« Je suis tou­jours jeune »

Ali Williams,

Aujourd'hui en France - - SPORTS -

IL AVAIT TI­RÉ sa ré­vé­rence en juin 2015 avec le RC Tou­lon sur une der­nière Coupe d’Eu­rope. Ali Williams, deuxième ligne All Black (77 sé­lec­tions), ex­pli­quait alors : « Mon corps me de­mande d’ar­rê­ter. » Un an après, le Néo-Zé­lan­dais, de­ve­nu entre-temps conseiller de Ja­cky Lo­ren­zet­ti, le pré­sident du Ra­cing 92, va re­prendre du ser­vice à 35 ans. « Le contrat a été si­gné, je suis très heu­reux de re­trou­ver le ter­rain. Et quelle plus belle ville que Pa­ris pour vivre », nous confie ce­lui qui don­ne­ra un gros coup de main au club fran­ci­lien dé­plu­mé dans ce sec­teur. Pour­quoi avoir dé­ci­dé de re­chaus­ser les cram­pons ? ALI WILLIAMS. Après une an­née de re­pos, l’op­por­tu­ni­té de re­joindre le Ra­cing s’est pré­sen­tée. C’est le club idéal pour re­jouer. Je n’au­rais ja­mais pen­sé que ce­la puisse ar­ri­ver mais je me suis lais­sé convaincre. Votre re­traite se pas­sait mal ? Non, pas du tout. Elle était même fan­tas­tique. J’ai fait beau­coup de choses dans le rug­by et en de­hors. Mais je dois re­con­naître qu’il est très dif­fi­cile de re­trou­ver une ac­ti­vi­té si­mi­lai r e a u r ug­by, qui pr opose la même ex­ci­ta­tion, la même in­cer­ti­tude se­maine après se­maine. Seul le sport vous pro­cure de telles sen­sa­tions. Où êtes-vous ac­tuel­le­ment ? Je vis à Londres de­puis un an avec ma fa­mille. J’étais très oc­cu­pé à dé­ve­lop­per des af­faires en Aus­tra­lie et en Nou­velle-Zé­lande. Je me suis aus­si beau­coup in­ves­ti pen­dant la Coupe du monde en An­gle­terre au­près d’un des spon­sors. Avez-vous dé­ci­dé de sor­tir de votre re­traite ou est-ce le Ra­cing qui est ve­nu vous cher­cher ? Un peu des deux. Ils m’ont sou­mis l’idée et j’ai prê­té une oreille at­ten­ti- ve. Nous nous sommes ren­con­trés avec Ja­cky (NDLR : Lo­ren­zet­ti, le pré­sident) et les deux en­traî­neurs (Laurent Tra­vers et Laurent La­bit) qui font un tra­vail for­mi­dable. La conver­sa­tion a été franche et di­recte. La pers­pec­tive de jouer avec des amis ( Car­ter, Ro­ko­co­ko, Ma­soe) a beau­coup joué aus­si. Vous êtes-vous en­traî­né pen­dant votre re­traite ? Non j e me suis sur­tout re­char­gé men­ta­le­ment même si j’ai fait un peu d’exer­cice tout au long de l’an­née. Je suis tou­jours jeune (Rires). Mais à votre poste, les exi­gences phy­siques sont énormes ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.