La carte comme par­ti­tion ; Quand le monde s’est fait nombre

Art Press - - CONTENTS - Jean-Phi­lippe Ros­si­gnol

Jean-Marc Besse et Gilles A. Ti­ber­ghien (dir.) Opé­ra­tions car­to­gra­phiques Actes Sud/ENSP, 352 p., 39 eu­ros

Le 1er juillet 1968 entre 11 heures du ma­tin et 5 heures de l’après-mi­di, il se pro­duit à San Fran­cis­co un évé­ne­ment par­ti­cu­lier. Une pro­me­nade ? Une ex­pé­rience de groupe ? Une ma­nière de re­lier le corps à l’ar­chi­tec­ture ? Les trois à la fois. À l’ini­tia­tive de La­wrence et An­na Hal­prin, res­pec­ti­ve­ment pay­sa­giste et cho­ré­graphe, trente par­ti­ci­pants ar­pentent la ville dans le cadre d’un work­shop consa­cré à l’en­vi­ron­ne­ment. En sui­vant l’iti­né­raire ponc­tué d’in­dices proches de no­ta-tions de danse, de scores (par­ti­tions), les mar­cheurs tracent « plu­sieurs fa­çons de par­cou­rir les mêmes lieux, plu­sieurs modes d’ex­pé­ri­men­ta­tion d’un même es­pace ». La ville ne condi­tionne plus l’in­di­vi­du dans ses dé­pla­ce­ments, c’est l’homme qui la des­sine et la mo­dèle à son gré. Trente per­sonnes « cho­ré­gra­phient » San Fran­cis­co et donnent lieu à l’oeuvre Ci­ty Map, évo­quée dans Opé­ra­tions car­to­gra­phiques, ma­gni­fique livre-map­pe­monde pu­blié sous la di­rec­tion de Jean-Marc Besse et Gilles A. Ti­ber­ghien, dont les tra­vaux ex­plorent le pay­sage, la na­ture, l’ima­gi­naire et les at­las. En pré­am­bule d’Opé­ra­tions car­to­gra­phiques, le lec­teur prend acte de cette af­fir­ma­tion : « Il n’est plus pos­sible d’en­vi­sa­ger les cartes seule­ment comme des ob­jets fi­nis, clos sur eux-mêmes. Il faut sor­tir de la trans­pa­rence de l’ob­jet car­to­gra­phique, et lui res­ti­tuer ses épais­seurs, ses com­plexi­tés, ses ten­sions in­ternes, ses dis­per­sions, ses fluc­tua­tions, ses di­ver­si­tés, ses his­toires. Der­rière ces ob­jets ap­pa­rem­ment stables que sont les cartes, il faut sai­sir l’en­semble des gestes qui les tra­versent. » Pour don­ner à voir ses his­toires et ses gestes, telle une conti­nui­té de l’ac­tion des ar­pen­teurs ca­li­for­niens, le livre ras­semble au­jourd’hui vingt-deux cher­cheurs, aux ter­ri­toires aus­si di­ver­si­fiés que la géo­gra­phie, la phi­lo­so­phie, l’histoire, la pa­léo­gra­phie, les ar­chives, l’édi­tion, le ci­né­ma et l’ur­ba­nisme. ZOOGÉOGRAPHIE Leur ori­gi­na­li­té tient à l’in­ter­pré­ta­tion du temps et de l’es­pace concer­nant les cartes, sans im­po­ser la forme d’un dic­tion­naire ou d’un dis­cours stric­te­ment en­cy­clo­pé­dique. Grâce à l’élé­gante concep­tion gra­phique de Large Pro­jects, les cinq par­ties de l’ob­jet – Di­men­sions, Corps, Ma­té­ria­li­tés, Ren­contres, Ima­gi­naires – en­traînent le lec­teur dans une rê­ve­rie. Le monde alors s’élar­git. Le pas­sé, le pré­sent et le fu­tur se re­joignent. Les di­gres­sions ac­cen­tuent les ou­ver­tures fa­bu­leuses. Ap­pa­raissent des mo­saïques, des cartes ba­by­lo­niennes, des plans-re­liefs, des cartes ma-rines, des in­for­ma­tions nu­mé­riques lo­ca­li­sées pro­ve­nant de cartes Géo­web, des pla­ni­sphères im­pri­més sur pa­pier chi­nois en fibre de bam­bou, les cos­mo­gra­phies de Pto­lé­mée, le Monde dans une tête de fou de 1590, les cartes « zoo­géo­gra­phiques » de l’ar­tiste ita­lien Clau­dio Par­mig­gia­ni et le Bas­sin de Pa­ris (carte po­li­tique) de Jo­chen Ger­ner, le royaume abys­sin comme l’im­pres­sion cou­leur de Man­hat­tan d’Ho­ward Ho­ro­witz, ce poème de 1997 où se « des­sine la forme de Man­hat­tan et chaque pont mis en page de ma­nière à sor­tir du poème en ten­sion vers les autres quar­tiers de la ville ». Dès lors, les cartes de­viennent ar­chi­tec­ture, mu­sique, pein­ture, voix, écri­ture, mé­ta­phore de l’ob­ser­va­tion et du dé­chif­fre­ment. Le lec­teur se ré­in­vente par la car­to­gra­phie, se ré­in­carne. Histoire d’une danse où le corps hu­main est une no­ta­tion et le globe sa par­ti­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.