PA­RIS / WA­SHING­TON Wo­men House

Art Press - - ÉVÉNEMENT -

Mon­naie de Pa­ris / 20 oc­tobre - 28 jan­vier 2018 et Na­tio­nal Mu­seum of Wo­men / 9 mars - 28 mai 2018 La nou­velle res­pon­sable des ex­po­si­tions de la Mon­naie de Pa­ris, Ca­mille Mo­ri­neau, et sa col­lègue Lu­cia Pe­sa­pane ont tra­vaillé en­semble à plu­sieurs re­prises, no­tam­ment lors de la ré­tros­pec­tive Ni­ki de Saint Phalle au Grand Pa­lais. De cette der­nière, elles ont re­te­nu le constat d’une « po­la­ri­sa­tion gen­rée des es­paces do­mes­tiques / pu­blics », l’in­té­rieur de la mai­son étant ré­ser­vé aux femmes et le vaste monde aux hommes. Comme la Fran­co-Amé­ri­caine, de nom­breuses femmes ar­tistes des an­nées 1970 ont pen­sé la mai­son comme un lieu d’en­fer­me­ment d’où elles de­vaient s’échap­per. Le corps de la femme se heur­tant à une cloi­son devient alors un thème ré­cur­rent. Bir­git Jür­gens­sen des­sine une mé­na­gère trans­for­mée en lionne qui ru­git der­rière des bar­reaux; Ly­dia Schou­ten réa­lise une per­for­mance dans la­quelle, re­te­nue dans une cage, elle se cogne aux bar­reaux re­cou­verts de pein­ture ; He­le­na Al­mei­da pho­to­gra­phie de lourdes portes qu’une main fé­mi­nine tente avec dif­fi­cul­té d’ou­vrir. Dé­jà, dans les an­nées 1930, Claude Ca­hun pro­tes­tait contre l’as­si­gna­tion des femmes à ré­si­dence en se re­pré­sen­tant cou­chée en chien de fu­sil dans une ar­moire. Mais ce sont les luttes por­tées par les fé­mi­nistes des pays dé­ve­lop­pés – en prio­ri­té les États-Unis – qui ont ame­né les ar­tistes à pro­po­ser une vi­sion nou­velle, cri­tique et sou­vent drôle, de l’es­pace de la mai­son. De cette avant-garde fé­mi­niste, quelques noms sont bien connus, comme ce­lui de Mar­tha Ros­ler ou en­core de Lau­rie Sim­mons, la­quelle s’ap­puie sur les fi­gu­rines mi­nia­tures des mai­sons de pou­pées pour dé­crire le sort des femmes au foyer. Une autre ar­tiste moque ici le dé­cor de l’in­té­rieur bour­geois par le biais de la mai­son de pou­pées. Il s’agit de Mi­riam Scha­pi­ro qui fut, avec Ju­dy Chi­ca­go, à l’ori­gine de la pre­mière exposition Wo­man­house or­ga­ni­sée en 1972 dans le cadre d’un pro­gramme d’art fé­mi­niste de l’École des arts (CalArts) de Ca­li­for­nie. L’exposition garde l’em­preinte de cette ini­tia­tive ty­pique d’un mo­ment de l’his­toire des femmes, même si elle s’ef­force de pré­sen­ter aus­si des oeuvres plus contem­po­raines et d’ins­pi­ra­tion dif­fé­rente (Ra­chel Whi­te­read, Joa­na Vas­con­ce­los, Sue William­son, El­sa Sa­hal…). De sorte que le mo­dèle de re­pré­sen­ta­tion de la femme cen­sé avoir été ren­ver­sé par les par­ti­ci­pantes de cette se­conde ver­sion se ré­vèle, mal­gré les qua­li­tés d’ac­cro­chage de celle-ci, aus­si da­té que le contre mo­dèle pro­po­sé. Le meilleur signe de cette in­ac­tua­li­té est la pho­to­gra­phie en noir et blanc de Bir­git Jür­gens­sen choi­sie pour an­non­cer l’exposition. Conçue en 1976, elle re­pré­sente une femme à la coif­fure sage et en col Clau­dine, le vi­sage écra­sé contre une vitre sur la­quelle est écrit (en al­le­mand) : « Je veux sor­tir d’ici. » Quand on la voit dans le mé­tro pa­ri­sien, on se de­mande s’il ne s’agit pas d’une vieille af­fiche ou­bliée que les col­leurs de la RATP au­raient omis de re­cou­vrir. Si les femmes de 2017 ont en­core des luttes à me­ner, ce n’est sû­re­ment pas à l’en­contre d’un mo­dèle aus­si ré­tro. Femmes, en­core un ef­fort pour vous li­bé­rer !

Ca­the­rine Franc­blin ——— This is not the first time the new ar­tis­tic di­rec­tor of the Mon­naie de Pa­ris, Ca­mille Mo­ri­neau, and her col­league Lu­cia Pe­sa­pane have wor­ked on a show to­ge­ther. When or­ga­ni­zing the Ni­ki de Saint Phalle re­tros­pec­tive at the Grand Pa­lais in winter 2014 they were struck by a “gen­de­red po­la­ri­za­tion of do­mes­tic/pu­blic space” whe­re­by the home was set aside for wo­men and the wi­der world for men. Like the Fran­co-Ame­ri­can Saint Phalle, ma­ny other wo­men ar­tists of the 1970s vie­wed the home as a place of confi­ne­ment, and the­re­fore to be es­ca­ped. The idea of the wo­man’s bo­dy held back by par­ti­tion walls be­came a re­cur­ring theme. Bir­git Jür­gens­sen drew a hou­se­wife trans­for­med in­to a lio­ness roa­ring be­hind its bars; in a per­for­mance, Ly­dia Schou­ten bangs against the paint-co­ve­red bars of her cage; He­le­na Al­mei­da pho­to­graphs hea­vy doors that a fe­male hand is strug­gling to open. Al­rea­dy, back in the 1930s, Claude Ca­hun pro­tes­ted against wo­men’s do­mes­tic im­pri­son­ment by pho­to­gra­phing her­self lying like a hun­ting dog in a cup­board. But it was the struggles of fe­mi­nists in de­ve­lo­ped coun­tries, and es­pe­cial­ly the Uni­ted States, that led ar­tists to de­ve­lop a new, cri­ti­cal and of­ten co­mi­cal vi­sion of the space of the house. Two wellk­nown names from this fe­mi­nist avant-garde are Mar­tha Ros­ler and Lau­rie Sim­mons, who used ti­ny dolls-house fi­gures to des­cribe the fate of hou­se­wives. The first Wo­man­house ex­hi­bi­tion was or­ga­ni­zed in 1972 by Mi­riam Scha­pi­ro with Ju­dy Chi­ca­go, as part of a fe­mi­nist art pro­gram at CalArts, Ca­li­for­nia. This ex­hi­bi­tion still bears the im­print of this ini­tia­tive ty­pi­cal of a mo­ment in the his­to­ry of wo­men, even if it is al­so ca­re­ful to show more contem­po­ra­ry works with dif­ferent sources of ins­pi­ra­tion (Ra­chel Whi­te­read, Joa­na Vas­con­ce­los, Sue William­son, El­sa Sa­hal). Conse­quent­ly, the mo­del of re­pre­sen­ta­tion of wo­men which the pro­ta­go­nists of this se­cond vi­sion pur­por­ted­ly over­tur­ned, turns out, des­pite the qua­li­ties of this han­ging, to be as da­ted as the coun­ter-mo­del put for­ward here. The best si­gn of this ana­chro­nism is the black-and-white pho­to­graph of Bir­git Jür­gens­sen cho­sen for the pos­ter.Ta­ken in 1976, it shows a wo­man with neat hair and a Pe­ter Pan col­lar, her face pres­sed against a pane of glass on which is writ­ten (in Ger­man), “I want to get out of here.” Seeing it in the Pa­ri­sian me­tro, you won­der if it isn’t an old pos­ter that the RATP pos­ter-men for­got to co­ver. If wo­men in 2017 still have their struggles, these are cer­tain­ly not against such an old-fa­shio­ned mo­del. Wo­men, one more ef­fort if you want to li­be­ra­ted!

Trans­la­tion, C. Pen­war­den

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.