Ber­trand De­zo­teux

Ga­le­rie Au­di ta­lents / 11 jan­vier - 5 fé­vrier 2017

Art Press - - NEWS -

Le titre est plu­tôt clair : En at­ten­dant Mars, c’est-à-dire, en l’oc­cur­rence, en at­ten­dant quelque chose qui n’ar­ri­ve­ra pas. Faire sem­blant d’at­tendre. L’ins­tal­la­tion de Ber­trand De­zo­teux, lau­réat 2015 des Au­di Ta­lent Awards, part d’un fait réel : de 2010 à 2011, six hommes, qui ne se­ront ja­mais cos­mo­nautes, sont iso­lés pen­dant 520 jours dans un han­gar russe, dans une pa­ro­die de na­vette spa­tiale à l’es­thé­tique so­vié­tique sur­an­née. Ils sont fil­més, on me­sure l’évo­lu­tion de leur psy­cho­lo­gie, de leur im­mu­ni­té. Au bout de 250 jours, la mis­sion ar­rive sur Mars (en réa­li­té un bac à sable sous une tente). Seuls trois des membres de l’équi­page ont le droit de rem­plir des bou­teilles iso­thermes avec du sol mar­tien. Les autres res­tent dans la na­vette. Puis l’équi­page « re­part ». Pen­dant près d’un an et de­mi, les six font des dis­cours of­fi­ciels pour per­sonne, skypent avec leur fa­mille comme s’ils étaient dans l’espace, tra­vaillent la jour­née et, le soir, sont in­vi­tés à s’adon­ner à des « loi­sirs créa­tifs ». C’est de la no­tion de « créa­tif », ja­mais ap­pli­quée aux ar­tistes sous peine de les vexer, et du « loi­sir » comme mau­vais genre, qu’est par­ti De­zo­teux. Lui, le cham­pion du pli spi­no­ziste (et du surf) en ani­ma­tion 3D, est al­lé vi­si­ter les ma­ga­sins de bri­co­lage pour re­pro­duire Mars 500 dans un film car­ton-pâte ha­bi­té de ma­rion­nettes évo­quant aus­si bien l’an­tique sé­rie amé­ri­caine Thun­der­birds que les pou­pées de Bell­mer. Une sorte de de­gré sup­plé­men­taire dans le « faire sem­blant » : une fic­tion lu­dique sur des gens pris dans une fic­tion obli­gée. Au rez-de-chaus­sée de l’ex­po­si­tion, on trouve des pho­to­gra­phies du projet ori­gi­nel Mars 500 et une vi­déo, mon­tée et mise en mu­sique par De­zo­teux, à par­tir des images d’époque fil­mées dans la sta­tion : on y voit les hommes fai­sant du ka­rao­ké, la cui­sine, un sa­pin de Noël avec du car­ton peint à l’éponge… Au sous-sol, on trouve les ma­quettes et ma­rion­nettes fa­bri­quées par Ber­trand De­zo­teux non sans hu­mour et une mal­adresse vo­lon­taire qui re­double la pau­vre­té vi­suelle des dé­cors réels de Mars 500. L’ar­tiste s’est en par­ti­cu­lier amu­sé à re­pro­duire les ou­tils du désoeu­vre­ment (ma­chines de sport) et ceux des « loi­sirs créa­tifs » des co­bayes : ta­bleaux faits mai­son, gui­tares, masques d’Hal­lo­ween… Le vi­si­teur ver­ra les six chambres, le sa­lon prin­ci­pal et les ma­rion­nettes af­fa­lées dans l’at­tente. Une se­conde vi­déo re­met en scène, cette fois avec les pan­tins, quelques-unes des ac­tions de la mis­sion, dont le dé­bar­que­ment sur Mars. En per­met­tant au spec­ta­teur de se pro­je­ter, l’im­mo­bi­li­té des vi­sages de pa­pier mâ­ché donne un sur­plus de vie, un sen­ti­ment de sus­pen­sion mé­lan­co­lique que la vi­déo avec les hu­mains ne pos­sé­dait pas. On aper­çoit en outre dans ce « re­make » les mains gan­tées des ma­rion­net­tistes dans le champ: ce qui semble dire que les ar­tistes se livrent aus­si à une forme de « loi­sir créa­tif ». Une nou­velle ré­ponse, peu­têtre, à la ques­tion « pour­quoi créez­vous? » : pour at­tendre.

Éric Lo­ret

The title says it all: Wai­ting for Mars, which means, in this case, wai­ting for so­me­thing that will ne­ver hap­pen. Or pre­ten­ding to wait. This ins­tal­la­tion by Ber­trand De­zo­teux, win­ner of the 2015 Au­di Ta­lent Awards, is ba­sed on a real event. In 2010-11, six men, who will ne­ver be as­tro­nauts, spent 520 days in a Rus­sian wa­re­house, in a space cap­sule spoo­fing old-fa­shio­ned So­viet aes­the­tics. They shot vi­deo foo­tage and mea­su­red changes in their psy­cho­lo­gy and im­mune sys­tems. At the end of 250 days, the mis­sion rea­ched Mars (ac­tual­ly, a sand­box in a tent). On­ly three crew mem­bers were al­lo­wed to fill their ther­moses with Mar­tian soil, while the other three wai­ted in the ship. Then they “went home.” For al­most a year and a half the six made of­fi­cial speeches with no real au­dience, Sky­peing with their fa­mi­lies as if they were in space, wor­king by day and, at night, en­ga­ging in “crea­tive lei­sure ac­ti­vi­ties.” De­zo­teux’s two core no­tions here were “crea­tive,” a word ar­tists don’t like to have ap­plied to them, and “lei­sure,” the kind that make a bad im­pres­sion, of course. A cham­pion of 3D ani­ma­ted Spi­no­zan folds and sur­fing, he rum­ma­ged around in hob­by shops to find what he nee­ded to re­pro­duce the real Mars 500 mis­sion in a card­board car­ton in­ha­bi­ted by pup­pets re­cal­ling Bell­mer dolls as well as the old Bri­tish TV show Thun­der­birds. Thus pre­tense was pi­led on top of pre­tense in a tongue in cheek fic­tion about people trap­ped in a real fic­tion. On the ex­hi­bi­tion’s ground floor were pho­tos of the ori­gi­nal Mars 500 pro­ject and a vi­deo De­zo­teux edi­ted and ac­com­pa­nied with his own sound­track. Foo­tage from that time shows the men in the spa­ce­ship, bel­ting out ka­raoke and ma­king din­ner, with a Ch­rist­mas tree made of card­board pain­ted with a sponge. In the ex­hi­bi­tion’s ba­se­ment were the co­mi­cal ma­quettes and ma­rio­nettes made by a de­li­be­ra­te­ly clum­sy De­zo­teux, concen­tra­ting the vi­sual po­ver­ty of the real Mars 500 set­tings. He had fun re­pro­du­cing the re­crea­tio­nal equip­ment (gym ma­chines) and other items as­so­cia­ted with the “crea­tive lei­sure” en­joyed by his gui­nea pigs, clum­sy pain­tings, gui­tars, Hal­lo­ween masks, etc. The vi­deo shows the six be­drooms and a li­ving room, and the ma­rio­nettes spraw­ling out as they wait. A se­cond vi­deo re­vi­sits some of the mis­sion’s high­points, such as the Mars walk, ree­nac­ted by the pup­pets. By ma­king it pos­sible for vi­si­tors to pro­ject them­selves in­to these scenes, the im­mo­bi­li­ty of the pa­pier-mâ­ché pup­pets’ faces makes them look more li­fe­like, ex­pres­sing a kind of me­lan­cho­lic state of sus­pen­sion not seen in the foo­tage of the hu­mans. This re­make al­so gives us a glimpse of the glo­ved hands of the pup­pe­teer slip­ping in­to the frame. De­zo­teux seems to be tel­ling us that ar­tists, too, en­gage in a kind of “crea­tive lei­sure.” This may be a new ans­wer to the old ques­tion, “Why do you make art?”—it’s so­me­thing to do while you wait.

Trans­la­tion, L-S Tor­goff

« En at­ten­dant Mars ». Vue de

l’ex­po­si­tion. 2017. Ex­hi­bi­tion view

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.