Do­ra Gar­cia ; Ne­man­ja Ni­ko­lic

Art Press - - CONTENTS - Ju­lie Crenn

Ga­le­rie Mi­chel Rein / 25 mars - 13 mai 2017 Do­ra Gar­cia pré­sente la nou­velle étape d’un pro­jet de re­cherche, Écrits, qui trouve ses ra­cines dans les textes d’au­teurs comme Dick, Lacan, Ar­taud, Joyce, Freud ou en­core Ma­sot­ta. Les textes consti­tuent le socle d’une ré­flexion où le lan­gage, la per­for­mance, l’in­ter­pré­ta­tion, la com­mu­ni­ca­tion et la pro­jec­tion sont mis en oeuvre. Ils donnent lieu à des prises de notes, à une ré­écri­ture, à une in­ter­pré­ta­tion mul­tiple. Do­ra Gar­cia pra­tique une écri­ture per­for­ma­tive. Les signes et les formes s’em­parent de l’es­pace, ils prennent une di­men­sion phy­sique. Un cercle blanc est ma­té­ria­li­sé au sol, un autre est tra­cé au gra­phite sur un mur blanc. Au sol, un lo­sange blanc en­ferme une phrase : Je dis tou­jours la vé­ri­té. Les es­paces tra­cés, éphé­mères, sont dé­diés à des lec­tures per­for­mées. L’ar­tiste ana­lyse le sta­tut de l’au­teur, ce­lui de lec­teur, ain­si que les re­la­tions entre le corps, l’écri­ture et la lec­ture. Sur deux pe­tites tables sont dis­po­sés quatre livres. Deux édi­tions de poche des Écrits I et II de Jacques Lacan et deux ré­écri­tures des mêmes ou­vrages. Par cette pra­tique que Do­ra Gar­cia nomme « lec­ture-écri­ture », la no­tion de ré­pé­ti­tion est ex­plo­rée. Une oeuvre vi­déo par­ti­cipe du tra­vail de ré­écri­ture puis­qu’elle est une adap­ta­tion fil­mique d’une nou­velle d’Os­car Ma­sot­ta, Se­gun­da Vez. Le film éga­le­ment re­lève de la prise de notes, d’un pro­ces­sus de ré­écri­ture et d’in­ter­pré­ta­tion. La « lec­ture-écri­ture » semble in­épui­sable, elle tra­duit une re­cherche au long cours dont le cercle se­rait la forme em­blé­ma­tique. « Écrits ». Vue de l’ex­po­si­tion. 2017. (Court. de l’ar­tiste ; Ph. F. Klei­ne­fenn). Ex­hi­bi­tion view Do­ra Gar­cia is pre­sen­ting a new stage in her ex­pe­ri­men­tal pro­ject Écrits, roo­ted in texts by au­thors such as Dick, Lacan, Ar­taud, Joyce, Freud and Ma­sot­ta. These wri­tings consti­tute the plat­form for a ru­mi­na­tion en­ac­ted through lan­guage, per­for­mance, rea­ding, com­mu­ni­ca­tion and pro­jec­tion, giving rise to a ta­king of notes, re­wri­ting and mul­tiple in­ter­pre­ta­tions. Gar­cia uses wri­ting as a per­for­ma­tive prac­tice. Her si­gns and forms take ow­ner­ship of space and as­sume a phy­si­cal di­men­sion. A white circle is concre­ti­zed on the floor, ano­ther tra­ced with gra­phite on a white wall. On the floor a white rhom­bus en­closes an ut­te­rance: “I always tell the truth.” The ephe­me­ral lines are used for per­for­ma­tive rea­dings. Gar­cia ana­lyzes the sta­tus of the au­thor and rea­der, res­pec­ti­ve­ly, and the re­la­tion­ships bet­ween the bo­dy, wri­ting and rea­ding. On two lit­tle tables are four books, two pa­per­back edi­tions of Jacques Lacan’s Écrits I and II, and two re­writes of the same works. She ex­plores the no­tion of re­pe­ti­tion through this prac­tice she calls “wri­ting rea­ding.” She al­so uses a vi­deo in this en­dea­vor, a film adap­ta­tion of Os­car Ma­sot­ta’s short sto­ry Se­gun­da Vez. It, too, in­volves note ta­king, a pro­cess of re­wri­ting and rea­ding. The “wri­ting rea­ding” seems in­ex­haus­tible, a long-haul jour­ney for which the circle seems em­ble­ma­tic.

Trans­la­tion, L-S Tor­goff

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.