10 mil­lions d’hec­tares de terres culti­vées hors de leurs fron­tières

Aujourd'hui en France - - LE FAIT DU JOUR - MATTHIEU PELLOLI

LA CHINE aime l’Hexa­gone, mais pas seule­ment. Pour ré­pondre aux énormes be­soins de sa po­pu­la­tion et aux nou­velles ha­bi­tudes ali­ment a i r e s d e s a c l a s s e moyenne, échau­dée par les scan­dales do­mes­tiques à ré­pé­ti­tion — ex­plo­sion des pas­tèques as­per­gées de for­chlor­fe­nu­ron (un ac­cé­lé­ra­teur de crois­sance) et riz conta­mi­né au cad­mium (un mé­tal lourd), no­tam­ment — Pé­kin mul­ti­plie de­puis une di­zaine d’an­nées les achats de terres agri­coles à l’étran­ger. Une po­li­tique d’ac­qui­si­tion d’au­tant plus né­ces­saire que les sols chi­nois sont de qua­li­té moyenne et qu’un sixième du ter­ri­toire se­rait pol­lué.

De l’Afrique à l’Aus­tra­lie

L’achat de terres arables (que l’on peut la­bou­rer et culti­ver) a dé­bu­té en Afrique, me­née par de grandes en­tre­prises pu­bliques. Celles-ci ont in­ves­ti dans des plan­ta­tions en Tan­za­nie, au Sé­né­gal, en Sier­ra Leone et en Zam­bie no­tam­ment, où elles cultivent au­jourd’hui le riz, le maïs, le ma­nioc et le sé­same. Une par­tie de la pro­duc­tion est ven­due lo­ca­le­ment, l’autre ex­por­tée vers la Chine.

Au fil du temps, Pé­kin a élar­gi son pé­ri­mètre. Lors­qu’en 2013 le plus gros pro­duc­teur de porcs chi­nois, Shuang­hui In­ter­na­tio­nal Hol­dings, a dé­pen­sé 4,7Mds $ (4,2 Mds€) pour ache­ter Smi­th­field Foods Inc., son ho­mo­logue amé­ri­cain, il a éga­le­ment mis la main sur plus de 40 000 ha de terres agri­coles au Mis­sou­ri, au Texas et en Ca­ro­line du Nord. Et des ca­pi­taux chi- nois lor­gnaient au prin­temps der­nier sur l’Aus­tra­lie et l’en­tre­prise S. Kid­man and Co, dont les terres agri­coles oc­cupent 1 % du ter­ri­toire (l’équi­valent de la sur­face de l’Ir­lande !). Fi­na­le­ment, la vente a été blo­quée par le « Tré­so­rier » du gou­ver­ne­ment aus­tra­lien qui l’a ju­gée contraire « aux in­té­rêts na­tio­naux ». Qu’im­porte ! Les Chi­nois in­ves­tissent aus­si en Amé­rique du Sud (Chi­li, Bré­sil), ain­si qu’en Eu­rope de l’Est (Rus­sie, Ukraine, Bul­ga­rie). Con­trai­re­ment à l’Afrique — où les em­ployés sont lo­caux —, près de 30 000 agri­cul­teurs chi­nois étaient en­re­gis­trés à Bi­ro­bid­jan, en Rus­sie, en 2014.

Dé­sor­mais, ce puzzle agri­cole hors normes com­porte de nom­breuses pièces. Se­lon le Land Ma­trix, une ini­tia­tive in­ter­na­tio­nale de sur­veillance des ac­qui­si­tions d’en­ver­gure de terres étran­gères, 10 mil­lions d’hec­tares de terres sont culti­vées par les Chi­nois hors de leurs fron­tières.

An­na Creek Sta­tion (Aus­tra­lie). Au prin­temps 2015, la Chine tente d’ac­qué­rir ce ter­ri­toire agri­cole grand comme l’Ir­lande. L’Etat aus­tra­lien y cou­pe­ra court.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.