Deux ka­mi­kazes frappent l’aé­ro­port d’Istanbul

AT­TEN­TAT. Hier soir, le ter­mi­nal des ar­ri­vées de l’aé­ro­port in­ter­na­tio­nal Atatürk a été at­ta­qué par deux ter­ro­ristes. Bi­lan pro­vi­soire : 10 morts et 20 bles­sés.

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS - Un té­moin JACQUES DORIDAM

AU MOINS dix per­sonnes ont été tuées hier soir dans l’at­ten­tat sui­cide qui a frap­pé l’aé­ro­port in­ter­na­tio­nal Atatürk d’Istanbul, la plus grande plate-forme de Tur­quie et le troi­sième aé­ro­port d’Eu­rope. C’est le bi­lan pro­vi­soire don­né par le mi­nistre turc de la Jus­tice, Be­kir Boz­dag aux par­le­men­taires réunis en ses­sion à An­ka­ra, peu après les ex­plo­sions. Un mi­nistre avan­çait aus­si le chiffre d’une ving­taine de bles­sés, tan­dis que les mé­dias turcs an­non­çaient quant à eux le chiffre d’une qua­ran­taine.

Il était en­vi­ron 22 heures (21 heures en France) lorsque deux vio­lentes dé­fla­gra­tions ont se­coué le ter­mi­nal des ar­ri­vées des vols in­ter­na­tio­naux. Deux ex­plo­sions dé­clen­chées par deux ka­mi­kazes qui ont ac­tion­né leurs bombes à hau­teur du point de pas­sage des contrôles de sécurité. L’un des deux as­saillants au­rait aus­si ou­vert le feu à la ka­lach­ni­kov sur la foule juste avant d’ac­tion­ner ses ex­plo­sifs, a ex­pli­qué briè­ve­ment le mi­nistre de la Jus­tice.

Un mou­ve­ment de panique a aus­si­tôt ga­gné les pas­sa­gers qui ar­ri­vaient et les per­sonnes qui at­ten- daient dans le hall. « C’était très fort, tout le monde s’est mis à cou­rir dans toutes les di­rec­tions », a dit l’un d’eux sur CNN Türk, l’une des nom­breuses chaînes de té­lé­vi­sion pré­sente t r è s vi t e s ur l e s lieux et dont les images mon­traient les di­zaines d’am­bu­lances conver­geant toutes si­rènes hur­lantes vers le ter­mi­nal afin d’éva­cuer les bles­sés. Sans at­tendre, plu­sieurs d’entre eux avaient dé­jà été conduits vers les hô­pi­taux à bord des taxis sta­tion­nés de­vant l’aé­ro­port. Les images des té­lé­vi­sions mon­traient aus­si l’im­po­sant dé­ploie­ment de po­li­ciers qui éta­blis­saient un large pé­ri­mètre de sécurité, tan­dis que les pho­tos dif­fu­sées sur les ré­seaux so­ciaux ré­vé­laient d’im­por­tants dé­gâts ma­té­riels à l’in­té­rieur et des pas­sa­gers gi­sant au sol, avant que les au­to­ri­tés in­ter­disent l’ac­cès des lieux à tous les mé­dias.

De­puis l’an der­nier, la Tur­quie est frap­pée par toute une sé­rie d’at­ten­tats meur­triers, at­tri­bués aux re­belles kurdes et au groupe ter­ro­riste Etat is­la­mique (EI). Le 7 juin no­tam­ment, une voi­ture pié­gée avait tué onze per­sonnes, dont sept po­li­ciers, et fait 36 bles­sés en plein coeur his­to­rique d’Istanbul et avait été at­tri­bué aux re­belles au­to­no­mistes kurdes du Par­ti des tra­vailleurs du Kur­dis­tan (PKK).

Hier soir, l’at­ten­tat de l’aé­ro­port où tous les vols ont été sus­pen­dus, n’a pas été re­ven­di­qué mais compte te­nu du scé­na­rio uti­li­sé, les ex­perts en sécurité et ter­ro­risme pri­vi­lé­giaient la thèse d’un at­ten­tat dji­had i s t e . L ’ u n d ’ e nt r e e u x not a i t d’ailleurs de fortes si­mi­li­tudes avec les at­taques qui, en Bel­gique le 22 mars der­nier, ont frap­pé l’aé­ro­port et le mé­tro de Bruxelles.

« C’était très fort, tout le monde s’est mis à cou­rir dans toutes les di­rec­tions »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.