Sur­tout ne pas fâ­cher les po­li­ciers à cran…

Aujourd'hui en France - - POLITIQUE - Un conseiller du pou­voir AVA DJAMSHIDI ET PAULINE THÉVENIAUD

C’EST L’HIS­TOIRE d’un sym­bole de­ve­nu un casse-tête po­li­tique. Comment te­nir l’en­ga­ge­ment no 30 du can­di­dat Fran­çois Hol­lande — « lut­ter contre le dé­lit de fa­ciès dans les contrôles d’iden­ti­té » — tout en mé­na­geant des forces de l’ordre à bout de nerfs ? En­ter­rée dès le dé­but du quin­quen­nat, l’idée d’un ré­cé­pis­sé dé­li­vré lors des contrôles po­li­ciers re­vient au­jourd’hui comme un boo­me­rang. Dans les rangs du gou­ver­ne­ment, on le re­con­naît, « les rap­ports po­lice-po­pu­la­tion sont de­ve­nus le point chaud du pro­jet de loi Ega­li­té et Ci­toyen­ne­té ». Hier soir, lors de l’exa­men de ce texte, les dé­pu­tés PS ont à nou­veau de­man­dé l’ex­pé­ri­men­ta­tion de cette me­sure qui hor­ri­pile les syn­di­cats de po­lice. « On aime nos po­li­ciers. Ils sont à bout de souffle, et je le prends en compte. Pour au­tant, il y a des actes mar­gi­naux qui ne peuvent être igno­rés », es­time le rap­por­teur PS du texte, Raz­zy Ham­ma­di, qui dé­fend un amen­de­ment en ce sens.

Pro­blème, le mi­nis­tère de l’In­té­rieur ne veut pas en en­tendre par­ler. « Ce n’est pas un ou­til utile pour apai­ser les re­la­tions entre la po­lice et la po­pu­la­tion », re­lève-t-on dans l’en­tou­rage de Ber­nard Ca­ze­neuve. « C’est vé­cu à tort comme une at­taque contre la po­lice. Mais la confiance n’ex­clut pas le contrôle ! » tem­pête un dé­pu­té so­cia­liste fa­vo­ra- ble à cette me­sure. « Par­ler de la po­lice, c’est le nou­veau ta­bou ! » peste une autre élue PS. Au gou­ver­ne­ment, même ceux qui ont long­temps pous­sé la me­sure tem­pèrent dé­sor­mais. « Il faut com­prendre l’am­biance du mo­ment… La po­lice est sur­mo­bi­li­sée, at­ta­quée, tuée par­fois. Si en plus on leur dit qu’on va les mettre sous sur­veillance… Par rap­port au dé­but du quin­quen­nat, on a chan­gé d’uni­vers ! » glisse un conseiller du pou­voir. Même son de cloche du dé­pu­té PS de l’Es­sonne Ma­lek Bou­tih, qui re­ven­dique la pa­ter­ni­té du ré­cé­pis­sé, ima­gi­né du temps de SOS ra­cisme. « L’époque de la po­lice post-Al­gé­rie, Ri­card et ta­bas­sage est ré­vo­lue. Au­jourd’hui, on doit pro­té­ger les forces de l’ordre. » Un fin connais­seur du dos­sier achève : « Un jeune qui se fe­rait contrô­ler sept fois dans la jour­née, ça lui fe­ra une belle jambe d’avoir sept ré­cé­pis­sés. Sé­rieu­se­ment, on enc… les mouches ! »

Comment lut­ter contre les dis­cri­mi­na­tions alors ? « Nous sommes dé­jà ex­trê­me­ment contrô­lés », in­siste un cadre, au mi­nis­tère de l’In­té­rieur. Un site In­ter­net* a été créé en 2013 pour si­gna­ler tout pro­blème avec la po­lice. Et les forces de l’ordre ont l’obli­ga­tion de por­ter leur nu­mé­ro d’iden­ti­fi­ca­tion sur leurs uni­formes. Sans par­ler des ca­mé­ras-pié­ton. Leur gé­né­ra­li­sa­tion a été vo­tée le 3 juin. Il y en a ac­tuel­le­ment 1 900, ac­cro­chées aux uni­formes des po­li­ciers, en par­ti­cu­lier dans les quar­tiers sen­sibles. Mais les mo­da­li­tés d’uti­li­sa­tion font dé­bat. L’In­té­rieur est op­po­sé à ce que les ca­mé­ras tournent en per­ma­nence ou qu’elles soient lan­cées à la de­mande du « contrô­lé », pré­fé­rant un dé­clen­che­ment à l’ap­pré­cia­tion du po­li­cier. Raz­zy Ham­ma­di, lui, plaide pour un dé­clen­che­ment sys­té­ma­tique à chaque opé­ra­tion. Suf­fi­sant pour apai­ser les ha­bi­tants des quar­tiers po­pu­laires, grands dé­çus du quin­quen­nat Hol­lande ? Pas sûr… et de toute fa­çon in­ac­cep­table pour le gou­ver­ne­ment.

Au to­tal, cet af­fron­te­ment tombe d’au­tant plus mal que le gou­ver­ne­ment doit dé­jà af­fron­ter une fronde sans pré­cé­dent sur la loi Travail. Sur­tout, il sou­ligne cruel­le­ment la dif­fi­cul­té de l’exé­cu­tif à ap­por­ter des ré­ponses aux maux qui rongent les ban­lieues. « Pen­dant quatre ans, on n’a rien fou­tu sur les ban­lieues, c’est pi­toyable », dé­plore Ma­lek Bou­tih. Un nou­veau caillou dans la chaus­sure de Fran­çois Hol­lande, qui peine dé­ci­dé­ment à ras­sem­bler son camp. Et qui au­ra sans doute du mal à re­jouer sa mé­lo­die de 2012 aux quar­tiers po­pu­laires.

« Il faut com­prendre l’am­biance du mo­ment… »

@AvaD­jam­shi­di ; @Pau­li­ne_Th *www.po­lice-na­tio­nale.in­ter­ieur.gouv.fr/ Or­ga­ni­sa­tion/Ins­pec­tion-Ge­ne­rale-de-laPo­lice-Na­tio­nale/Si­gna­le­ment-IGPN

Des ca­mé­ras-pié­ton sont dé­jà por­tées par cer­tains po­li­ciers mais des élus PS et le mi­nis­tère de l’In­té­rieur s’op­posent sur les mo­da­li­tés d’uti­li­sa­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.