Jean-Mi­chel Otho­niel

CRAC Oc­ci­ta­nie - Car­ré Sainte-Anne / 10 juin - 24 sep­tembre 2017

Art Press - - NEWS -

L’ex­po­si­tion de Sète est un évé­ne­ment, car elle conclut en beau­té les vingt ans d’ac­ti­vi­té de la di­rec­trice du CRAC, Noëlle Tis­sier. Cette der­nière a fait de ce centre d’art un des lieux les plus in­ven­tifs et les plus ori­gi­naux du pay­sage ar­tis­tique fran­çais et in­ter­na­tio­nal. C’est à Sète, en 1988, que Jean-Mi­chel Otho­niel fit ses pre­mières armes, dans le cadre d’une ré­si­dence à la Villa Saint Clair, di­ri­gée alors par Noëlle Tis­sier. Au CRAC, Géo­mé­tries amou­reuses est réa­li­sée pour le lieu avec des oeuvres nou­velles. Hom­mage est ren­du, dès la pre­mière salle, à une pho­to­gra­phie prise à Sète en 1857 par Gus­tave Le Gray, la Grande Vague. La sculp­ture est mo­nu­men­tale : 10000 briques de verre noir for­mant une vague de 6 m de haut et 15 m de long. Les salles sui­vantes font al­ter­ner des sculp­tures mixant le bois et l’ob­si­dienne avec de grands noeuds de verre et d’acier se lo­vant ma­gis­tra­le­ment dans l’es­pace. Hom­mages à la to­po­lo­gie la­ca­nienne, ins­cri­vant la géo­mé­trie dans l’ordre du dé­sir. Au Car­ré Sainte-Anne, l’ar­tiste a réa­li­sé une ex­po­si­tion d’oeuvres lui ap­par­te­nant. Du Con­tre­pet réa­li­sé en 1992 au Col­lier ci­ca­trice de 1997, en pas­sant par les « fruits dé­fen­dus » qu’il avait sus­pen­dus dans les arbres de la fon­da­tion Gug­gen­heim de Ve­nise, il est ain­si pos­sible de vé­ri­fier en quoi cette oeuvre, qui joue avec les ca­nons les plus clas­siques de la beau­té, pos­sède une di­men­sion à la fois poé­tique et po­li­tique.

Ber­nard Mar­ca­dé

This Sète ex­hi­bi­tion is an event be­cause it ends the twen­ty-year te­nure of CRAC di­rec­tor Noëlle Tis­sier on a high note. She tur­ned this art cen­ter in­to one of the most in­ven­tive and ori­gi­nal ve­nues on the French and in­ter­na­tio­nal art scene. Jean-Mi­chel Otho­niel star­ted his ca­reer in Sète in 1988 with a re­si­den­cy at the Villa Saint Clair, then di­rec­ted by Tis­sier. Géo­mé­tries amou­reuses (Lo­ving Geo­me­tries) is an ex­hi­bi­tion spe­ci­fi­cal­ly de­si­gned for this site, with new works. A piece in this first room is an ho­mage to Gus­tave Le Gray’s 1857 pho­to of Sète, La Grande Vague. The sculp­ture is mo­nu­men­tal: 10,000 black-co­ve­red glass bricks form a wave six me­ters high and fif­teen long. In the fol­lo­wing rooms mixed-me­dia sculp­ture made of wood and ob­si­dian al­ter­nate with large glass and steel knots ma­gis­te­rial­ly cur­ving in space. A tri­bute to La­ca­nian to­po­lo­gy, ins­cri­bing geo­me­try in­to the or­der of de­sire. At the Car­ré Sainte-Anne, Otho­niel pre­sents an ex­hi­bi­tion of his own work from his pri­vate col­lec­tion. From the 1992 Con­tre­pet to the “for­bid­den fruit” hung from trees at the Gug­gen­heim foun­da­tion in Ve­nice and Col­lier ci­ca­trice made in 1997, this se­lec­tion de­mons­trates the si­mul­ta­neous­ly po­li­ti­cal and poe­tic di­men­sion of a prac­tice that plays with the most clas­si­cal ca­nons of beau­ty.

Trans­la­tion, L-S Tor­goff

Jean-Mi­chel Otho­niel. « The Big Wave ». (Dé­tail). 2017. Briques de verre in­diennes, mé­tal. Expo « Géo­mé­tries amou­reuses ». (Court. ga­le­rie Per­ro­tin, Pa­ris Ph. M. Do­mage). Glass, me­tal

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.