Kim

Le tra­vail de Hwa-yeon Nam, née en 1980, com­mence avec In­ter­net. L’ar­tiste se sert d’ou­tils aus­si com­muns que le Web et le mo­teur de re­cherche Google pour ra­con­ter des his­toires sin­gu­lières. Hwa-yeon Nam se pas­sionne pour les sys­tèmes de clas­si­fi­ca­tion et de sau­ve­garde des don­nées. Le champ est très vaste puis­qu’il in­clut toutes sortes de dis­ci­plines telles que la bo­ta­nique, la zoo­lo­gie, l’as­tro­no­mie et la bi­blio­gra­phie. DY­NA­MIQUE DE L’AB­SENCE Ope­ra­tio­nal Play (2007) est une vi­déo-per­for­mance née de ses re­cherches sur l’opé­ra­tion « Tem­pête du dé­sert » dé­clen­chée par les États-Unis pen­dant la guerre du Golfe en 1991. Ain­si tombe-t-elle sur une page Wi­ki­pé­dia énu­mé­rant les noms des opé­ra­tions mi­li­taires pos­té­rieures à la Se­conde Guerre mon­diale. Elle dé­cide aus­si­tôt de mon­ter sa propre « opé­ra­tion » en s’ins­pi­rant de ces noms aus­si évo­ca­teurs que poé­tiques. Les noms choi­sis par ses soins de­viennent les per­son­nages d’une pièce de théâtre im­pro­vi­sée sous la forme d’un jeu de rôles. Si une opé­ra­tion mi­li­taire sup­pose un en­semble de règles et de stra­té­gies très pré­cises, son Ope­ra­tio­nal Play se ca­rac­té­rise par une « ab­sence de tac­tique ». L’oeuvre, qui se si­tue à mi-che­min entre le ri­tuel d’une so­cié­té se­crète et le jeu d’en­fant, re­pose sur une mé­tho­do­lo­gie per­son­nelle pour dé­co­der des su­jets, des do­maines, et des sys­tèmes ca­chés (mi­li­taires en l’oc­cur­rence). La quête d’un ter­ri­toire in­con­nu se pour­suit avec Field Re­cor­ding (2015), vi­déo-per­for­mance qui s’ap­puie sur une tech­nique d’en­re­gis­tre­ment des­ti­née à col­lec­ter et à ar­chi­ver les chants d’oi­seaux. L’au­teur dé­niche sur In­ter­net douze es­pèces mé­con­nues du grand pu­blic telles que le coua bleu, le ca­raca­ra hup­pé et la che­vêche des ter­riers. Elle de­mande en­suite à deux per­for­meurs de re­pro­duire le cri d’oi­seau qu’ils en­tendent de­puis leur casque d’écoute. Les per­for­meurs s’exé­cutent sous le re­gard at­ten­tif des spec­ta­teurs qui tentent de de­vi­ner l’es­pèce en ques­tion. L’ins­tant est à la fois so­len­nel et stu­dieux mal­gré les ex­pres­sions co­miques qui tordent le vi­sage des in­ter­prètes. Si les or­ni­tho­logues uti­lisent la tech­nique du field re­cor­ding pour étu­dier les oi­seaux d’un point de vue scien­ti­fique, le tra­vail de Hwa-yeon Nam re­flète notre dé­sir de nous rap­pro­cher des créa­tures ai­lées en imi­tant leur lan­gage par une sorte de field re­cor­ding in­ver­sé. Co­réen 109 (2014) est une vi­déo re­la­tive à un an­cien ma­nus­crit co­réen in­ti­tu­lé Jik­ji­sim­chaeyo­jeol et conser­vé à la Bi­blio­thèque na­tio­nale de France, site Ri­che­lieu, sous la ré­fé­rence « Co­réen 109 ». Hwa-yeon Nam a de­man­dé à exa­mi­ner le ma­nus­crit ori­gi­nal, mais la BnF lui a op­po­sé un re­fus et l’a in­vi­tée à consul­ter la ver­sion en ligne du do­cu­ment. L’in­té­rêt de l’au­teur se re­porte alors sur l’his­toire qui re­lie le ma­nus­crit à la BnF. Elle étu­die mi­nu­tieu­se­ment le par­cours de l’ou­vrage, de­puis l’ex-li­bris de Vic­tor Col­lin de Plan­cy, am­bas­sa­deur de France en Co­rée, à la collection pri­vée du joailler et écri­vain Hen­ri Ve­ver, en pas­sant par l’adresse de la BnF, 58 rue de Ri­che­lieu, et jus­qu’à la bio­gra­phie de l’illustre car­di­nal. L’au­teur crée son propre « Co­réen 109 » à par­tir de ces élé­ments col­lec­tés sur In­ter­net. Faute de pou-

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.