Me­dine

glo­bal

Art Press - - CONTENTS - Trans­la­tion, Charles Pen­war­den

J’ai com­men­cé avec Mou­rad le pe­tit frère de Yous­sef À l’époque, per­sonne nous aide, c’était "do it your­self" À 13 ans j’vou­lais dé­jà faire l’al­bum de la ma­tu­ri­té Au­jourd’hui le mot "ma­ture" tu peux plus le goo­gli­ser Ac­cent nor­mand sur langue de Mo­lière j’suis pas nor­ma­lien Comme un Al­gé­rien du Sud qui s’re­ven­di­que­rait Nord-Ma­lien J’suis pas rep­ti­lien, un ani­mal à sang-froid "Je ne men­ti­rai pas au pu­blic" tu co­pie­ras ça 100 fois Dans les an­nées no­nantes, MC, c’est l’an­née du Wu-Tang J’louche sur la terre de Mo­town dans les nuages comme Ha­kim Ola­ju­won On passe du lob­by au roof­top, Sal’s, Mé­dine, et puis Ru­dolphe On parle du fu­tur mais ne veut pas mal vieillir comme le Fu­tu­ro­scope Une der­nière fois, j’ai­me­rais voir l’game, avec mes yeux de roo­kie Ceux de l’époque de Ro­ckin’, sans l’hé­ma­tome de Ro­cky J’ar­rê­te­rais de croire que la mu­sique passe après l’fi­nan­cier Que sau­ver ma car­rière fait par­tie d’un plan pour sau­ver l’hu­ma­ni­té 20 ans plus tard j’ai comme une gueule de bois idéo­lo­gique Car avoir une Ro­lex à 30 ans c’est réus­sir sa vie La der­nière ques­tion exis­ten­tielle que le Rap m’a vrai­ment po­sé : "Pour­quoi les boîtes de piz­zas sont-elles car­rées ?" Ce se­rait mar­rant de jouer au jeu des sept er­reurs Entre le Mé­dine que je suis de­ve­nu et le Glo­bal de la pre­mière heure Nu­mé­ro 1, j’suis pas­sé du fau­teuil de New­ton en ro­tin Au so­fa d’So­ral à jouer les pen­seurs de Ro­din J’gros­sis l’trait, mais pour cer­tains ça res­sem­blait à ça As­sez pour qu’on s’fâche et qu’on se dise qu’on s’re­ver­ra ASAP Avec le coeur de ma oum­ma par­fois j’fais du hu­la-hoop Plon­gé dans mes re­cherches j’ai ou­blié d’re­le­ver le nez de la loupe Num­ber two, faut que j’ar­rête de jouer au cy­be­rac­ti­viste En leur ré­pon­dant sur le Web j’donne de la force à mes en­ne­mis Nu­mé­ro 3, y’a pas qu’la lutte so­ciale dans le Rap Même Re­naud em­brasse les flics quand le peuple em­brasse leurs ma­traques Que des ar­tistes en car­ton-pâte, et ça m’amène au nu­mé­ro 4 Quand on n’sait pas à quel jeu on joue Com­ment sa­voir quelle carte abattre ? Dans leurs par­ties de po­ker men­teur, j’suis qu’un ac­ci­dent de l’histoire J’ai pris les pa­tins de ceux qui vou­lait se ser­vir de moi comme d’une pa­ti­noire Cin­quième, j’ai sou­vent ser­vi de bonne poire, de din­don En par­lant de mes fi­gures fa­vo­rites comme dans une fan-fic­tion Faire des ca­deaux, s’mettre en porte-à-faux pour des jour­na­listes C’est comme of­frir des bra­ce­lets élec­tro­niques à des bra­queurs d’bi­jou­te­ries Er­reur 6, avec tes frères joue pas les exor­cistes Cha­cun son iti­né­raire dans le din, cha­cun sa "to-do list" Et même si tu penses que la culture c’est l’ave­nir de nos mômes Le fais pas au point de trans­for­mer la mos­quée en fan­zone Et pour la 7, entre la Trap et le Boom Bap garde le plai­sir Entre l’hard­core et le conscient j’ai fait le choix de ne ja­mais choi­sir Mon meilleur al­bum c’est, ce­lui qui n’est pas en­core sor­ti Et big up à mon bro­ther Wil­fried qui m’a souf­flé le titre "Prose Elite"

À force d’al­ler au fond des choses on s’y perd Frère J’au­rais dû écou­ter mon père Hold up Tout vient de l’en­fance comme Ho­dor Mais j’suis comme la fleur L’homme qui m’écrase au­ra ma bonne odeur Tu veux sa­voir c’qui m’ef­fraie ? C’est pas c’que j’ignore Mais tout c’que je sais qui n’est pas vrai Par­ler de chan­ge­ment Au­tant par­ler de ci­né­ma À des ca­mé­ras de sur­veillance Sou­vent j’ai des em­brouilles Avec tout c’qui m’res­semble Mais l’arbre que la hache coupe A le même bois que son manche Passe me voir au quar­tier Viens, avec tes idées Tu re­par­ti­ras avec les miennes Moi je n’suis qu’une chaise rou­lante Qui a be­soin d’une chaise rou­lante Je n’ai d’exis­tence Que dans les oreilles de ceux qui m’ac­cordent au­dience Alors à ceux qui crient mes re­frains Comme des triomphes ro­mains T’es de ma mif’ que tu sois de la street, de la hype, d’une cam­brousse ou de pro­vince Y’a pas de Grand Mé­dine Sans le pe­tit peuple J’se­rai tou­jours un p’tit avec des sapes trop grandes, même si j’me bo­dy­build Vi­sière Hous­ton Casque de walk-man J’suis le Ben­ja­min But­ton À Din Re­cords les grands m’ap­pellent Glo­bal

Mé­dine. « Glo­bal ». Ex­trait de l’al­bum « Prose Élite ». Re­pro­duit avec l’ai­mable au­to­ri­sa­tion du la­bel Din Re­cords.

Text from the al­bum “Prose Élite”

I star­ted out with Mou­rad Yous­sef’s kid bro­ther In those days, no­bo­dy hel­ped us, it was strict­ly DIY Aged 13 I wan­ted to make that ma­ture al­bum You can google “ma­ture” and see what I mean Nor­man­dy ac­cent on Mo­lière’s tongue, no child of the elite Like a sou­thern Al­ge­rian hit­ting a Ma­li beat I’m no rep­tile, no cold-bloo­ded ani­mal “I shall not lie to the pu­blic” co­py it 100 times In the ni­ne­ties, MC, was the year of Wu-Tang I squint on Mo­town land in the clouds like Ha­kim Ola­ju­won We go from lob­by to roof­top, Sal’s, Mé­dine, and then Ru­dolphe Talk about the fu­ture but doesn’t want to age like the Fu­tu­ro­scope One last time, I wan­na see the game, with my roo­kie’s eyes From the Ro­ckin’ days, wi­thout Ro­cky’s bruise I’d stop be­lie­ving that mu­sic comes after the Ci­ty That sa­ving my ca­reer is part of a plan for sa­ving hu­ma­ni­ty 20 years la­ter, got a han­go­ver from ideo­lo­gy Suc­cess is ha­ving a Ro­lex when your thir­ty The last life and death ques­tion that Rap real­ly as­ked me: “Why are piz­za boxes square?” It’d be a blast to play spot the dif­fe­rence Bet­ween the Mé­dine I’ve be­come and the Glo­bal from which I came Num­ber 1, I went to New­ton’s chair in rat­tan To So­ral’s so­fa for playing the thin­ker à la Ro­din I’m ove­reg­ging, but for some it was that With the heart of my um­mah so­me­times I swing Deep in my re­search I for­get to look up from my thing Num­ber two, can’t play the cy­be­rac­ti­vist no lon­ger Ans­we­ring them on the Web, make my ene­mies stron­ger Num­ber 3, rap isn’t just a so­cial struggle shtick Even Re­naud em­braces the cops when the people kiss their stick Just card­board ar­tists, brings me to num­ber four When you don’t know what game you’re playing What card do you put down? In their games of bluff, I’m just one of his­to­ry’s flukes They gave me knocks when they used me like a gook Fifth, I’ve of­ten been the pat­sy, the su­cker Tal­king ‘bout my fa­vo­rite fi­gures like a fan-fic­tion Giving your gifts, sti­cking your neck out for jour­na­lists Is like giving elec­tro­nic bra­ce­lets for je­wel­ry heists Mis­take num­ber six, don’t play the exor­cist We all got our path in the mix, our bu­cket list And even if you think that culture’s the fu­ture for the kids You don’t turn the mosque in­to a fan­zone vid And for the 7, bet­ween Trap and Boom Bap, keep it cool Bet­ween hard­core and conscious I chose not to choose My best al­bum’s the one that ain’t yet out And big up my bro­ther Wil­fried who gave the title “Prose Elite”

Going deep in­to things you get lost Bro­ther I should have lis­te­ned to my fa­ther Hold up Eve­ry­thing comes from child­hood like Ho­dor But I’m like a flo­wer The man who crushes me gets my sweet odor Wan­na know what frigh­tens me? It’s not what I don’t know But all I know is not true Talk about change Is like tal­king mo­vies To sur­veillance ca­me­ras Yeah I of­ten get sty­mied By eve­ry­thing like me But the tree cut by the ax Is wood like its handle Come see me in the hood Come, with your ideas You’ll go back with mine I’m just a wheel­chair That needs a wheel­chair My life on­ly gets near me In the ears of those who hear me So to those who chant my poems Like a triumph in old Rome You’re my people, if you’re street or hip or hick or boon­dock There’s no Great Mé­dine Wi­thout the lit­tle guys My clothes will always be too loose even if I bo­dy­build Hous­ton vi­sor Walk­man head­phone I am the Ben­ja­min But­ton At Din Re­cords the big guys call me Glo­bal

Mé­dine. « Prose Élite ». Clip vi­déo.

(© Flo­rin Def­rance)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.