Gre­go­ry Crewd­son

Art Press - - EXPOSITIONS - Ber­nard Mar­ce­lis

Ga­le­rie Da­niel Tem­plon / 8 sep­tembre - 29 oc­tobre 2016 Pré­sen­tée conjoin­te­ment à Pa­ris et à Bruxelles, cette nou­velle sé­rie de pho­to­gra­phies in­ti­tu­lée Ca­the­dral of the Pines se dé­marque des pré­cé­dentes tout en res­tant par­fai­te­ment dans son style et sa ma­nière de faire. La di­men­sion ci­né­ma­to­gra­phique de l’oeuvre est plus que ja­mais pré­sente, les mises en scène étant mé­ti­cu­leu­se­ment conçues et réa­li­sées en col­la­bo­ra­tion avec une vé­ri­table équipe de tour­nage. On y re­trouve ses am­biances étranges dues à la lu­mière entre chien et loup. Celle-ci plonge les lieux au­tant que les per­sonnes dans un entre-deux énig­ma­tique. S’agit-il du dé­but d’une scène ou de sa conclu­sion ? Il est dif­fi­cile de se pro­non­cer, car Gre­go­ry Crewd­son pos­sède cette rare ca­pa­ci­té d’éti­rer le temps dans une seule image, même si l’on ima­gine que les prises de vue ont dû être nom­breuses et qu’un im­por­tant tra­vail de post­pro­duc­tion s’est en­sui­vi. Les rues et les in­té­rieurs de mai­sons des pe­tites villes amé­ri­caines laissent ici la place à la na­ture et au pay­sage que peuplent tou­jours quelques bâ­tisses. Celles-ci sont à la fois lar­ge­ment ou­vertes sur l’ex­té­rieur, comme si le pay­sage en­trait de plein cadre dans la mai­son, celle-ci étant par­fois ré­duite à un simple dé­cor, pro­pice à ré­vé­ler l’in­té­rio­ri­té fi­gée des quelques femmes et des rares hommes qui y fi­gurent. Leur pos­ture sta­tu­fiée fait son­ger à des per­son­nages de cire dont l’ex­pres­sion du vi­sage, la pos­ture et le po­si­tion­ne­ment tra­hissent une ex­trême las­si­tude face à un événe- ment, lui aus­si en sus­pen­sion. Tout semble dans l’at­tente d’un geste ou d’une quel­conque in­ter­ven­tion : la porte du van est res­tée ou­verte, celle de la ter­rasse est en­tre­bâillée, les fe­nêtres cou­lis­santes sont re­le­vées, la porte du ga­rage éga­le­ment. Tout est co­di­fié : les per­son­nages, la plu­part du temps à moi­tié dé­nu­dés, sont soit dis­po­sés à l’in­té­rieur, et ils ap­pa­raissent en plan rap­pro­ché, soit ils se trouvent plus éloi­gnés dans la na­ture. Une seule image fait ex­cep­tion, The Shed, avec une qua­si-fu­sion entre les plans in­té­rieur et ex­té­rieur, comme si la belle pers­pec­tive des images bien construites se dis­sol­vait ici entre les fe­nêtres presque opaques d’une ca­bane et l’hu­mi­di­té de l’air dont on per­çoit la moi­teur, sur un fond d’arbres. Entre les deux, fi­gée sur une pe­louse en mau­vais état, une jeune femme oc­cupe tout l’es­pace de l’em­bra­sure de la porte, l’air déses­pé­ré face à un tas in­forme de brous­sailles qui lui a ma­cu­lé les mains. L’image est sai­sis­sante de réa­lisme dans un dé­nue­ment qui est loin d’être de fa­çade. Nous sommes au Massachusetts, dans la pe­tite com­mune ru­rale de Becket, où Gre­go­ry Crewd­son est ve­nu se res­sour­cer et re­trou­ver son ins­pi­ra­tion : « C’est au coeur de ces fo­rêts que j’ai fi­na­le­ment sen­ti l’obs­cu­ri­té se le­ver, que je me suis re­con­nec­té avec mon pro­ces­sus ar­tis­tique et que j’ai évo­lué vers une pé­riode de re­nou­veau et d’in­tense créa­ti­vi­té », ex­plique-t-il. Shown joint­ly in Pa­ris and Brus­sels, this new se­ries of pho­to­graphs tit­led Ca­the­dral of the Pines stands apart from the pre­ce­ding ones, even if the style and tech­nique are un­chan­ged. These new works are even more stron­gly ci­ne­ma­tic than ever, with me­ti­cu­lous­ly concei­ved sta­ging pro­du­ced with a real crew, but they have the same enig­ma­tic at­mos­phere due to that cre­pus­cu­lar ligh­ting which im­merses the places and pro­ta­go­nists in an am­bi­guous at­mos­phere. Is this the be­gin­ning of a scene or its conclu­sion? It is dif­fi­cult to say, be­cause Crewd­son has that rare abi­li­ty to stretch time wi­thin a single image (even if we can of course ima­gine the ma­ny pho­tos be­hind the one we are seeing, as well as the im­por­tance of the post­pro­duc­tion work). Here the streets and home in­te­riors of small Ame­ri­can towns give way to na­ture and land­scape, al­though there are al­ways one or two buil­dings as well. These are ve­ry much open to their sur­roun­dings, as if the land­scape was en­te­ring the house and the house was so­me­times no more than a simple set, de­si­gned to re­veal the stil­led in­ter­io­ri­ty of a few wo­men and the one or two men who al­so ap­pear. Stiff like wax­works, their pos­tures seem to ex­press a state of ex­treme las­si­tude with re­gard to some event, it­self al­so sus­pen­ded. Eve­ry­thing sug­gests a state of ex­pec­tan­cy, wai­ting for some in­ter­ven­tion: the van door has been left open, the ter­race door is ajar, the sli­ding doors are back, the ga­rage door, as well, is open. Eve­ry­thing is co­di­fied: the cha­rac­ters, most of them half-un­dres­sed, are shown ei­ther in­doors in close shots or out­doors at a grea­ter dis­tance. There is on­ly one ex­cep­tion, The Shed, in which in­ter­ior and ex­te­rior al­most merge, as if the neat pers­pec­tive of well-construc­ted images was dis­sol­ving here, bet­ween the al­most opaque win­dows of a ca­bin and the al­most tan­gible clam­mi­ness of the air, against a back­ground of trees. Bet­ween the two, stan­ding on an un­kempt lawn, a young wo­man fills the space fra­med by the door­way, her face a picture of des­pair fa­ced with the sha­pe­less heap of scrub that has stai­ned her hands. The image is stri­kin­gly real, the po­ver­ty much more than an ap­pea­rance. We are in Be­ckett, a small ru­ral town in Massachusetts, where Crewd­son came to re­charge his bat­te­ries and re­fresh his ins­pi­ra­tion: “I found my­self over­come with a new fee­ling: I be­came aware that the dark­ness around me was lif­ting. I felt con­nec­ted to my­self again, felt a de­sire to make pictures, in a way that felt old and new at the same time. It was a re­ve­la­tion, a re­birth.”

Trans­la­tion, C. Pen­war­den

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.