JO­NA­THAN CRA­RY gé­néa­lo­gie de la vi­sion

Art Press - - LIVRES -

Clas­sique des vi­sual stu­dies pu­blié aux États-Unis en 1990 et au­jourd’hui réé­di­té en fran­çais, l’ou­vrage de Jo­na­than Cra­ry fonde la fi­gure de l’ob­ser­va­teur mo­derne comme « le lieu et le pro­duc­teur de la sen­sa­tion ».

Édi­té chez Jac­que­line Cham­bon en 1994, cet ou­vrage ini­tia­le­ment in­ti­tu­lé l’Art de l’ob­ser­va­teur était de­ve­nu in­trou­vable. C’est donc une ré­édi­tion bien­ve­nue, pré­fa­cée par Maxime Boi­dy, spé­cia­liste des vi­sual stu­dies et ar­ti­san de­puis plu­sieurs an­nées de l’in­tro­duc­tion de la pen­sée vi­suelle amé­ri­caine en France. Le livre de Jo­na­than Cra­ry, pro­fes­seur en his­toire de l’art à l’uni­ver­si­té Co­lum­bia et au­teur de 24/7, le Ca­pi­ta­lisme à l’as­saut du sommeil, reste, mal­gré trente an­nées de fa­bri­ca­tion mas­sive d’images nu­mé­riques, une ré­fé­rence pour l’épis­té­mo­lo­gie et l’his­toire de la vi­sion. Son pa­no­ra­ma théo­rique traite de la construc­tion de la vi­sion oc­ci­den­tale et des tech­niques qui ont per­mis, de Re­né Des­cartes à Gus­tav Fech­ner, d’as­seoir sa su­pré­ma­tie sym­bo­lique sur la per­cep­tion du monde. Cra­ry re­ven­dique une en­tre­prise fou­cal­dienne, à sa­voir une gé­néa­lo­gie de l’ob­ser­va­teur, per­son­nage qui scrute tout en se confor­mant à « un sys­tème de conven­tions » (du la­tin ob­ser­vare). Com­ment faire une his­toire de la vi­sion ? Pas sous l’angle du dé­ter­mi­nisme tech­no­lo­gique puisque, comme l’écrivent De­leuze et Guat­ta­ri dans Mille Pla­teaux, ci­tés par Cra­ry, « les ma­chines sont so­ciales avant d’être tech­niques », ni d’un point de vue his­to­rique cau­sal (l’un en­gen­dre­rait l’autre et ain­si de suite). Le cha­pitre « La chambre noire et son su­jet » exem­pli­fie la dé­marche : la pro­gres­sive dis­so­cia­tion des sens (es­sen­tiel­le­ment vue contre tou­cher) et la spé­cia­li­sa­tion vi­suelle au 19e siècle ne coïn­cident pas avec une re­pré­sen­ta­tion du monde im­muable, se­lon Cra­ry, bien au contraire. Il en res­sort que la « chambre noire », sou­vent consi­dé­rée à tort comme un équi­valent de l’oeil, a eu des sta­tuts très va­riables dans le temps. Si, dans cet es­pace clos où se pro­je­tait une image ex­té­rieure, le spec­ta­teur et la boîte fai­saient corps, à par­tir des ex­pé­ri­men­ta­tions de Goethe sur la per­cep­tion des cou­leurs, l’ou­til se dis­so­cie de la vi­sion. La dé­cou­verte de la per­sis­tance ré­ti­nienne prouve que le spec­ta­teur gé­nère l’image au­tant que la chambre, l’ana­lyse de la vue bas­cu­lant ain­si dans le do­maine de la phy­sio­lo­gie sub­jec­tive. La vi­sion n’est plus alors un ou­til de connais­sance du réel, mais un ob­jet d’étude en soi : la phy­sio­lo­gie de l’op­tique pas­sion­ne­ra le 19e siècle, re­lé­guant la chambre noire à des fonc­tions ré­créa­tives ou ima­gi­naires, plus proches de l’illu­sion que de la re­pré­sen­ta­tion vé­riste. Marx, Freud et Berg­son font no­tam­ment par­tie des dé­trac­teurs de la chambre noire et en sou­lignent « les pro­cé­dures et forces qui dis­si­mulent, re­tournent et mys­ti­fient la vé­ri­té (1) ». La cé­sure entre le spec­ta­teur et le réel, entre le de­dans et le de­hors, tra­verse tout l’ou­vrage de Cra­ry : on y re­con­naît, sui­vant les pré­ceptes de Scho­pen­hauer, la marque de la cri­tique mo­der­niste qui ex­plique pas à pas « l’idée d’une per­cep­tion ar­tis­tique au­to­nome », avec un « ob­ser­va­teur dé­ta­ché » qui est « à la fois le lieu et le pro­duc­teur de la sen­sa­tion ». JEUX POUR L’OEIL Mais quelles sont pour au­tant les nou­velles tech­niques de l’ob­ser­va­teur ? Après la chambre noire, os­cil­lant entre mo­dèle lu­dique et scien­ti­fique, ar­rive le thau­ma­trope qui per­met de voir les images dé­fi­ler suc­ces­si­ve­ment (1825). Les ex­pé­riences de Jo­seph Pla­teau ou Pe­ter Mark Ro­get ont pour but de sai­sir la per­sis­tance de la vi­sion sur la ré­tine, comme Goethe avec les cou­leurs. Pla­teau fa­brique en­suite son fa­meux phé­na­kis­ti­scope (« vue trom­peuse », 1832) qui uti­lise le spec­ta­teur comme ré­cep­tacle de l’illu­sion d’op­tique : l’oeil syn­thé­tise lui-même l’image mo­bile. Tout le 19e siècle mul­ti­plie les ma­chines de vi­sion dans le but de mettre l’oeil au dé­fi : après la lan­terne ma­gique et le pa­no­ra­ma des an­nées 1790, ap­pa­raissent le dio­ra­ma, le sté­réo­scope, le zoo­trope, le ka­léi­do­scope, le da­guer­réo­type et bien­tôt le ci­né­ma­to­graphe... Cra­ry s’at­tarde plus lon­gue­ment sur le sté­réo­scope qui in­duit une troi­sième di­men­sion, la per­cep­tion de l’es­pace. L’étude de la vi­sion bi­no­cu­laire et de l’adap­ta­tion op­tique à deux images dis­tinctes va­lide l’idée que l’ap­pré­hen­sion réa­liste est une syn­thèse de dif­fé­rences, et par ex­ten­sion que le champ vi­suel est « une sur­face d’ins­crip­tion où l’on peut pro­duire, pê­le­mêle, toute une gamme d’ef­fets ». La vic­toire scien­ti­fique des phy­sio­lo­gistes sol­de­rait-elle l’uni­té du champ vi­suel énon­cée par Ke­pler, Leib­niz ou Ber­ke­ley ? Pas vrai­ment, puisque la pho­to­gra­phie, fo­ca­li­sa­tion mo­no­cu­laire, l’emporte fi­na­le­ment comme « mode de consom­ma­tion vi­suelle ». Mais pour Cra­ry, la sor­tie de la chambre noire comme mo­dèle cog­ni­tif ouvre la voie de l’abs­trac­tion, ce dont la pein­ture de Tur­ner té­moigne, et trace la route au mo­der­nisme pic­tu­ral : sen­sa­tion, per­cep­tion, phy­sio­lo­gie de l’oeil et du re­gard, phé­no­mé­no­lo­gie, sub­jec­ti­vi­té ou fo­ca­li­sa­tion de l’at­ten­tion (2) se font les maîtres mots de la vi­sion mo­derne. Loin de la ri­gi­di­té de la chambre noire, le 19e siècle « dé­ra­cine » la vi­sion de ses ré­fé­rents stables, met­tant le corps de l’in­di­vi­du au centre de l’ex­pé­rience vi­suelle. Ce chan­ge­ment de pa­ra­digme in­fluence la pro­duc­tion pic­tu­rale, de Cour­bet à Seu­rat en pas­sant par Ma­net, mais gé­nère aus­si l’idée d’une pro­duc­ti­vi­té de l’oeil par les ou­tils de vi­sion : c’est le dé­but d’un art « vi­sion­naire » qui concur­rence dès lors ce­lui de l’image.

Ma­ga­li Nach­ter­gael

Lan­terne ma­gique et sté­réo­scope, vers 1865 (Ph. DR)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.