Ju­lian Ro­se­feldt

Pa­lais des beaux-arts / 24 fé­vrier - 20 avril 2017

Art Press - - NEWS -

Il n’est pas in­no­cent que les BeauxArts de Pa­ris ac­cueillent ce prin­temps l’ins­tal­la­tion vi­déo­gra­phique Ma­ni­fes­to de l’ar­tiste al­le­mand Ju­lian Ro­se­feldt, tant l’idée de ma­ni­feste in­carne à la fois les sources mêmes des concepts de mo­der­ni­té et d’avant-garde que l’on se doit d’étu­dier, et le rêve de beau­coup d’ap­pren­tis ar­tistes : écrire un ma­ni­feste qui chan­ge­rait le cours des choses. Ju­lian Ro­se­feldt en a choi­si une soixan­taine de toute na­ture et de toute dis­ci­pline, du Ma­ni­fes­to of the Com­mu­nist Par­ty de Karl Marx et Frie­drich En­gels (1848) à Man Is Double Man Is Co­py Man Is Clone de Stur­te­vant (2004), en pas­sant par la plu­part des dé­cla­ra­tions ar­tis­tiques de l’entre-deux-guerres. Très ju­di­cieu­se­ment, ceux-ci sont pré­sen­tés en pré­am­bule à l’ins­tal­la­tion, et l’on peut me­su­rer les mul­ti­pli­ci­tés de leur ter­ri­toire et de leur forme d’émis­sion : du livre au jour­nal, du tract à l’af­fiche, du texte au film, en pas­sant par la per­for­mance so­nore ou vi­suelle. Dans la salle sui­vante, une suite d’écrans sus­pen­dus dans un seul et même es­pace obs­cur­ci pro­pose treize va­ria­tions fil­miques sur l’idée de ma­ni­feste. Pour­tant, le prin­cipe est moins ci­né­ma­to­gra­phique que théâ­tral : prendre la ma­tière de ces ma­ni­festes, les dé­cons­truire et les re­cons­truire sous la forme d’un mo­no­logue, d’une per­for­mance vo­lon­taire dis­tan­ciée, in­ter­pré­tée par une seule et même ac­trice, Cate Blan­chett. Au­cune lit­té­ra­li­té ne de­vra donc être cher­chée, mais plu­tôt une mise en abîme par­fois émou­vante : la clo­charde, l’ou­vrière, l’en­sei­gnante d’école pri­maire, par­fois to­ta­le­ment bur­lesque : la cho­ré­graphe, la tra­der… Deux mo­ments sus­pen­dus servent de points de jonc­tion à cette po­ly­pho­nie fi­ne­ment or­ches­trée : pour le pre­mier, por­tées par le vi­sage en gros plan de chaque pro­ta­go­niste, toutes les voix se syn­chro­nisent à la ma­nière d’un choeur dé­cla­ra­tif. Pour le se­cond, tous les textes s’achèvent en dou­ceur et les scènes se ra­len­tissent, comme si le temps de l’image pou­vait s’éti­rer éter­nel­le­ment au coeur du temps de l’his­toire. Pour au­tant, il ne fau­drait pas ré­duire ce ma­ni­fes­to ni à une ac­mé dans la car­rière en­core pré­coce de l’ar­tiste, ni à un simple exer­cice de vir­tuo­si­té post-mo­derne vis-à-vis de l’his­toire de l’art, ni même à un ora­to­rio dé­dié à Cate Blan­chett, mais en dé­cor­ti­quer tous les res­sorts théo­riques, es­thé­tiques et sym­bo­liques. Ma­ni­fes­to est ain­si moins le ma­ni­feste des ma­ni­festes que la ré­vé­la­tion de leur épui­se­ment à l’heure où tout est de­ve­nu ma­ni­fes­ta­tion : de la P.-D.G. lors d’une ré­cep­tion pri­vée qui se prend pour une com­mis­saire d’ex­po­si­tion et his­to­rienne de l’art à la pré­sen­ta­trice du jour­nal té­lé­vi­sé qui met en scène son re­por­ter en di­rect à grand ef­fet de boucle d’an­nonce d’un évé­ne­ment qui n’a ja­mais vrai­ment lieu. Le mé­dium n’est plus que le mé­dium du mé­dium dès lors que tout mes­sage est consi­dé­ré comme su­bal­terne ou ob­so­lète. Au sein de cette al­lé­go­rie, la ma­rion­net­tiste, por­tée par les mots de Bre­ton, est sem­blable à l’Ange de l’his­toire de Paul Klee qui avait tant in­ter­lo­qué Wal­ter Ben­ja­min: « [la] tem­pête le pousse ir­ré­mé­dia­ble­ment vers l’ave­nir au­quel il tourne le dos […] Cette tem­pête est ce que nous ap­pe­lons le pro­grès. » L’exer­cice est par­ti­cu­liè­re­ment sa­lu­taire.

Charles-Ar­thur Boyer

Gi­ven that the word “ma­ni­fes­to” is sy­no­ny­mous with the concepts of mo­der­ni­ty and the avant-garde, which all stu­dents must stu­dy, and that ma­ny bud­ding ar­tists them­selves dream of wri­ting a game-chan­ging ma­ni­fes­to in their own work, the Pa­ris Beaux-Arts school seems a na­tu­ral set­ting for the vi­deo ins­tal­la­tion of that name by Ger­man ar­tist Ju­lian Ro­se­feldt. In fact, he has cho­sen some six­ty of these do­cu­ments, ran­ging from the Com­mu­nist Par­ty Ma­ni­fes­to by Karl Marx and Frie­drich En­gels (1848) to Man Is Double Man Is Co­py Man Is Clone by Stur­te­vant (2004), and in­clu­ding most of the ar­tis­tic sta­te­ments from the in­ter­war years. The do­cu­ments are ju­di­cious­ly pre­sen­ted by way of a pre­face to the ins­tal­la­tion, gi­ving a idea of the va­rie­ty of their fields and forms: from book, news­pa­per, tract, pos­ter or text to film or per­for­mance, whe­ther au­ral or vi­sual. The next room is dar­ke­ned. There, a se­ries of screens han­ging from the cei­ling of­fer thir­teen film va­ria­tions on the ma­ni­fes­to idea. Ho­we­ver, the prin­ciple is not so much ci­ne­ma­tic as thea­tri­cal: the sub­stance of the ma­ni­fes­tos is de­cons­truc­ted and re­cons­truc­ted in the form of mo­no­logues, de­li­be­ra­te­ly dis­tan­ced per­for­mances, all gi­ven by ac­tor Cate Blan­chett, who, in a se­ries of roles re­flec­ti­ve­ly matches each text to a cha­rac­ter. These can be mo­ving (ho­me­less, wor­ker, pri­ma­ry school tea­cher) or ut­ter­ly bur­lesque (cho­reo­gra­pher, tra­der, etc.). The po­ly­pho­ny per­io­di­cal­ly comes to­ge­ther in two sus­pen­ded mo­ments: in the first, the faces of the pro­ta­go­nists all ap­pear in close-up and the voices sud­den­ly be­come syn­chro­ni­zed, like a choir chan­ting; in the se­cond, the texts soft­ly pe­ter out and the scenes slow down, as if the time of the image could be­come an eter­nal pre­sence in his­to­ry. Still, Ma­ni­fes­to de­mands that we look beyond its post­mo­dern vir­tuo­si­ty and gla­mour. This may be an ear­ly high point in this young ar­tist’s ca­reer, and al­so a show­case for Blan­chett’s ta­lent, but its theo­re­ti­cal, aes­the­tic and sym­bo­lic di­men­sions war­rant full ana­ly­sis, too. Ma­ni­fes­to is not so much a ma­ni­fes­to of ma­ni­fes­tos as a re­flec­tion of their ex­haus­tion in an age when eve­ry­thing is ar­tis­ti­cal­ly fra­med, from a pri­vate re­cep­tion by a CEO who thinks she’s a cu­ra­tor and art his­to­rian to a news an­chor pre­sen­ting with a flou­rish of tea­sers a jour­na­list re­por­ting live about an event that ne­ver hap­pe­ned. Treat the mes­sage as se­con­da­ry or ob­so­lete, and all you have left is the me­dium as me­dium for the me­dium. In this al­le­go­ry, the pup­pe­teer ac­ting to the words of An­dré Bre­ton re­minds us of Wal­ter Ben­ja­min’s me­di­ta­tion on Paul Klee’s An­ge­lus No­vus: “This storm ir­re­sis­ti­bly pro­pels him in­to the fu­ture to which his back is tur­ned […]. This storm is what we call pro­gress.”

Trans­la­tion, C. Pen­war­den

Vue de l’ex­po­si­tion. (Ph. N. Bras­seu). Ex­hi­bi­tion view

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.