Incorporated ! Les Ate­liers de Rennes. Bien­nale d’art contem­po­rain

Art Press - - EXPOSITIONS REVIEWS - Erik Ve­rha­gen

Di­vers lieux, Rennes, Brest, Saint-Brieuc / 1er oc­tobre - 11 dé­cembre 2016 Avec la pro­li­fé­ra­tion de bien­nales d’art contem­po­rain et la né­ces­si­té d’in­ven­ter à chaque fois de nou­veaux concepts per­met­tant de jus­ti­fier leur rai­son d’être, la réus­site de tels évé­ne­ments semble se me­su­rer à l’aune de la per­ti­nence des­dits concepts et de leur adé­qua­tion avec le choix des oeuvres vi­sant à les illus­trer. Comme le note Fran­çois Pi­ron, aux com­mandes de cette édi­tion, une telle ma­ni­fes­ta­tion, « plus que tout autre type d’ex­po­si­tion, se donne pour tâche de re­flé­ter et de trans­crire une ac­tua­li­té ». Or, pré­ci­set-il, « la plu­part des ar­tistes in­vi­tés à par­ti­ci­per à cette bien­nale tiennent une po­si­tion ap­pa­rem­ment ré­tive à cette no­tion d’ac­tua­li­té ». Dans l’op­tique d’of­frir une « lec­ture des af­fects contem­po­rains dans leur in­cor­po­ra­tion à l’éco­no­mie », Pi­ron a « conju­gué » des oeuvres – pour un nombre sub­stan­tiel d’entre elles pro­duites spé­ci­fi­que­ment pour la bien­nale – qui « dé­voilent la pré­ca­ri­té, la vio­lence, l’in­quié­tude du temps pré­sent ». Les re­la­tions entre « le corps, l’or­ga­nique, et les ma­chines et tech­no­lo­gies » y sont in­ter­ro­gées dans une dy­na­mique qui aux dires du com­mis­saire « pro­po­se­rait une sus­pen­sion du dis­cours, de l’opi­nion, pour faire va­loir l’ex­pé­rience phy­sique et sen­sible ». Vaste pro­gramme au­quel les oeuvres pré­sen­tées dans les dif­fé­rents sites sont donc cen­sées ré­pondre. Sa­luons l’ou­ver­ture dont Pi­ron a su faire preuve dans le choix d’ar­tistes ap­par­te­nant à des gé­né­ra­tions, cultures et es­thé­tiques com­plé­men­taires. Quelques « poids lourds » du… mar­ché se voient ain­si as­so­ciés à des fi­gures émer­gentes ou mar­gi­nales au risque de cer­taines si­tua­tions dés­équi­li­brées à l’image de l’ins­tal­la­tion de Mi­chel Fran­çois à la Halle de la Cour­rouze qui fra­gi­lise son en­tou­rage. La plu­part des confron­ta­tions s’avèrent ce­pen­dant sti­mu­lantes. Pour preuve, le sur­pre­nant dia­logue en­ga­gé entre An­neMa­rie Sch­nei­der, Jorge Quei­roz, Mau­rice Blaus­syld et Lau­ra La­miel au mu­sée des beaux-arts. À ces ar­tistes « contem­po­rains », Pi­ron a, une fois n’est pas cou­tume, gref­fé des élec­trons libres et inclassables. An­na Op­per­mann ou Klaus Lutz par exemple, avan­ta­geu­se­ment ex­po­sés au Frac et dont le ca­rac­tère bri­co­lé des oeuvres contraste fort heu­reu­se­ment avec la dé­bauche tech­no­lo­gique de l’ins­tal­la­tion ba­varde et pom­peuse de Ma­rie Gilli­gan mon­tée dans une salle ad­ja­cente. On re­tien­dra par ailleurs et dans d’autres lieux (La Criée et Len­droit édi­tions) les toiles beau­coup plus si­len­cieuses de Ka­ro­li­na Kra­sou­li et dans un re­gistre au bord de la dis­pa­ri­tion l’in­ter­ven­tion dont nous ne di­rons pas plus d’Eva Bar­to. Ce sont sans doute à tra­vers ces der­niers gestes té­moi­gnant d’une éco­no­mie de moyens que s’es­quisse l’amorce d’une ré­sis­tance aux rou­leaux com­pres­seurs et pro­po­si­tions creuses et spec­ta­cu­laires dont au­cune bien­nale d’en­ver­gure, à com­men­cer par cel­le­ci, ne sau­rait se pas­ser. The pro­li­fe­ra­tion of art bien­nials puts the onus on each new event to find a concept to jus­ti­fy its exis­tence, and its suc­cess, it seems, is best mea­su­red by the in­ter­est of said concept and the qua­li­ty of its trans­la­tion in­to art­works. At the help in Rennes, Fran­çois Pi­ron notes that this kind of show, “more than any other kind of ex­hi­bi­tion, as­sumes the task of re­flec­ting and trans­cri­bing a cur­rent si­tua­tion” and yet, “the po­si­tions ta­ken by most of the ar­tists in­vi­ted to take part in this bien­nial seem to run coun­ter to this no­tion of to­pi­ca­li­ty.” Set­ting out to of­fer a “rea­ding of con­tem­po­ra­ry af­fects and their in­cor­po­ra­tion in­to the eco­no­my,” Pi­ron has “com­bi­ned” works that “re­veal the pre­ca­rious­ness, vio­lence and dis­quiet of the present time.” (Most of them, by the way, we­re­made spe­cial­ly.) The re­la­tions bet­ween “the organic bo­dy and ma­chines and tech­no­lo­gies” are ex­plo­red wi­thin a dy­na­mic that, ac­cor­ding to the cu­ra­tor, “of­fers a sus­pen­sion of dis­course, of opi­nion, in or­der to bring out phy­si­cal and sen­so­rial ex­pe­rience.” That’s quite a re­mit. Pi­ron has ta­ken a com­men­da­bly open-min­ded ap­proach to choo­sing the ar­tists for his va­rious lo­ca­tions. Among this mix of generations, cultures and aes­the­tics we thus find mar­ket hea­vy­weights along­side emer­ging or mar­gi­nal fi­gures, so­me­times en­trai­ning a real risk of im­ba­lance, as with the ins­tal­la­tion byMi­chel Fran­çois in the Halle de la Cou­rouze, which makes those around it look fra­gile. Still, most of the confron­ta­tions are pret­ty sti­mu­la­ting: take, for example the sur­pri­sing dia­logue bet­ween Anne-Ma­rie Sch­nei­der, Jorge Quei­roz, Mau­rice Blaus­syld and Lau­ra La­miel at the Mu­sée des Beaux-arts. On­to these “con­tem­po­ra­ry” ar­tists Pi­ron has, unu­sual­ly, graf­ted some ma­ve­rick fi­gures such as An­na Op­per­mann and Klaus Lutz. Ad­van­ta­geous­ly ex­hi­bi­ted at the FRAC, their DIY aes­the­tic contrasts ni­ce­ly with the tech­no over­kill and pro­lixi­ty of Ma­rie Gilli­gan’s ra­ther gran­diose ins­tal­la­tion next­door. Al­so of in­ter­est in other sites (La Criée and Len­droit Édi­tions) are the much quie­ter can­vases by Ka­ro­li­na Kra­sou­li and, in a re­gis­ter close to in­vi­si­bi­li­ty (which I’ll leave you to dis­co­ver) the in­ter­ven­tion by Eva Bar­to. These eco­no­mi­cal ges­tures no doubt show stir­rings of re­sis­tance to the of­ten emp­ty and spec­ta­cu­lar block­bus­ter of­fe­rings that no bien­nial worth its salt—this one in­clu­ded—can do wi­thout.

Trans­la­tion, C. Pen­war­den

Mi­chel Fran­çois. « Scène des Aban­dons ». 2016. (Court. de l’ar­tiste, ga­le­rie Ka­mel Men­nour, Pa­ris ; Ph. A. Mole). “Scene of Aban­don­ment” An­na Op­per­mann. « Ordre de re­cherche aux ar­tistes pour ré­soudre un pro­blème d’es­pace ». 1978-1984. Frac Bre­tagne. (Court. A. Op­per­mann Es­tate, ga­le­rie Bar­ba­ra Thumm, Ber­lin ; Coll. Deich­to­rhal­len Ham­burg/ Samm­lung Fal­ken­berg ; Ph. A. Mole); “Research re­mit to ar­tists for re­so­lu­tion of a spa­tial is­sue”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.